Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Square
Ruben Ostlund  octobre 2017

Réalisé par Ruben Ostlund. Suède/Allemagne/Danemark/France. Comédie dramatique. 2h31 (Sortie le 18 octobre 2017). Avec Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West, Terry Notary, Christopher Laesso, Elijandro Edouard et Marina Schiptjenko.

Ce n'est pas un hasard si Pedro Almodovar a couronné "The Square" de Ruben Ostlund, en lui attribuant la Palme d'Or 2017 au Festival de Cannes. Il a sans doute vu dans le cinéaste suédois quelqu'un qui réveillait des maîtres oubliés des jeunes générations, comme Fellini ou Bunuel.

Il y a effectivement un air de "Dolce Vita" 2017 dans cette description du Copenhague high tech et arty, d'un monde vain et élégant où règnent la communication, le politiquement correct et l'art conceptuel pendant qu'ailleurs grandit la pauvreté et l'indifférence.

Il y a aussi un petit quelque chose de Bunuel dans cette parodie ironique d'un univers qui a sacralisé l'art contemporain et en a fait une nouvelle religion qu'il est bon de faire tomber de son piedestal, de son "carré" en l'occurrence.

Ruben Ostlund n'en est pas à son coup d'essai de moraliste s'amusant des tares occidentales à l'ère post-moderne. Son précédent film, "Snow Therapy" ("Force majeure" en suédois !), était d'une cruauté glaçante pour s'en prendre au tourisme chic de masse.

Dans "The Square", on suit le destin du directeur du grand Musée d'art contemporain de Copenhague, Christian, un destin lié à une campagne de pub trash devant promouvoir une installation à vertu humanitaire devant le Musée.

L' idée d'un carré délimitant un espace où les hommes seraient égaux et préservés du tumulte et des horreurs du monde s'inspire d'une"oeuvre" montée par Ostlund lui-même et Kalle Boman et installée au Musée du design à Varnamo en 2015. Cette précision n'est pas inutile : elle démontre que l'argument du film ne repose pas sur une critique cynique de l'art moderne, mais d'une tentative d'autodérision des propres convictions de l'auteur.

Jamais dans "The Square" de Ruben Ostlund, on est devant le travail d'un petit malin cynique qui dénigre tout du haut de sa caméra olympienne. Il est autant parti prenante que contestataire de ce qui défile sur l'écran. C'est en cela qu'il pourrait être comparé aux grands moralistes des Lumières, un Diderot ou un Voltaire par exemple.

Christian n'est pas qu'un mondain défendant son statut et amateur de journalistes anglo-saxonnes. Il est le témoin d'un monde des apparences derrière lequel il y a de la violence sociale, des sous-prolétaires et des migrants. Il lui suffit de se faire voler son portefeuille à la sortie du métro pour qu'il découvre - et surtout s'intéresse - à l'envers du monde contemporain.

Il subira dès lors la belle colère d'un petit garçon défavorisé surlequel, sans méchanceté bien sûr, il a gratuitement jeté l'opprobe du haut de son mépris inconscient de classe. Il découvrira même que ses jolis enfants aseptisés ont une face qu'il ignore. Dans "The Square" de Ruben Ostlund, un intellectuel moderne s'aperçoit qu'il vit dans les apparences et en subit de drôles de conséquences.

Constamment d'une drôlerie décalée, jamais caricaturale et univoque, le film contient des moments inoubliables comme celui où intervient Terry Notaray, l'artiste du Cirque du Soleil devenu célèbre dans des blockbusters. La scène, où il est supposé être un homme-singe venant "performer" pendant un repas de gala, sert d'affiche et ceux qui verront le film comprendront sans problème pourquoi...

"The Square" de Ruben Ostlund est incontestablement l'un des films majeurs de la décennie. Il révèle aussi un acteur formidable, Claes Bang qui, derrière l'élégance nordique, cache une petite parenté physique avec Nanni Moretti. On pourrait d'ailleurs dire que le film donne aussi à voir du côté des meilleurs films du Romain, ceux où à l'instar d'Ostlund il savait être ironique sans être donneur de leçon.

Pour en finir avec les références, nécessaires, quand on identifie une grande œuvre, "The Squure" de Ruben Ostlund a de temps à autre la singularité absurde et merveilleuse des films de Roy Andersson, l'autre grand cinéaste suédois moderne. C'est dire s'il méritait la Palme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=