Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La vie est un songe
Théâtre de la Tempête  (Paris)  septembre 2017

Comédie dramatique de Pedro Calderón, mise en scène de Clément Poirée, avec John Arnold, Louise Coldefy, Thibaut Corrion, Pierre Duprat, Laurent Ménoret, Morgane Nairaud, Makita Samba et Henri de Vasselot.

Dans "La vie est un songe", opus emblématique du Siècle d'or espagnol, Pedro Calderón de la Barca décline le credo baroque de son temps, celui du monde assimilé à un théâtre et la vie à un songe, et un argument de la tragédie antique, celui des hommes qui veulent contrecarrer le destin prévu par les dieux.

Fable politique et conte métaphysique qui ressort à la comédie héroïque, elle se déroule en trois actes, pour trois journées et trois métamorphoses, avec deux intrigues mêlées qui mènent à la soumission à la raison, à la rédemption et à un dénouement heureux, dans un imaginaire royaume de Pologne dont le trône occupé par le roi Basile dépourvu d'héritier est convoité par de pressants neveux dont un vil séducteur recherché par une jeune fille cherchant à venger son honneur bafoué.

Le roi écarte leur prétention en révélant l'existence de Sigismond, son fils légitime qu'il a condamné depuis la naissance, et sous la garde de son fidèle lieutenant Clothalde, à une vie de reclus hors du monde dès lors que ce monarque "éclairé" par l'astrologie croit qu'il a engendré un tyran et en le libérant brutalement pour tester son aptitude au gouvernement des hommes.

Pour mettre en scène cette partition, Clément Poirée, conscient de l'écueil résultant du fait qu'elle n'a pas été épargnée par le temps, indique dans sa note d'intention avoir cherché la voix d'"une théâtralité comme en apesanteur, faite d’apparitions, de variations des focales, de métamorphoses, d’élans lyriques démesurés, de bruit et de fureur".

Centrée essentiellement sur la forme, cette théâtralité dispensée dans une scénographie d'obédience "heroic fantasy" de Erwan Creff, appuyée par les lumières crépusculaires de Kévin Briard, et les costumes "ad hoc" de Hanna Sjödin, se traduit par un tempo lent qui accentue l'impression de longueur d'une pièce de format long, qui ne pâtirait pas d'un resserrement, et une juxtaposition de registres de jeu.

Ainsi si Thibaut Corrion et Pierre Duprat, respectivement le valet et le neveu bellâtre borgne, officient dans le réalisme, Laurent Ménoret (Clothalde) adopte le ton de la déclamation mélodramatique à la Michel Fau, Morgane Nairaud (Rosaura) celui de la tragédie avec moultes manifestations humorales, et Louise Coldefy (la nièce) campe une princesse-automate importée du théâtre ionescien comme le musicien (Henri de Vasselot) du théâtre brechtien.

En roi Basile, l'excellent comédien John Arnold qui se délecte d'une succession de numéros d'acteur et, en Sigismond, Makita Samba, de la jeune garde issue du CNSAD telles ses deux homologues précitées, à la nature comique distribué dans un emploi dramatique, apportent à la pièce un côté ubuesque.

Un patchwork qui séduira les admirateurs de celui considéré comme le plus grand dramaturge ibérique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=