Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paradis
Andreï Konchalovsky  novembre 2017

Réalisé par Andrei Konchalovsky. Russie/Allemagne. Drame/Guerre. 2h10 (Sortie le 15 novembre 2017). Avec Yuliya Vysotskaya, Christian Claus, Philippe Duquesne, Peter Kurth, Viktor Sukhorukov, Jakob Diehl, Caroline Piette et Jean Denis Römer.

On avait été très heureux de retrouver Andreï Konchalovsky en pleine forme avec son précédent film, "Les Nuits blanches du facteur". "Paradis", qui lui a valu à Venise le lion d'argent du meilleur réalisateur, confirme avec éclat son renouveau.

Rien qu'en découvrant l'affiche, on est frappé par la beauté du noir et blanc, des contrastes très travaillés entre les ombres et les lumières.

"Paradis" d'Andreï Konchalovsky est à l'image de cette affiche une splendeur formelle qui doit certainement beaucoup à son chef opérateur Alexandre Simonov. Les scènes où les trois personnages principaux se retrouvent en gros plan dans des tenues identiques, dans ce qui semble leur "interrogatoire" post-mortem, interrogatoire qui doit déterminer si leur immortalité va être paradisiaque ou plus problématique, ont une puissance d'évocation rare.

Le gris blanc dominant matérialise l'irréalité souhaitée et l'on se dit immédiatement que si le purgatoire existe, il doit bien ressembler à celui imaginé par Konchalovsky et si subtilement éclairé par Simonov.

"Paradis" est donc un film qui très vite quitte le terrain du réalisme, même si c'est à l'issue d'une courte première partie où tout semblait baigner dans un "classique" climat lié à la seconde guerre mondiale.

Le personnage principal est Jules, un policier français joué formidablement par Philippe Duquesne, qui s'est rangé du côté de l'occupant nazi. Pris entre sa vie privée et ses activités professionnelles, on le voit avec sa femme et son fils ou interrogeant Olga, une aristocrate russe agent de la Résistance.

La manière dont son destin se joue sera pour tous, et a fortiori pour lui-même, une surprise, occasion d'un vrai moment de cinéma qui fait alors basculer le film hors d'un strict réalisme.

Chose importante car en suivant désormais un autre destin, celui d'Olga, incarnée par l'extraordinaire Julia Vysotskaya, Konchalovsky projette l'action de son film au cœur d'un camp de concentration.

Pour compliquer le tableau, apparaît le troisième personnage majeur de "Paradis", Helmut, jeune aristocrate allemand qui s'est servilement rallié au nazisme et se retrouve à diriger un camp. Christian Claus lui donne un juvénile visage d'ange de la mort et l'on pense, comme sans doute le réalisateur, à Maximilien Aue, le héros des "Bienveillants" de Jonathan Littell.

Avec pareil sujet, "Paradis" d'Andrei Konchalovsky pourrait subir les critiques de ceux qui suivant Claude Lanzmann se battent depuis "la Liste de Schindler" pour qu'il n'y ait pas de représentation fictionnelle de la réalité concentrationnaire. D'autant que le film décrit le quotidien d'Olga dans son baraquement et comment fonctionne celui-ci.

Mais, à la différence du traitement effectué par Spielberg, le récit mené par le réalisateur russe n'est pas "faussement" documentaire. Ici, paradoxalement, on suit la "vie" des prisonniers ; ils ne sont pas instrumentés pour les besoins d'une démonstration à venir et l'aléa de leur destin funeste est compris et intériorisé. Konchalovsky n'hésite pas à en faire de vrais caractères de fiction, ce qui leur donne cette chair et cette âme qui manquent aux déportés de Spielberg.

Et, vraiment, il va loin puisqu'Olga et Helmut se connaissaient d'avant-guerre, fréquentaient les mêmes milieux cosmopolites de l'aristocratie européenne, avant d'entreprendre une relation à la "Jules et Jim".

Alternant les plans de leurs "retrouvailles" dans le camp avec des flash-back de leurs temps heureux et insouciants, Konchalovsky décrit des personnages perdus entre le cauchemar et le rêve, le passé et le présent, et accrédite peu à peu le sentiment qu'il n'y a surtout plus d'avenir, plus de paradis...

Merveille de fabrication, "Paradis" d'Andrei Konchalovsky propose un récit d'une force et d'une vitalité peu commune. Sans doute que le destin d'Olga est une invention, pourtant, on n'est pas prêt d'oublier son parcours extraordinaire de suppliciée, dont les écorchures sont sublimées par l'interprétation de Julia Vysotskaya.

Un grand moment de cinéma, mais aussi d'humanité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=