Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Espace furieux
Espace des Arts  (Chalon-sur-Saône)  octobre 2017

Texte de de Valère Novarina, mise en scène de Mathilde Delahaye, avec Pierre-Félix Gravière, Frédéric Leidgens, Romain Pageard, Juliette Plumecocq-Mech, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche, Kaspar Tainturier-Fink.

Pas facile de donner vie à un texte de Valère Novarina comme "L'Espace furieux", l'un des plus incarnés dans les mots et qui a pour canevas-guide l’expression "Je suis", même pas partie prenante avec le "je pense donc..." de Descartes.

C'est pourtant la tâche que s'est fixée Mathilde Delahaye pour l'une de ses premières créations comme artiste associée à l'Espace des Arts de Chalon-sur-Saône. A voir comment le public était scotché par la troupe brillante qu'elle avait constituée pour l'occasion, il est indéniable que le pari est réussi.

"L'Espace furieux" , bouillonnement de mots, bruit de vie et de mort. C'est un hymne au langage qui se suffit à lui-même... Mais le théâtre s'en empare par la voix des comédiens et, dès lors, il y a choc, il y a violence, il y a tumulte.

Seule pièce de Novarina jouée à la Comédie-française, "L'Espace furieux" n'en porte aucun stigmate. Elle est une danse de liberté qui prévient que Dieu n'est qu'un syllabe et qui s'achève sur un coup de théâtre proféré à dessein par l'enfant d'outrebref, celui qui n'a pas vécu : "La mort n'est pas vraie".

A la différence d'autres textes novariniens, "L'Espace furieux" ne rassemble que six paroles, ce qui permet à chacun des comédiens de ne pas démultiplier, d'être "un" et un seul.

Dès lors, il y a véritablement appropriation par l'acteur d'une parole nette et différenciée. On osera dire qu'il y a donc interprétation, même si l'acteur ne doit pas oublier qu'il n'est pas dans le "jeu" mais dans le "je" du "je suis".

Tour à tour, Pierre-Félix Gravière, Frédéric Leidgens, Roman Pageard, Juliette Plumenecq-Mech, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche et Kaspar Tainturier-Fink, portent le flambeau pour entretenir le mouvement qui actionne cette grand parade imaginaire de mots, qui alimente le halo de lumière de ce cabaret virtuel dédié au langage revisité.

On les sent heureux dans ce dédale bric-à-brac, dans ce fracas d'où surgissent de belles envolées lyriques et des aphorismes stupéfiants dont le souffle caustique pénètre les esprits.

Mathilde Delahaye se refuse à l'ésotérisme gratuit et dirige ses comédiens vers l'évidence plutôt que l'obscurité. Si tout n'est heureusement pas saisissable dans la poésie novarinienne, on est loin d'assister à une succession de tirades incompréhensibles. Personne, hormis les mal-intentionnés, ne pourra prétendre que la langue de Valère Novarina est un charabia abscons.

En jouant avec une telle matière et en s'en tirant aussi bien, Mathilde Delahaye démontre sans ostentation qu'elle a l'avenir devant elle et que dans cet avenir, qu'on lui prédit prometteur, elle recroisera immanquablement un auteur qu'elle sert si bien ici.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=