Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La educacion del rey
Santiago Esteves  novembre 2017

Réalisé par Santiago Esteves. Argentine. Drame. 1h36 (Sortie le 22 novembre 2017). Avec Matías Encinas, Germán De Silva, Walter Jakob, Esteban Lamothe, Jorge Prado, Mario Jara, Elena Schnell et Martin Arroyo.

D'ordinaire, les films argentins distribués en France ont toujours une résonance historique, reviennent sur la longue période de la dictature militaire ou sur la crise économique qui a ruiné le pays dans les années 2000.

"La educacion del rey" de Santiago Esteves a un propos apparemment beaucoup plus modeste et se veut un "thriller" très ancré dans le quotidien, que l'on hésite même à qualifier de "thriller social".

Et pourtant, la mésaventure de Reynaldo, jeune candide qui participe à un cambriolage avec son grand frère et un ami de celui-ci, plonge une nouvelle fois le spectateur au cœur de la réalité argentine. Et, pour une fois, sans avoir besoin de la présence de Ricardo Darin !

Comme il est maigre (on le surnomme "el flaco"), Reynaldo doit jouer les monte-en-l'air pour pénétrer dans une maison. Ce coup facile qui sera son premier, il accepte, parce qu'il est à la rue en délicatesse avec sa mère qui l'élève seule.

Mais, les choses autrement que prévues. Même s'il s'empare du magot, il doit fuir par les toits... et tombe parmi les plantes du couple Vargas. Au lieu de le dénoncer, Carlos et Elena vont "l'éduquer", tenter de lui redonner goût à la vie.

Dans "La educacion del rey", s'opposent deux visions de l'Argentine. Celle au goût du jour, inquiétante, répressive, méchante. De l'autre, un Argentine qui croit encore à la solidarité, qui ne voit pas dans un jeune garçon perdu un monstre à enfermer.

Carlos Vargas n'a pourtant pas le profil du bon samaritain. Champion de tir, ancien convoyeur de fond, il sait ce que la violence veut dire. Il ne porte pas dans son cœur une police fortement corrompue (comme on le verra largement dans le film). Pour l'aider à "éduquer" Reynaldo, il a tout un réseau de gens qu'il sait dans la police et ailleurs intègres ou obligés de l'être.

"La educacion del rey" de Santiago Esteves, derrière son récit très simple qui en fait un très bon polar linéaire, est une métaphore d'un pays toujours malade, où les braves gens doivent agir dans l'ombre, les pourris étant dans la lumière.

Le personnage de Carlos, porté par un acteur magnifique (German De Silva), est plein de mystère et pas du tout équivoque. S'il fait l'éducation d'un "roi" ("rey" diminutif de Reynaldo signifiant "roi"), c'est en lui apprenant non seulement à tirer pour se défendre, mais aussi à découvrir que la société est complexe et qu'il s'agit surtout de bien savoir à qui faire confiance.

Plaisant, bien joué, plus tortueux qu'il n'y paraît, "La Educacion del Rey" de Santiago Esteves est une vraie réussite. On sent qu'il appartient désormais à une cinématographie qui ne cherche pas à faire simplement à faire quelques films marquants ou prestigieux, mais veut multiplier les occasions de raconter un pays toujours bien vivant malgré la crise existentielle endémique qu'il traverse.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=