Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Western
Valeska Grisebach  novembre 2017

Réalisé par Valeska Grisebach. Allemagne/Bulgare/Autriche. Drame. 2h01 (Sortie le 22 novembre 2017). Avec Meinhard Neumann, Reinhardt Wetrek, Syuleyman Alilov Letifov, Veneta Frangova, Vyara Borisova, Waldemar, Detlef Schaich et Kevin Bashev.

Voilà enfin un film qui respire un autre air que le cinéma qui sort chaque semaine. Il suffit de voir la tête de son héros principal et de tous ceux qui l'entourent pour comprendre que "Western" de Valeska Grisebach sent le tabac brun, le schnaps, la sueur sous les aisselles, les femmes sans déodorant, les hommes lavés à la va-vite.

Il a fallu que ce soit une femme, allemande de surcroît, pour que réapparaissent, pour la première fois depuis bien longtemps, de vrais "prolos" dans une fiction sur grand écran.

Cousin lointain des "Grandes Gueules" de Robert Enrico, "Western" décrit la vie d'un groupe d'ouvriers allemands qui viennent faire un chantier en Bulgarie. Si l'on était dans un cinéma habituel, tout serait vite en place pour justifier le titre : ouvriers allemands contre paysans ou mafieux bulgares, ouvriers entre eux rivalisant pour une espèce d'hégémonie entre mâles, pour le pouvoir symbolique dans le groupe...

Sans rien effleurer de ce film d'atmosphère, plein d'audace et de surprise, rien ne se passera comme prévu. Et si tout est posé très vite, "Western" de Valeska Grisebach est d'une grande subtilité parce qu'il sait constamment repousser son sujet.

Là où l'on attend de l'affrontement, on ne trouvera que de l'évitement. Là où l'on entrevoyait du spectaculaire ou du catastrophique, surgira, au contraire, du poétique, du sentiment pouvant même se métamorphoser en sentimental, en sensible.

Il faut dire que Valeska Grisebach trompe son monde, peut-être sans le chercher vraiment elle-même : si l'on s'attache à son personnage principal incarné par Meinhard Neumann, on a l'impression que cette "gueule" absolue cache un aventurier sans foi ni loi, un type qui a fait de la prison, commis des crimes...

Et il en rajoute le bougre pour que cela soit cru : il sait jouer du couteau, les mâles "gitans" domptant les chevaux et les femmes, boire trop et en subir les contrecoups...

Alors qu'en fait, à l'image de tous les autres prolos du groupe, il est... un authentique travailleur allemand, vivant ainsi sa condition comme un homme libre, allant de chantier en chantier.

Ces quelques baroudeurs-travailleurs castés par Valeska Grisebah s'avèrent des acteurs incroyables, dignes des Dorkel filmés par Jean-Charles Hue dans "Mange tes morts". Encore une fois, on sent qu'ils sont eux aussi des nomades, jamais fixés, solitaires et marginaux. Pour sa part, Meinhard Neumann porte vraiment le film sur ses épaules. Il est constamment impressionnant dans ce paysage lui aussi peu commun.

Comme l'histoire est assez lâche, on suppose que la réalisatrice est souvent dans l'improvisation, joue sur un canevas qui prend forme en tenant compte des aléas du chantier en gestation.

"Western" de Valeska Grisebach vaut pour son ambiance, son climat. Ce qui s'y joue et s'y filme, c'est la vie paradoxale des derniers "ouvriers libres" à l'ère de la mondialisation. Toujours envoyés en éclaireurs là où la "civilisation" gagne sur la nature, ils en jouïssent une ultime fois avant avant de contribuer à la détruire. Ces cowboys modernes annoncent la mort des derniers indiens, qui anticipe forcément de peu leur propre évanouissement.

On n'oubliera pas la beauté burinée du visage de Meinhard Neumann. On gardera en mémoire toute la sauvagerie contenue dans "Western". On soulignera comment Valeska Grisebach sait la maîtriser, la domestiquer, pour vanter ceux qu'on considère souvent comme les "derniers des hommes", au sens "moins que rien". Avec ce film effronté, elle affirme, au contraire, qu'ils sont peut-être les ultimes porteurs d'humanité.

Cet éclat cinématographique mérite d'être vraiment salué.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=