Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Folie en tête... aux racines de l'art brut
Maison de Victor Hugo  (Paris)  Du 16 novembre 2017 au 18 mars 2018

La Maison de Victor Hugo à Paris propose avec "La Folie en tête... aux racines de l'art brut" une excellente et très ciblée exposition consacrée à l'art brut dans son acception originelle qui revient aux fondamentaux en un temps où celui-ci est intégré dans la nébuleuse en vogue des arts dits "outsiders".

En effet, l'art brut contemporain est principalement pratiqué par des artistes formé aux beaux arts qui s'inspirent des pratiquent des oeuvres et thématiques qui innervent l'"art des fous", celui des personnes internées dans des hôpitaux psychiatriques dès le 18ème siècle, suite à la qualification fameuse de Jean Dubuffet au milieu du 20ème siècle.

Gérard Audinet, directeur du lieu, et Barbara Safarova, présidente de l’Association abcd dédiée à l'art brut en charge de la collection Bruno Decharme et directrice de programme au Collège International de Philosophie, ont choisi de présenter les oeuvres réalisées au début du 20ème siècle dans le cadre d'institutions psychiatriques considérées comme pilotes en leur temps et dirigées par des thérapeutes par ailleurs amateurs d'art et collectionneurs qui ont favorisé la pratique artistique qui sera qualifiée d'art-thérapie dans les années 1950.

Ainsi on été constituées des collections européennes emblématiques qui scandent de manière chronologique l'art psychopathologique de 1830 à 1945 dans laquelle les commissaires ont puisé pour concevoir judicieusement une monstration qui évite tant le didactisme que la pédanterie en ne procédant ni à des appariements esthétiques ni à des récurrences selon la pathologie potentielle des malades.

L'art des fous, du fou devenu artiste à l'artiste devenu fou

En effet, chaque collection - la collection du Dr Browne au Crichton Royal Hospital, celle du Dr Auguste Marie qui a officié à l'Asile de Villejuif et à l’Asile-clinique de Sainte-Anne, celle du Dr Walter Morgenthaler directeur de l'Asile de la Waldau en Suisse et la collection dite Hanz Prinzhorn à l'Hôpital psychiatrique de l’Université de Heidelberg - fait l'objet d'une section spécifique.

Et le scénographe Alexis Patras a réussi la prouesse de la mise en valeur, dans les pièces d'habitation converties en salles muséales, d'une production essentiellement graphique, hors les malades venant d'un milieu aisé, les autres ne disposaient que d'un matériel réduit à un crayon à papier par moi et à des feuilles de papier.

Ce choix s'avère judicieux car il sollicite tant la curiosité que l'imaginaire et la réflexion de tout visiteur selon sa sensibilité et son background culturel, du néophyte à l'amateur éclairé.

Ainsi se révèlent, avec en filigrane l'histoire de la psychiatrie avec une des phases de son évolution quand, à l'exclusion sociale par la mise à l'écart d'abord dans la prison puis dans des asiles-mouroirs, a succédé dès le milieu du 19ème siècle une approche thérapeutique dispensée dans des institutions spécialisées et les prémisses de l'art-thérapie, des intérêts multiples.

D'une part, est dressé un large panorama en termes de maîtrise technique et de qualité esthétique selon le vécu du malade, du gribouillis enfantin du Latiniste aux oeuvres du Voyageur français qui était décorateur et hybride deux univers, le paysage et le motif décoratif, en passant par la griffonnage désordonné non-figuratif et la reproduction de motifs livresques par l'universitaire Emile Josome Hodinos.

D'autre part, l'art des fous résiste à la typologie tant les profils diffèrent, car si des fous deviennent artistes, des artistes sombrent dans la folie comme la peintre expressionniste Else Bankerhorn, ce qui alimente la dialectique art/génie/folie qui, dans sa dérive, a alimenté l'entreprise de "purification de l'art" mené par le IIIème Reich qui, en l'occurrence, s'accompagnait de l'euthanasie des aliénés come ce fut le cas pour Franz Karl Bühler qui avait enseigné à l'Ecole des Arts Appliqués de Strasbourg avant son internement.

Tout comme leur production notamment parce que si certains sont connus, et parfois même célèbres et de leur vivant.

Tel Adolf Woltfli qui s'invente une vie épique en s'érigeant en figure fictionnelle inspirée de son saint patron, la plupart sont à jamais anonymes tout comme August Klett qui crée sa propre cosmogonie.

De plus, ces oeuvres résultent de tant de création spontanée, souvent sur un thème obsessionnel, du mysticisme d'Emile Jacob à l'érotomanie saphique de Oskar Buttikofer, que de créations dirigées visant à la pratique du dessin par la reproduction de dessins,gravures ou illustrations comme avec Josef Askew.

Néanmoins chacune constitue l'émanation d'un univers unique dont celui qui regarde tente de percer le mystère notamment quant elle ressort d'une registre non figuratif et, paradoxalement, certains initient une mise en résonance avec les mouvements de l'art moderne et de l'art contemporain.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison de Victor Hugo

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie) avec l'aimable autorisation de la Maison de Victor Hugo


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 décembre 2018 : Tout feu tout flamme

Du pain et des jeux, du sang et de la fureur, les analystes sont bien embêtés avec les maillots bleus qui, en l'espace de quelques semaines, sont devenus des gilets jaunes. Ce n'est pas Froggy's Delight qui va pouvoir changer quelque chose mais on essaie de contribuer à votre bonne humeur, à votre bien être et un peu à vos cadeaux de Noël avec notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys
et toujours :
"The last detail" de The Last Detail
"Douze études" de Tristan Pfaff et Karol Beffa
"Originul" de Cadillac
"Not easy to cook" de Cannibale
"5 Klavierstucke" de Irmin Schmidt
"Reflets" de Julien Hardy et Simon Zaoui
"Auguste" de Leila Huissoud
Peter Bence au Casino de Paris
Festival Rockomotives #26 et le Festival Street Punk Ink Mas Party #3

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Soeurs (Marina & Audrey)" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Sombre rivière" au Théâtre du Rond-Point
"La Réunification des deux Corées" à la MC93 à Bobigny
"La Lettre à Helga" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"D'un retournement l'autre" au Théâtre La Reine Blanche
"La Ronde" au Théâtre 14
"Exécuteur 14" à la Manufacture des Oeillets
"J'ai bien fait ?" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée... passe à table" au Théâtre La Bruyère
"Origines" au Chapiteau Arlette Gruss
les reprises :
"Tous des oiseaux" au Théâtre de la Colline
"Ionesco Suite" à l'Espace Cardin
"Le Cercle de Whitechapel" au Théâtre Le Lucernaire
"Dormir cent ans" au Théâtre de la Colline
"Comment va le monde" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Palmiers sauvages" au Monfort Théâtre
"Croustilleux La Fontaine" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Tutto Ponti - Gio Ponti archi-designer" au Musée de Arts Décoratifs
et dernière ligne droite pour "Jômon - Naissance de l'Art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"What you gonna do when the world's on fire ?" de Roberto Minervini
"Premières solitudes" de Claire Simon
"Les Confins du monde" de Guillaume Nicloux
Ciné en bef avec :
"Les Veuves" de Steve McQueen
"Mauvaises herbes" de Kheiron
"Les bonnes intentions" de Gilles Legrand
"Sale temps à l'Hôtel El Royale" de Drew Goddard
"Bohemian Rhapsody" de Bryan Singer
"Kursk" de Thomas Vitenberg
"Suspiria" de Luca Guadagnino
"Les chatouilles" de Andréa Bescond et Eric Métayer
"Sauver ou Périr" de Frédéric Tellier
"Chacun pour tous" de Vianney Lebasque
Oldies but Goodies avec :
"Le Fleuve sauvage (Wild River)" de Elia Kazan dans le cadre de la Rétrospective Elia Kazan à la Cinémathèque française
et "Eclairage intime" de Ivan Passer dans le cadre du Cycle La Nouvelle Vague tchèque à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties de novembre

Lecture avec :

"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake
et toujours :
'Erev à la veille de ..." de Eli Chekhtman
"Inch'Allah : l'islamisation à visage ouvert" Gérard Davet et Fabrice Lhomme
"Les frères K" de D.J. Duncan
"Marthe ou les beaux mensonges" de Nicolas d'Estienne d'Orves
"Trois jours à Jérusalem" de Stéphane Arfi

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=