Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Comment Igor a disparu
Théâtre 13/Jardin  (Paris)  novembre 2017

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Jean Bechetoille, avec William Lebghil, Nadine Marcovici, Laurent Lévy, Alice Allwright, Guarani Feitosa et Romain Francisco.

C'est sur le terrain de la fantaisie et de l'absurde que Jean Bechetoille a décidé de faire ses premiers pas de metteur en scène.

Bien lui en a pris puisque le projet dont il est aussi l'auteur, "Comment Igor a disparu" a été choisi pour participer en 2017 au Concours des jeunes metteurs en scène du Théâtre 13 et que le jury de ce concours l'a distingué en en faisant son "Lauréat 2017".

Au centre de la scène, trône une table tout autour de laquelle se distribuent des ouvertures qui matérialisent elliptiquement des portes. Plusieurs personnes s'agitent car c'est un jour particulier : Igor, le fils de la maison revient après une longue absence...

Mais, raconter comme cela, on pourrait croire qu'il s'agit d'une entame de pièce fort banale... Alors que tout commence par une scène d'amour... sur la table entre la mère (Nadine Marcovici) et le père (Laurent Lévy), interrompue par l'arrivée d'un ami d'Igor, Luc (Guarani Feitosa). Le ton particulier et "anormal" du spectacle est alors donné quand la mère dit à Luc que si elle avait su que c'était lui, ils auraient poursuivi leur activité sexuelle...

Au fond, "Comment Igor a disparu" est plus l'histoire d'une réapparition ratée que d'une disparition pure et simple. Igor (William Lebghil) décrit la grande solitude dans laquelle il a vécu et il est assailli par le bavardage récurrent, l'accumulation de mots routiniers qui est censé signifier qu'autour de cette table centrale et de ses repas tous pareils le bonheur règne.

Pourtant, si l'on observe bien la scène, il y a quand même énormément de détails liminaires qui annoncent le "déjantage" progressif de cette famille heureuse reconstituée et même agrandie puisque Nicole (Alice Allwright), une "belle jeune femme", étudiante en danois occupe désormais la chambre d'Igor...

D'abord, il y a une accumulation terriblement bizarre d'os tout autour du plateau. Et puis, surtout, il y a la présence d'un "choeur" (Romain Francisco) qui ne semble guère troublé les uns et les autres, puisqu'il peut danser sur la sacré sainte table sans que cela n'étonne personne.

Frétillant et léger comme un papillon, aérien comme un lutin, il contribue au principe d'irréalité qui caractérise "Comme Igor a disparu". Tout ici devient peu à peu possible, la nudité comme la pluie d'os et les poursuites autour de la table avec un rouleau de papier d'aluminium déroulé...

Jean Bechetoille a certainement vu "Le charme discret de la bourgeoisie" de Luis Bunuel et les premiers films de François Ozon. Il a dû pratiquer Ionesco et Obaldia. Toutes ces influences nourrissent son texte et son travail scénique.

Son théâtre, nourri davantage d'action que de réflexion, part du postulat qu'un garçon éloigné de son milieu ne peut plus y reprendre sa place "comme avant". Ainsi, alors que les quatre autres perclus dans leur quotidien rejouent continuellement la même scène, Igor les contemple en fumant silencieusement, pète un câble, le rouleau Albal en main... Son nouveau départ est dès lors inévitable.

Le vrai titre devrait être "Comment Igor s'est estompé". William Lebghil sait subtilement décrire tous les états et les étapes de son retour. Observateur malheureux, incapable de se réintégrer, il tente pourtant avec Nicole un jeu amoureux qui l'épuise et le rend malade.

On pourrait aussi faire l'hypothèse qu'il a découvert ou assumé son homosexualité pendant son voyage et qu'il sait qu'il ne retrouvera jamais sa place dans la mécanique routinière de cette "maison du bonheur". Une place, qui, logiquement, sera prise par Luc, voire par le choeur.

Abandonné et détaché de tous, Igor n'aura même pas envie de voir les abeilles que son père élève et dont le miel promis se fait désiré... Partir, s'évanouir, être définitivement mort aux autres et à leur sexualité, voilà son destin irrémédiable.

"Comment Igor a disparu" a le grand mérite de la concision et de la brièveté. Jean Bechetoille donne à tous ses acteurs de belles choses à défendre, et l'on appréciera particulièrement Nadine Marcovici, la mère, rêvant d'un foyer idéal où les différentes générations copuleraient dans le bonheur apicole, alors qu'Alice Allwright, pleine de fraîcheur perverse, irradie de naturel dans le rôle de l'étudiante débordante d'appétit.

Bulle de savon qui ne se prend pas vraiment pour une énième critique de la cellule familiale petite-bourgeoise, "Comment Igor a disparu" a l'audace raisonnable et fera souvent sourire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=