Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Assemblée
Mariana Otero  octobre 2017

Réalisé par Mariana Otero. France. Documentaire. 1h40 (Sortie le 18 octobre 2017).

"L'Assemblée" de Mariana Otero raconte, jour après jour, ce que le mouvement "Nuit Debout" qui occupa à partir du 31 mars 2016 la Place de la République à Paris. Comptant les journées en "mars", le mouvement s'éteindra en juillet aux alentours du "144 mars".

Premier constat visible dans le documentaire : que d'eau, que de pluie ! Un des participants en fera le constat amer : "La météo est de droite".

Mais qu'en est-il, qu'en était-il de "Nuit Debout" ? Filmant à la "Wiseman", sans interroger, sans chercher à savoir qui est qui dans ce magma apparemment hétérogène, ni résoudre le pourquoi de leur présence, la cinéaste ne répond à aucun question qu'on se posait à "l'époque". Car, il faut le dire, à peine plus d'une année après - on pourrait presque écrire qu'elle donne à voir un documentaire à chaud - tout cela paraît désuet, hors de propos.

D'après les images de Mariana Otero, on pourrait affirmer sans caricaturer que c'était un mouvement de "petits blancs" étudiants ou post-étudiants appartenant par naissance ou par fonction aux catégories socio-professionnelles supérieures, les fameuses CSP+ des sondages.

Procéduriers, croyant en la "démocratie", sympathiques, beaux parleurs et quand même un peu imbus de leur savoir et de leur savoir-faire, voilà ce qu'on se dit en les voyant en "action" dans "L'Assemblée" de Mariana Otero.

Zazie, celle de Queneau, aurait ajouté : "ça cause, ça cause, c'est tout ce que ça sait faire". Et la référence à l'impertinente gamine explique pourquoi pas le mouvement s'est si vite étiolé : il manquait visiblement du sens de l'humour et de celui de la transgression.

Dans ses films précédents de la réalisatrice, "Entre nos mains" et "À ciel ouvert", Mariana Otero donnait le sentiment d'être plus en phase, plus en osmose avec les ouvrières et les enfants filmés. Inconsciemment, sans doute, on la sent moins empathique, plus témoin neutre.

C''est tout l'intérêt de son documentaire de montrer, peut-être même à son cœur défendant, que le mouvement "Nuit debout" est moins un phénomène politique qu'un constat bizarre : celui qu'il y avait l'année dernière à Paris, des gens assez nombreux qui voulaient tout reprendre à zéro, au point d'oublier que l'expérience des aînés (pas vraiment convoqués sur la Place), leur connaissance de la société et ce qu'ils en ont dit ou écrit, leur auraient fait gagner énormément de jours de ce mars éternel.

"L'Assemblée" de Mariana Otero est donc un témoignage inestimable qui faudra voir et revoir pour saisir si "Nuit debout" aura un devenir et une descendance, ou s'il n'aura été qu'un instant sans suite.

Curieusement, on a l'impression - sans faire aucun procès d'intention - que "Nuit debout" annonçait "En marche". Les politologues et les sociologues diront un jour s'il y a eu une intersection commune aux deux ensembles.

En tout cas, comme d'habitude, le travail documentaire de Mariano Otero est impeccable. La partie où elle filme l'essouflement du mouvement semble paradoxalement l'avoir plus motivée. A ce moment critique, ses personnages qui paraissaient sans faille et très sûrs d'eux-mêmes retrouvent leurs vrais visages.

Finie la "langue de bois" de "Nuit debout", place à la déception et au temps des remises en cause, tout cela est forcément plus émouvant et cinématographique que le filmage des "commissions" chargées de refaire le monde...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=