Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Faute d'amour
Andreï Zviaguintsev  septembre 2017

Réalisé par Andrey Andreï Zviaguintsev. Russie/France/Belgique/Allemagne. Drame. 2h08 (Sortie le 20 septembre 2017). Avec Alexey Rozin, aryana Spivak, Marina Vasilyeva, Matvey Novikov, Andris Keishs et Alexey Fateev.

"Faute d'amour" d'Andreï Zviaguintsev pourrait décevoir ceux qui ont vu "Elena" et "Leviathan", ses deux précédents films, tant ces derniers creusaient profond dans la réalité russe poutinienne.

Cette histoire d'enfant disparu, que l'on va inlassablement chercher de plus en plus sans espoir de résultat, est précédée d'une première partie que l'on pourra trouvé très didactique.

On y plonge par le détail dans l'intimité d'un couple désuni, celui formé par les parents d'Aliocha. Mère toujours en colère depuis une dizaine d'années contre cet enfant non voulu qui gêne une vie que sa plastique affolante aurait pu propulsé dans la nomenclature des dominants de la Nouvelle Russie ; père, veule et terne, dont la libido cache le manque d'envergure de soumis à l'ordre dominant patriarcale.

Mais ce tissu de médiocrité haineuse donne un sens supplémentaire au sort tragique qui sera celui de leur petit garçon de douze ans.

Dans ce monde égoïste où sa présence réelle était fantomatique et sa présence virtuelle une entrave théorique, seule sa disparition le rend paradoxalement bien vivant.

Comme dans ses précédents films, Zviaguintsev dresse des portraits sans concession de tous ses personnages. En une scène, on comprend tout de la grand-mère maternelle et pourquoi sa fille est ce qu'elle est. Pareillement, un collègue de travail du père porte son destin en quelques répliques échangées un plateau-repas en main.

Le réalisateur n'a même pas besoin de se moquer d'eux, ni d'appuyer avec ironie sur leurs caractères. Il sait dessiner les humains avec une caméra bien acérée qui ne filme jamais pour rien.

Dans "Faute d'amour" d'Andreï Zviaguintsev, le récit qui s'attache à suivre toutes les étapes des recherches pour retrouver Aliocha finit par échapper à son côté descriptif pour être gagné par un climat fantastique. En effet, les parents, désespérés par l'incurie policière, s'appuient sur un groupe spécialisé dans la recherche des enfants.

Animé par un "coordinateur", capable d'aligner des dizaines de bénévoles, cette "organisation" semble soudain un état dans l'état. On se pose alors de nouvelles questions : une telle association existe-t-elle en Russie ? Quel est son but ?

Particulièrement bizarre est le moment où tout le monde se retrouve dans un bâtiment en ruines qui a l'air d'avoir abrité une administration ou une assemblée de l'ère communiste. Pataugeant dans la boue, traversant de longs couloirs avec des fenêtres aux vitres cassées, la troupe s'enfonce au tréfonds d'une Russie passée à la recherche hypothétique d'un enfant né après l'an 2000...

Et si le thème du film n'était pas simplement celui de la disparition d'un enfant et de la culpabilité de ses parents de l'avoir laissé à lui-même ?

"Faute d'amour" d'Andreï Zviaguintsev ne livre pas tous ses mystères, preuve peut-être qu'il est un aussi grand film que "Leviathan" et "Elena". En tout cas, le réalisateur révèle encore une fois que la Russie est un réservoir d'acteurs magnifiques. Outre sa beauté à tomber par terre, Marianna Spivak est une actrice aussi charismatique que l'était Nadezhda Markina dans le rôle d'Elena et fait de la mère d'Aliocha un personnage inoubliable.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=