Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Fuite !
Théâtre Gérard Philippe  (Saint-Denis)  décembre 2017

Comédie d'après l'oeuvre éponyme de Mikhaïl Boulgakov, adaptation et mise en scène de Macha Makeïeff, avec Pascal Rénéric, Vanessa Fonte, Vincent Winterhalter, Thomas Morris, Geoffroy Rondeau, Alain Fromager, Pierre Hancisse, Sylvain Levitte, Samuel Glaumé, Karyll Elgrichi et Emilie Pictet.

C’est en huit songes que Mikhaïl Boulgakov divise sa grande fresque sur la défaite des "Blancs". "La Fuite !" est un récit trépidant, plein de bruit et de fureur, qui reflète le tohu-bohu des années de guerre civile consécutives à la victoire de la Révolution Bolchevique en octobre 1917, et dans lequel vont intervenir une bonne quarantaine de personnages…

Il fallait donc tout le culot de Macha Makaïeff pour tenter le pari de restituer l’atmosphère autant grotesque que fantastique de l’œuvre du génie russe, auteur de "Le Maître et Marguerite".

En terrain connu pour évoquer la Russie perdue de ses grands-parents, elle n’a pas hésité à conter cette épopée autant tragique, voire fantastique, que comique avec "seulement" une douzaine d’acteurs.

Et pour cela, elle a, comme d’habitude, conçu elle-même le très beau décor qui se transforme au gré des saynètes. Initialement, monastère, il deviendra commissariat à Sébastopol, quartier misérable à Constantinople, pour finir intérieur bourgeois à Paris.

Mené tambour battant, "La Fuite !" pourra déconcerter ceux qui connaissent mal cette période mouvante où les Blancs et les Rouges avancent et reculent au gré des batailles alors que la victoire finale n’a pas encore choisi son camp.

Ce qu’il faut avant tout savoir, c’est que cette vision de l’histoire où les futurs vaincus sont montrés, au moins dans les trois premiers songes, comme faisant jeu égal avec les Révolutionnaires, a déplu à Staline, qui, malgré son admiration pour Boulgakov, n’a pas voulu qu’elle prenne vie au théâtre.

Sans doute, la déchéance des aristocrates blancs en Turquie et à Paris était-elle plus acceptable, mais peut-être pas assez radicale, puisque certains des personnages finissent par y trouver leur compte.

Grâce à une distribution formidable, où chaque acteur peut se démultiplier avec un plaisir visiblement communicatif, Macha Makaïeff réussit à passionner pendant plus de trois heures. Inventive, sa mise en scène ne cesse de chorégraphier tous les déplacements de ses nombreux personnages.

L’apothéose sera d’ailleurs un final confié à Angelin Preljocaj qui donne une petite touche poétique et mélancolique. Pour tous ces Russes en exil, ces quelques pas esquissés sont un gage de liberté, mais également expriment leur exclusion quasi "définitive" de l’histoire de leur pays.

Parcourue aussi par des moments de franche rigolade, la pièce de Boulgakov mélange les genres et réussit pourtant à rester homogène. Même si les numéros d’Alain Fromager et de Thomas Morris paraissent les plus aboutis, que Sylvain Levitte multiplie les rôles de composition et que Vincent Winterhalter incarne merveilleusement la quintessence du Russe blanc déchu, tous les comédiens mériteraient une citation.

Macha Makeïeff a su encore une fois s’emparer d’un vrai texte, et le traiter sans en réduire l’ampleur. La forme qu’elle a confectionnée fournit de quoi bâtir du grand théâtre populaire à la portée de tous. Qu’on soit jeune ou pas, connaisseur ou pas de Boulgakov, on n’oubliera pas cette version foisonnante, dessinée avec gourmandise et qui assume sa croyance sans faille en l’art dramatique.

Un régal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=