Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Clérambard
Théâtre 13/Jardin  (Paris)  novembre 2017

Comédie satirique de Marcel Aymé, mise en scène de Jean-Philippe Daguerre, avec Grégoire Bourbier, Isabelle de Botton, Séverine Delbosse, Franck Desmedt, Antoine Guiraud, Hervé Haine, Romain Lagarde, Guilaine Londez et Flore Vannier-Moreau.

Parmi les nombreuses pièces de Marcel Aymé, "Clérambard" semble la seule à être régulièrement jouée. C'est peut-être injuste car "La tête des autres", par exemple, aux échos plus "modernes", mériterait d'être relue ou revue.

Comme dans ses contes, Marcel Aymé part d'une réalité triviale, de personnages médiocres ou méchants qu'il confronte à un événement "fantastique" ou transcendant qui change leur vie et les change de condition. Dans "Le passe-murailles", un homme ordinaire découvre un don extraordinaire.

Dans "Clérambard", un hobereau ruiné et antipathique, tyrannisant sa famille et ses proches, est saisi par la grâce, en l'occurrence, il pense que Saint-François a ressuscité le chien du curé qu'il avait tué.

Pièce clairement en deux parties, "Clérambard" est, comme toujours chez Aymé, un réquisitoire misanthrope. Il faut vraiment une apparition, un miracle, pour que l'homme applique le "aimez vous les uns les autres" chrétien.

Dans son adaptation limpide, Jean-Philippe Daguerre a pris des options simples et tranchées : d'abord, il a réduit la voilure de la pièce de Marcel Aymé, puis, il n'a pas "matérialisé" les effets "merveilleux" comme les apparitions de Saint-François d'Assise.

Pour lui, le fantastique est "off", les personnages le voient mais pas les spectateurs. On pourrait imaginer qu'il est une illusion et que le comte de Clérambard a une telle puissance de conviction qu'il fait partager sa vision ou son délire à son entourage.

En élaguant la pièce, Jean-Philippe Daguerre la déséquilibre au profit de la seconde partie. Tout le début, dans lequel Clérambard tyrannise sa famille, perd en saveur et n'est là que pour expliquer sa conversion.

Dès lors, la beauté du texte éclate. Les scènes entre le comte (Franck Desmedt) et la Langouste (Flore Vannier-Moreau), la prostituée qu'il veut faire épouser à son fils (Antoine Guiraud), montrent que Marcel Aymé est un styliste incomparable.

Le christianisme farouche de Clérambard fait de lui un personnage digne de Bernanos et Franck Desmedt emporte tout sur son passage, partenaires comme spectateurs. La tache est peut-être inutilement facilitée parce qu'il est entouré de bons acteurs poussant leurs personnages vers la caricature.

Le curé (Grégoire Bourbier),comme le docteur (Hervé Haine) et les Galuchon (Romain Lagarde et Séverine Delbosse) ainsi que Madame de Léré (Isabelle de Botton), la belle-mère de Clérambard, semblent sortis d'un vaudeville, alors que "Clérambard" est une satire très osée.

Reste la comtesse de Clérambard, qui à l'instar de la Langouste, sait parfaitement rentrer dans le jeu de son mari et que Guilaine Londez interprète avec une rare intelligence.

Efficace, terminant sur les chapeaux de roue, cette version de Clérambard a l'avantage de rappeler à tous que Marcel Aymé est un des écrivains majeurs. Peut-être fournit-il une copie trop sage, trop politiquement correct, gommant la face cachée d' un très mal-pensant pas très loin de Céline comme "La traversée de Paris" ou "Uranus" l'ont démontré.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=