Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Artaud, le Mômo
Théâtre de Nesle  (Paris)  novembre 2017

Performance de Maura Baiocchi autour de textes de Antonin Artaud.

Evoquer la longue figure glabre d'Antonin Artaud, ses mots incandescents jetés dans les flammes de la folie, son chemin torturé peuplé de cactus magiques et d'électrochocs, c'est déjà sortir de la banalité pour rejoindre ce singulier qui a nom poésie.

Celui que Serge Gainsbourg rangeait parmi ses "affreux de la création", et qui fut l'halluciné Marat du "Napoléon" d'Abel Gance, est un de ces clochards célestes dont il faut périodiquement redécouvrir le n'importe quoi parcouru de fulgurances géniales.

Pour cela, l'intrépide aura besoin d'un guide, lui aussi capable de se hisser sans hâte hors des chemins battus, quelqu'un d'improbable dont la présence deviendra immédiatement une évidence.

Maura Baiocchi est de cette trempe. Béret sur la tête, visage grimé avec des sourcils proéminents et un nez rouge qui évoque autant le rhume persistant que le clown, trop habillée comme si elle sortait de la clinique de Rodez, elle arrive d'où on ne l'attendait pas : de l'arrière de la salle. Puis, elle rejoint lentement la scène, un cahier gribouillé de mots d'Artaud en mains, apostrophant quelques spectateurs, leur demandant parfois de lire une phrase.

Entre Nosferatu et Pina Bausch, dans la langue du "Mômo", elle crée d'emblée un climat d'une étrange étrangeté. Il ne s'agira donc pas d'une lecture de textes, mais d'une performance autour de l'auteur du "Théâtre de la cruauté".

Maura Baiocchi est "Madame Artaud", danseuse et sorcière brésilienne, actrice esquissant un ricanement, ou chuchotant un a-parte distancié. Imposant sa maîtrise sans jamais faire peur, elle a le pas léger et semble même voler parmi les vidéo-projections qui enrobent le mur de la scène.

Peu à peu, les textes d'Artaud deviennent moins abscons, s'éclairent dans les hésitations savantes et les répétitions feintes de l'actrice pour trouver le juste mot. Le tout s'achèvera en interminable apothéose avec la conférence prononcée par Artaud au Vieux-Colombier en 1947. Revenu d'entre les morts après avoir subi les lubies électriques du Docteur Gaston Ferdière, le voilà livrant ses secrets déraisonnables.

Maura Baiocchi est au-delà de l'incarnation. Terriblement duplice, elle est Artaud sans jamais cesser d'être l'actrice qui le joue. Leçon sur l'art de jouer, sa performance laissera pantois.

Qu'elle ait eu tort ou raison de surjouer Artaud, qu'elle ait provoqué de l'irritation ou de l'admiration, qu'elle ait laissé de marbre ou ému, plus rien n'a d'importance : les mots du "Mômo" ont atteint leur cible et c'est là sa prouesse essentielle et nécessaire.



 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=