Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La educacion del rey
Santiago Esteves  novembre 2017

Réalisé par Santiago Esteves. Argentine. Drame. 1h36 (Sortie le 22 novembre 2017). Avec Matías Encinas, Germán De Silva, Walter Jakob, Esteban Lamothe, Jorge Prado, Mario Jara, Elena Schnell et Martin Arroyo.

D'ordinaire, les films argentins distribués en France ont toujours une résonance historique, reviennent sur la longue période de la dictature militaire ou sur la crise économique qui a ruiné le pays dans les années 2000.

"La educacion del rey" de Santiago Esteves a un propos apparemment beaucoup plus modeste et se veut un "thriller" très ancré dans le quotidien, que l'on hésite même à qualifier de "thriller social".

Et pourtant, la mésaventure de Reynaldo, jeune candide qui participe à un cambriolage avec son grand frère et un ami de celui-ci, plonge une nouvelle fois le spectateur au cœur de la réalité argentine. Et, pour une fois, sans avoir besoin de la présence de Ricardo Darin !

Comme il est maigre (on le surnomme "el flaco"), Reynaldo doit jouer les monte-en-l'air pour pénétrer dans une maison. Ce coup facile qui sera son premier, il accepte, parce qu'il est à la rue en délicatesse avec sa mère qui l'élève seule.

Mais, les choses autrement que prévues. Même s'il s'empare du magot, il doit fuir par les toits... et tombe parmi les plantes du couple Vargas. Au lieu de le dénoncer, Carlos et Elena vont "l'éduquer", tenter de lui redonner goût à la vie.

Dans "La educacion del rey", s'opposent deux visions de l'Argentine. Celle au goût du jour, inquiétante, répressive, méchante. De l'autre, un Argentine qui croit encore à la solidarité, qui ne voit pas dans un jeune garçon perdu un monstre à enfermer.

Carlos Vargas n'a pourtant pas le profil du bon samaritain. Champion de tir, ancien convoyeur de fond, il sait ce que la violence veut dire. Il ne porte pas dans son cœur une police fortement corrompue (comme on le verra largement dans le film). Pour l'aider à "éduquer" Reynaldo, il a tout un réseau de gens qu'il sait dans la police et ailleurs intègres ou obligés de l'être.

"La educacion del rey" de Santiago Esteves, derrière son récit très simple qui en fait un très bon polar linéaire, est une métaphore d'un pays toujours malade, où les braves gens doivent agir dans l'ombre, les pourris étant dans la lumière.

Le personnage de Carlos, porté par un acteur magnifique (German De Silva), est plein de mystère et pas du tout équivoque. S'il fait l'éducation d'un "roi" ("rey" diminutif de Reynaldo signifiant "roi"), c'est en lui apprenant non seulement à tirer pour se défendre, mais aussi à découvrir que la société est complexe et qu'il s'agit surtout de bien savoir à qui faire confiance.

Plaisant, bien joué, plus tortueux qu'il n'y paraît, "La Educacion del Rey" de Santiago Esteves est une vraie réussite. On sent qu'il appartient désormais à une cinématographie qui ne cherche pas à faire simplement à faire quelques films marquants ou prestigieux, mais veut multiplier les occasions de raconter un pays toujours bien vivant malgré la crise existentielle endémique qu'il traverse.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=