Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lise
L'International  (Paris)  mercredi 8 novembre 2017

"Qui aurait pu croire qu’il arriverait ça ?" a dit Lise, quelques minutes après son concert à l’International, mercredi 8 novembre dernier. Qui aurait pu croire à ces chansons, à ce genre de musique, à cette assurance, à ce public ?

Retour en 2011, car l’équipe de Froggy’s Delight suit la jeune chanteuse depuis ses débuts et son premier album. Dans un studio à Pantin, elle présente sa musique, au piano, et c’est sa voix qui impressionne. Sa personnalité séduit. La critique est enthousiaste. La Rochelle, pour les Francofolies, la même année, c’est une standing ovation quasiment dans le théâtre de la Verdière pour saluer une artiste qui a médusé toute la salle par son émotion, sa voix cristalline, ses mélodies et son audace à jouer avec les miroirs et les rouleaux de scotch.

7 ans plus tard, Lise gagne le prix public du concours Gate Up des Inrocks. Tenori-on en main, synthés pour l’entourer, elle s’est créée un autre univers. Explosif, dynamique, dansant, heureux, joyeux, pétillant ! Ce soir-là, à l’International, le répertoire est principalement en anglais et électronique. Fait par une autre, ç’aurait pu être trop pop, irritant. Mais c’est du Lise. Un monde à part, une voix à part, une présence aussi. Le public la rejoint, s’amasse. Une vingtaine au début, puis la magie opère, l’évidence, et on triple le nombre de spectateurs. Ils dansent, ils applaudissent. Des femmes, beaucoup plus d’hommes. Des 20 ans, des 30 ans, des 40 ans. Subjugués, tous. Qui aurait pu croire qu’il arriverait ça ? La mutation de sa musique, le prix des Inrocks, les spectateurs en nombre, l’explosion d’énergie, l’assurance, la sensualité… Peu de monde, effectivement. Qui pourrait croire que ça s’arrêtera là ? Absolument personne !

Avant d’écrire ma chronique, j’ai relu celles que nous t’avons consacrées chez Froggy’s Delight et, effectivement, de la Rochelle à l’International mercredi dernier, il y a eu tant de chemin parcouru ! Quel regard portes-tu sur ton parcours depuis ton premier album ?

Lise : J'emprunte un chemin escarpé genre GR de montagne, mais il suit exactement mes envies, il va où je veux et il y a une très belle vue plus je prends de la hauteur. J'ai sortie un EP en collaboration avec Mathias Malzieu dont je suis fan. Je suis partie vivre à Brooklyn où j'ai également sorti des disques en collaboration avec American Anymen. Et j'ai énormément appris de la scène antifolk New yorkaise.

Aujourd'hui, je suis bien accueillie à mon retour à Paris avec le prix du public du concours Gate UP des inrocks. Je suis ravie.

Le fait de privilégier les synthés et le Tenori-on au détriment du piano, c’est tout d’abord une question pratique, je crois : ce n‘était pas forcément évident de trouver facilement des lieux pour chanter qui pouvait accueillir un piano ou en prêter un. Mais finalement, maintenant, ne te sens-tu pas plus à l’aise dans ce répertoire plus pop ?

Lise : Oui, je savais que je pouvais faire pleurer les filles avec mon piano mais ça a été une révélation de voir que je pouvais aussi faire danser les gens ! Maintenant, j'essaie d'explorer ces deux univers émotionnels. Un truc intime et la fois la possibilité de se connecter et de libérer son énergie par la danse. Je fais des chansons dansantes pour introvertis.

Je suis totalement incapable de comprendre l’anglais à l’oral. Du coup, je profite de cette interview pour te demander si tu peux m’expliquer de quoi parlent généralement tes chansons… Où trouves-tu l’inspiration ?

Lise : Elles parlent d’amour ! Beaucoup de désir aussi, et de mes expériences intimes, un peu logique puisque elles en sont le résultat et le conducteur. Mais aussi de féminité, d'émancipation, de liberté. Et je chante toujours aussi en français sur les mêmes thèmes.

A chacun de tes concerts, j’ai pu entendre les réactions de nouveaux spectateurs, qui te découvraient. A chaque fois, outre ta voix qui émerveille systématiquement surtout lors de chansons comme "Moon", c’est ton charisme, ton univers qui fascinent. Est-ce que tu le ressens, en as-tu conscience et travailles-tu aussi là-dessus particulièrement ?

Lise : J'ai conscience qu'il y a eu prise de pouvoir notamment grâce à ma position en scène et que le public y est sensible. J'ai l'impression que ça fait du bien de voir une femme maîtriser des machines, chanter et danser de façon personnelle décomplexée. Et oui c'est quelque chose que j'ai envie d'affûter à tous les niveaux de ma démarche artistique.

Quand on sort de tes concerts, on a une pêche incroyable, l’impression que la vie est joyeuse, pétillante ! Un vrai antidépresseur ou un euphorisant ! Est-ce qu’on peut espérer pouvoir écouter bientôt des morceaux sur un album ou un EP ?

Lise : Je l'espère ! En tout cas, on peut toujours venir à mes concerts ! Il y aura toujours de nouvelles chansons et de nouvelles chorées ! Mais c'est vrai que je suis musicienne alors j'ai beaucoup de raisons d'être heureuse, et j'ai envie de partager et transmettre cette énergie. En plus, plus on la partage plus on en a ! C'est une belle leçon.

Pour découvrir Lise ou la revoir, ce sera maintenant le 1er février au FGO Barbara.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lise parmi une sélection de singles (mars 2011)
La chronique de l'album eponyme de Lise
La chronique de l'album La Fille Que Je N'Embrasse Pas de Lise
La chronique de l'album L'Ailleurs de Lise Cabaret
Lise en concert à l'Espace Vauban (16 mars 2005)
Lise en concert à Théâtre Les Déchargeurs (avril 2011)
Lise en concert à Lise au Festival des Francofolies 2011
Lise en concert à Zèbre de Belleville (mercredi 28 septembre 2011)
Lise en concert à La Menuiserie (vendredi 19 avril 2013)
Lise en concert aux Infirmières Galerie (mercredi 18 juillet 2013)
Lise en concert à La Ferronnerie (vendredi 7 février 2014)
Lise en concert à Maze (vendredi 13 février 2015)
Lise en concert au Festival L'Estival (édition 2015) - Les Vitrines - samedi 3 octobre
Lise en concert aux Trois Baudets (jeudi 14 janvier 2016)
Lise en concert à Lise - My Broken Frame (lundi 8 février 2016)
L'interview de Lise (10 mars 2011)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Lise
Le Soundcloud de Lise
Le Facebook de Lise

Crédits photos : Maxence Thiberge


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lise (10 mars 2011)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=