Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Des territoires (...d'une prison à l'autre)
Théâtre de la Bastille  (Paris)  novembre 2017

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Baptiste Amann, avec Solal Bouloudnine, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Anne-Sophie Sterck, Lyn Thibault et Olivier Veillon.

"Des Territoires (… D'une prison l'autre...)" est le second volet d'un triptyque écrit et mis en scène par Baptiste Amann.

Le fait d'avoir raté le premier volet, écrit en 2013 et créé en 2016, ne semble pas un problème puisque le début du second résume l'argument en quelques répliques : quatre personnes d'une même famille étaient réunis dans un pavillon de banlieue, l'action se cristallisant sur la mort de leurs parents et sur l'avenir de la petite maison familiale.

Le second volet s’ouvre sur la deuxième journée de l'histoire. Juste après l'enterrement "baroque" de leurs deux parents, le quatuor est de retour dans le dit pavillon et découvre que deux membres de la cité HLM voisine s'y sont introduits alors que des bruits d'émeute résonnent...

Quand commence "Des Territoires", on a le sentiment de découvrir une famille assez caricaturale où chacun incarne un stéréotype : Hafiz (Solal Bouloudnine) est l'enfant adopté arabe ; Lyn (Lyn Thibault) est la sœur aînée un peu bon chic bon genre, mais qui s'occupe de son frère Benny (Olivier Veillon) handicapé moteur alors que l'autre frère Samuel (Samuel Réhault) paraît est un individualiste forcené bien dans l'époque.

Le sentiment manichéen est renforcé par la description des deux intrus, Lahcen (Naila Harzoune) et Moussa (Yohann Pisiou) qui ont tous les attributs "banlieues" : survêt, baskets et capuches... Pour couronner le tout, sac à doc sur les épaules (avec tente quetchua en prime), survient Louise Michel (Anne-Sophie Sterck) activiste anti centre commercial, elle aussi légèrement connotée en termes symboliques.

Mais l'intérêt de la démarche de Baptiste Amann est ailleurs puisque les mêmes acteurs se transforment en héros de la Commune, avec à leur tête Louise Michel (Anne-Sophie Sterck), la seule à surfer entre les deux époques.

On connaît ce principe, souvent employé ces derniers temps, notamment par Sylvain Creuzevault dans "Le Capital et son singe". Mais, ici, les images d'Épinal historiques ne sont pas les vieilles barbes de 1848. Ce sont les Communards, les révolutionnaires de 1871 les plus emblématiques de ces deux mois qui ébranlèrent Paris : Élysée Reclus, le géographe anarchiste ; Gustave Courbet, qu'on ne présente pas ; Théophile Ferré, le grand amour de Louise Michel, déjà citée, et sa sœur Marie.

Reste la flamboyante Elisabeth Dimitri, révolutionnaire russe envoyée par Marx pour suivre la Commune. C'est Naila Harzoune qui lui donne tout son panache et qui, au passage, joue aussi Lahore le jeune garçon en capuche. Sa performance est aussi extraordinaire que celles de ses partenaires. Car le travail scénique de Baptiste Amann est assez virtuose : le tumulte moderne et la fièvre révolutionnaire se succèdent sans cesse l'un et l'autre sans un couac, dans une dramaturgie de plus en plus haletante.

"Des Territoires" permettra au spectateur de se remémorer la page la plus sanglante de l'histoire parisienne moderne. Ces 20 à 30 000 morts laissés sur le pavé pour que la troisième république naisse bourgeoisement sans se soucier de la "canaille" populaire...

Allant d'une époque à l'autre, Baptiste Amann s'interroge avec souvent la feinte naïveté de la jeunesse, et une belle énergie dans les discours, sur la possibilité d'un futur autre que l'annonce de ces prisons et de ces répressions à venir. L'Histoire ne se répétera-t-elle pas ? Le sort de la "racaille" des banlieues en révolte, ne sera-t-il pas identique à celui de la "canaille" communarde ?

On pourra ne pas souscrire idéologiquement à ses propos, mais on restera admiratif devant tout ce qu'il sait charrier de matière en éruption. Tout n'est pas parfait, loin de là, mais tout est destiné à dire les choses importantes avec force et colère.

On attend avec impatience la résolution envisagée par Baptiste Amann et l'on est déjà entièrement convaincu que la dernière pièce de son puzzle plein de bruit et de fureur apportera la lumière de l'utopie à ce paysage de luttes intempestives et désespérées.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=