Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lise
L'International  (Paris)  mercredi 8 novembre 2017

"Qui aurait pu croire qu’il arriverait ça ?" a dit Lise, quelques minutes après son concert à l’International, mercredi 8 novembre dernier. Qui aurait pu croire à ces chansons, à ce genre de musique, à cette assurance, à ce public ?

Retour en 2011, car l’équipe de Froggy’s Delight suit la jeune chanteuse depuis ses débuts et son premier album. Dans un studio à Pantin, elle présente sa musique, au piano, et c’est sa voix qui impressionne. Sa personnalité séduit. La critique est enthousiaste. La Rochelle, pour les Francofolies, la même année, c’est une standing ovation quasiment dans le théâtre de la Verdière pour saluer une artiste qui a médusé toute la salle par son émotion, sa voix cristalline, ses mélodies et son audace à jouer avec les miroirs et les rouleaux de scotch.

7 ans plus tard, Lise gagne le prix public du concours Gate Up des Inrocks. Tenori-on en main, synthés pour l’entourer, elle s’est créée un autre univers. Explosif, dynamique, dansant, heureux, joyeux, pétillant ! Ce soir-là, à l’International, le répertoire est principalement en anglais et électronique. Fait par une autre, ç’aurait pu être trop pop, irritant. Mais c’est du Lise. Un monde à part, une voix à part, une présence aussi. Le public la rejoint, s’amasse. Une vingtaine au début, puis la magie opère, l’évidence, et on triple le nombre de spectateurs. Ils dansent, ils applaudissent. Des femmes, beaucoup plus d’hommes. Des 20 ans, des 30 ans, des 40 ans. Subjugués, tous. Qui aurait pu croire qu’il arriverait ça ? La mutation de sa musique, le prix des Inrocks, les spectateurs en nombre, l’explosion d’énergie, l’assurance, la sensualité… Peu de monde, effectivement. Qui pourrait croire que ça s’arrêtera là ? Absolument personne !

Avant d’écrire ma chronique, j’ai relu celles que nous t’avons consacrées chez Froggy’s Delight et, effectivement, de la Rochelle à l’International mercredi dernier, il y a eu tant de chemin parcouru ! Quel regard portes-tu sur ton parcours depuis ton premier album ?

Lise : J'emprunte un chemin escarpé genre GR de montagne, mais il suit exactement mes envies, il va où je veux et il y a une très belle vue plus je prends de la hauteur. J'ai sortie un EP en collaboration avec Mathias Malzieu dont je suis fan. Je suis partie vivre à Brooklyn où j'ai également sorti des disques en collaboration avec American Anymen. Et j'ai énormément appris de la scène antifolk New yorkaise.

Aujourd'hui, je suis bien accueillie à mon retour à Paris avec le prix du public du concours Gate UP des inrocks. Je suis ravie.

Le fait de privilégier les synthés et le Tenori-on au détriment du piano, c’est tout d’abord une question pratique, je crois : ce n‘était pas forcément évident de trouver facilement des lieux pour chanter qui pouvait accueillir un piano ou en prêter un. Mais finalement, maintenant, ne te sens-tu pas plus à l’aise dans ce répertoire plus pop ?

Lise : Oui, je savais que je pouvais faire pleurer les filles avec mon piano mais ça a été une révélation de voir que je pouvais aussi faire danser les gens ! Maintenant, j'essaie d'explorer ces deux univers émotionnels. Un truc intime et la fois la possibilité de se connecter et de libérer son énergie par la danse. Je fais des chansons dansantes pour introvertis.

Je suis totalement incapable de comprendre l’anglais à l’oral. Du coup, je profite de cette interview pour te demander si tu peux m’expliquer de quoi parlent généralement tes chansons… Où trouves-tu l’inspiration ?

Lise : Elles parlent d’amour ! Beaucoup de désir aussi, et de mes expériences intimes, un peu logique puisque elles en sont le résultat et le conducteur. Mais aussi de féminité, d'émancipation, de liberté. Et je chante toujours aussi en français sur les mêmes thèmes.

A chacun de tes concerts, j’ai pu entendre les réactions de nouveaux spectateurs, qui te découvraient. A chaque fois, outre ta voix qui émerveille systématiquement surtout lors de chansons comme "Moon", c’est ton charisme, ton univers qui fascinent. Est-ce que tu le ressens, en as-tu conscience et travailles-tu aussi là-dessus particulièrement ?

Lise : J'ai conscience qu'il y a eu prise de pouvoir notamment grâce à ma position en scène et que le public y est sensible. J'ai l'impression que ça fait du bien de voir une femme maîtriser des machines, chanter et danser de façon personnelle décomplexée. Et oui c'est quelque chose que j'ai envie d'affûter à tous les niveaux de ma démarche artistique.

Quand on sort de tes concerts, on a une pêche incroyable, l’impression que la vie est joyeuse, pétillante ! Un vrai antidépresseur ou un euphorisant ! Est-ce qu’on peut espérer pouvoir écouter bientôt des morceaux sur un album ou un EP ?

Lise : Je l'espère ! En tout cas, on peut toujours venir à mes concerts ! Il y aura toujours de nouvelles chansons et de nouvelles chorées ! Mais c'est vrai que je suis musicienne alors j'ai beaucoup de raisons d'être heureuse, et j'ai envie de partager et transmettre cette énergie. En plus, plus on la partage plus on en a ! C'est une belle leçon.

Pour découvrir Lise ou la revoir, ce sera maintenant le 1er février au FGO Barbara.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lise parmi une sélection de singles (mars 2011)
La chronique de l'album eponyme de Lise
La chronique de l'album La Fille Que Je N'Embrasse Pas de Lise
La chronique de l'album L'Ailleurs de Lise Cabaret
Lise en concert à l'Espace Vauban (16 mars 2005)
Lise en concert à Théâtre Les Déchargeurs (avril 2011)
Lise en concert à Lise au Festival des Francofolies 2011
Lise en concert à Zèbre de Belleville (mercredi 28 septembre 2011)
Lise en concert à La Menuiserie (vendredi 19 avril 2013)
Lise en concert aux Infirmières Galerie (mercredi 18 juillet 2013)
Lise en concert à La Ferronnerie (vendredi 7 février 2014)
Lise en concert à Maze (vendredi 13 février 2015)
Lise en concert au Festival L'Estival (édition 2015) - Les Vitrines - samedi 3 octobre
Lise en concert aux Trois Baudets (jeudi 14 janvier 2016)
Lise en concert à Lise - My Broken Frame (lundi 8 février 2016)
L'interview de Lise (10 mars 2011)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Lise
Le Soundcloud de Lise
Le Facebook de Lise

Crédits photos : Maxence Thiberge


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lise (10 mars 2011)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=