Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ignatus
[e.pok]  (Ignatub)  octobre 2017

Peut-être que si je ne suivais pas Ignatus depuis longtemps, je serais tombé amoureux de son projet [e.pok]. Car, en effet, j'attendais une suite à Cœur de bœuf dans un corps de nouille depuis 2004. Pourtant, même s'il a produit deux albums en 2009 et 2014, leur sortie n'était pas parvenue jusqu'à mes oreilles. Bien qu'inscrit à la newsletter sur son site Ignatub, c'est en préparant cette chronique que j'ai appris l'existence de ces deux albums.

Pour les dernières nouvelles que j'avais de lui, il intervenait lors d'ateliers destinés aux professionnels de la chanson au Studio des Variétés, et continuait sa collaboration avec les frères Makouaya dans le cadre de spectacles musicaux à destination des enfants. En résumé, je pensais que, face à la reconnaissance critique mais devant l'absence de retombées médiatiques et populaires, après vingt ans de vaches maigres, Ignatus avait raccroché son tablier.

Le récent [e.pok], sorti il y a quelques mois déjà en téléchargement libre par l'intermédiaire de La Souterraine, prouve qu'il n'en est rien. Mais lorsque plus de dix années se sont écoulées entre les dernières réalisations qu'on connaît d'un musicien et ses nouvelles productions, le monde a changé. D'abord, le monde intime de l'auditeur qui se remémore les chansons comme autant de madeleines de Proust auxquelles accrocher des lambeaux de jeunesse. Ensuite, et fort heureusement, l'écriture, les choix de productions et les ambitions de l'artiste ont évolué, sans oublier que son rapport à l'art et au monde a forcément été modifié durant cette période. Enfin les média, les techniques, les modes, les styles, et au-delà de ça la société, ne
sont plus les mêmes.

Alors peut-être justement est-ce parce que le projet [e.pok] est en accord avec le monde actuel qu'il ne me convainc pas entièrement de la part d'un musicien que je raccroche à mon passé. Certes, on retrouve dans [e.pok] des obsessions d'Ignatus déjà présentes sur ses précédents albums, en tout premier lieu l'écologie et le (ou plutôt l'absence de) rapport aux autres en tant que Objet Social Non Identifié, mais celles-ci s'inscrivent dans une veine dénuée du second degré qui était la marque de fabrique de cet esthète decalé.

Plus l'album avance, plus on semble prendre le chemin d'un Michniak tiède, d'un Programme assez peu radical (ce qui d'ailleurs peut aussi apparaître comme une marque de l'époque dans un espace politique représenté uniquement au centre avec des tendances qui s'auto-proclament constructives).

Malgré les qualités inhérentes à [e.pok], une écriture fine, une interprétation savamment détachée, une production attentive aux détails, et même un beau travail sur la pochette, ce disque ne parvient pas à m'accrocher en raison de son manque de fissures et d'aspérités, comme si celles-ci avaient été gommées non par le temps mais bien par Ignatus lui-même.

Ignatus a, semble-t-il, porté une attention particulière à l'exercice de la scène avec une mise en scène associée à des projections vidéos, là où j'appréciais les performances autrefois foutraques du bonhomme qui, par exemple, bricolait des instruments à base de poupées aux effigies de Beck et d'autres artistes. C'est cependant sur scène, que j'espère être happé par le projet [e.pok], dans une configuration où les rythmes et les basses viendront physiquement me heurter et me faire violence.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ignatus en concert au Zèbre (7 décembre 2004)
Ignatus en concert à Théâtre de Verre (jeudi 26 octobre 2017)
L'interview de Ignatus (17 novembre 2004)

En savoir plus :
Le site officiel de Ignatus
Le Bandcamp de Ignatus
Le Soundcloud de Ignatus
Le Facebook de Ignatus


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=