Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une heure de ténèbres
Michèle Rowe  (Editions Albin Michel)  octobre 2017

A l’heure où la boussole du polar a tendance à s’orienter vers les pays scandinaves, Michèle Rowe fait partie de ses auteurs qui la recentrent vers des terres plus australes. Michele Rowe est un auteur sud-africaine, scénariste reconnue de films et de documentaires pour la télévision sud-africaine qui s’est lancée dans l’écriture de polar avec brio avec son premier livre, Les enfants du cap, paru déjà aux editions Albin Michel. Elle revient de nouveau en ce mois d’octobre avec son deuxième polar, avec l’ambition de confirmer toutes les bonnes critiques formulées suite à son premier livre.

Dans ce premier livre, elle nous offrait une vision élargie de son pays, l’Afrique du Sud, à travers ses démons post-apartheid, à savoir un pays magnifique rongé par la violence et l’insécurité. Ce premier thriller reposait sur un duo féminin détonant enquêtant sur un meurtre perpétré sur une plage du Cap. Bien accueilli par la critique, il lui a permis d’être considérée comme la nouvelle reine du polar sud-africain.

Avec Une heure de ténèbres, toujours aux éditions Albin Michel, Michèle Rowe reprend son duo d’enquêtrices que tout oppose avec d’un côté, la frêle et charmante métisse Persy Jonas, inspectrice native des Townships et de l’autre, Marge Labuschagne, psychologue et ex-profileuse de la police qui s’est reconvertie dans le soin des bobos à l’âme de ses riches clients.

L’histoire du livre se passe dans la banlieue du Cap, un soir d’Earth Hour, quand la population décide, le temps d’une heure, de manifester son engagement écologique en éteignant toutes les lumières. Dans cette nuit noire sur le Cap, à la faveur de l’obscurité, une vague de violence déferle alors aux abords de la ville, faisant disparaître une mère et son enfant. Est-ce une prise d’otages ? Un règlement de compte ? Una banale délinquance comme il en existe tant dans la société sud-africaine ? L’enquête va être confiée à ce duo féminin, relevant le défi d’élucider une affaire dont les ramifications vont s’avérer beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît.

Autour d’une intrigue parfaitement ficelée et fortement addictive, qui tient toutes ses promesses, Michèle Rowe en profite pour nous livrer un grand livre social ancré dans la sombre réalité d’une violence ordinaire et d’une omniprésence de l’insécurité qui touchent les grandes villes sud-africaines, encore traumatisées par ses longues années d’apartheid. Les dénonciations dans le livre sont nombreuses et passionnantes, de l’attitude des afrikaners, ces blancs sud-africains d’origine hollandaise pour la plupart, qui confisquent les terres, de ces politiciens corrompus qui font passer leurs intérêts avant ceux de la nation et enfin de cette violence chronique qui plombe un pays en développement. Il y a enfin cette discrimination qui perdure malgré la fin de l’apartheid auquel s’ajoute le sexisme que dénonce aussi l’auteur dans Une heure de ténèbres. Derrière un décor de carte postale se cache toujours une Afrique du Sud qui n’arrive pas à réduire ses multiples fractures (sociales, ethniques), terreau pour les gangs criminels et trafics notoires.

Les personnages du livre sont bien travaillés, comme ils l’étaient déjà dans son précédent livre. Le duo Persy Jonas / Marge Labuschagne fonctionne toujours autant bien malgré leur différences. Les quelques 550 pages de ce polar se dévorent avec grand plaisir, confirmant que Michele Rowe est belle et bien la nouvelle reine du polar sud-africain, faisant de plus en plus d’ombre au grand Deon Meyer.

On attend et espère maintenant qu’une nouvelle enquête de Persy Jonas ne vienne nous embarquer de nouveau vers les contrées sud-africaines.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Michèle Rowe


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=