Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Julien Chauvin - Justin Taylor
Le concert de la loge - Haydn - La Poule - Mozart - Guénin  (Aparté Music)  octobre 2017

"Ces symphonies du plus beau caractère et d’une facture étonnante ne peuvent manquer d’être recherchées avec le plus vif empressement par ceux qui ont eu le bonheur de les entendre. Le nom de Haydn répond de leur mérite extraordinaire" Le Mercure de France, 1787.

Sur le papier, de loin, le programme de ce disque pourrait sembler paresseux. La symphonie n°83 dite La poule de Haydn, le concerto pour piano n°17 de Mozart ont été enregistrés de très nombreuses fois. Pourtant, il se cache ici un vrai petit trésor, en l’occurrence la symphonie en ré mineur de Marie-Alexandre Guénin qui mérite à elle seule de se procurer ce disque.

Ce serait également oublié que l’ADN du concert de La loge justifie pleinement ce programme. Fondé il y a maintenant trois ans par le violoniste Julien Chauvin, ce passionnant ensemble jouant sur instruments anciens a pour vocation de faire revivre le Concert de la Loge Olympique, de rejouer son répertoire et ses formes musicales. Créé en 1783 par Charles Marin de La Haye des Fosses et le comte Claude-François-Marie Rigoley d’Ogny, le Concert de la Loge Olympique, longtemps considéré comme l’un des meilleurs orchestres de son temps (tout en mélangeant riches amateurs confirmés et professionnels virtuoses), est resté célèbre pour sa pédagogie et pour ses commandes, comme par exemple les Symphonies Parisiennes à Joseph Haydn. Avec ce disque, Le concert de la loge poursuit, après une première salve avec la symphonie n°85 en si b majeur "la Reine de France" et la symphonie n°4 en do mineur d’Henri-Jospeh Rigel, son travail d’intégrale des Symphonies Parisiennes d’Haydn.

"Entre des traits d’humour typiquement haydniens et des accents orageux qui annoncent le siècle romantique", voilà comment présente Julien Chauvin la symphonie n°83. L’orchestre joue avec le parallèle entre ce qu’ont pu entendre les parisiens lors des premiers concerts de 1786 au Palais des Tuileries et ce qu’ils nous proposent d’entendre maintenant. L’orchestre se base aussi sur la partition envoyée par Haydn au comte d’Ogny et éditée à l’époque par Imbault. Version différente de celles éditées par Bärenreiter ou Artaria (corrigée par la main du compositeur Viennois quelques années plus tard).

Cette appellation de "La poule" provient du thème du hautbois tout en caquètement (répétitions de notes jouées rapidement en rythmes pointés) dans le premier mouvement. Trait d’humour s’il en est, pour les accents orageux qui annoncent le siècle romantique, cela provient notamment du mode mineur, déjà utilisé dans ses symphonies 78 et 80, rappelant la période Sturm und Drang. Une période pré-romantique, avec une musique se caractérisant par un goût pour un certain lyrisme, par la prédominance du mode mineur (rappelant les passions), par des dynamiques rythmiques contrastées et des audaces harmoniques. Des éléments musicaux qui vont parfaitement avec cette symphonie n°83.

On pourra établir un parallèle avec les œuvres contemporaines de Mozart, comme son concerto pour piano n°17. Un concerto plein de délicatesse et de raffinement montrant une large palette de sentiments avec un mouvement andante tout en passion intérieure, où la beauté comme souvent chez le compositeur Viennois née d’une sorte de chaos de lignes mélodiques.

Figure donc également sur ce disque la Symphonie en ré mineur de Marie-Alexandre Guénin (1744-1835) d’abord violoniste virtuose, éditeur et compositeur français (précurseur des symphonistes Français), admiré de ses pairs et membre du Concert de la Loge Olympique. Une symphonie pleine de contrastes s’inscrivant aussi dans le courant Sturm und drang mais synthétisant les styles Italien, Français et Allemand. L’orchestre et Justin Taylor sont éblouissants. Julien Chauvin imprime un phrasé raffiné et magnifie les contrastes par une superbe interprétation. Et puis il y a ce choix d’enregistrement avec de l’ampleur, de la résonnance et de la rondeur et quel immense plaisir d’entendre les respirations de Julien Chauvin et des musiciens. Un must have.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Concert de la Loge
Le Facebook du Concert de la Loge


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=