Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tagada Jones - Les Sales Majestés - Ratel
Le Fil  (Sint-Etienne)  samedi 18 novembre 2017

Je ne vais pas te mentir, c’est le cœur lourd que je me suis rendu à ce concert. Dans l’après-midi, je reçois un SMS d’un de mes meilleurs amis, SMS laconique : R.I.P. Malcolm (Young pour les ignorants). Un pan supplémentaire de ma jeunesse tumultueuse qui partait dans les limbes.

Je ne vais pas te mentir, c’est aussi le cœur plein d’allégresse que je me suis rendu à ce concert. D’une part parce que j’allais y retrouver un chouette bonhomme (Jil de The Off-Keys dont je t’ai déjà parlé ici) mais aussi parce que j’allais revoir en live un des groupes qui m’a marqué cette année et qui, on peut le dire, est phénoménal sur scène.

En première partie de ce concert, Ratel. Le régional de l’étape qui a eu la lourde charge de chauffer la salle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur rock énergique et bien lourd (dans le bon sens du terme) a fait le job. Un chanteur imposant physiquement et vocalement, un rock puissant.

Seul bémol, à mon goût, un guitariste bien statique, mais néanmoins efficace. Une très belle découverte.

Viennent ensuite Les Sales Majestés, groupe phare de la scène punk française. Et crois-moi, des punks j’en ai vus. Des jeunes, des moins jeunes, des filles, des mecs, des couples et un nombre assez incroyable de crêtes…

Sur scène, Les Sales Majestés sont intransigeants, entre harangue vindicative et musique punk. Pour te dire la vérité, je ne connaissais pas le groupe plus que ça (oui, j’ai un peu honte et je me suis moi-même lancé des pierres !) mais quel bon, très bon concert même.

Dans la fosse ça pogote, le public scande les paroles et le groupe s’éclate. On voit l’équipe technique, le sourire aux lèvres assurer les chœurs. Une très belle découverte pour moi et encore des achats d’album à programmer !

Arrive enfin le moment tant attendu. Noir. Fond sonore. Le public commence à se chauffer et boouuum "Envers et contre tous" qui ouvre le bal et crois-moi que moi qui adore cette chanson, j’ai pris une belle claque.

Ensuite c’est un déchaînement de pogo, de slam, j’ai même vu des gosses de 7, 8 ans slamer sous le regard béat de leur père. Un public comme toujours très attentif et bienveillant dans ce cas là et j’avoue que ça change des gaillards qui se balancent sur toi, c’est que je ne suis plus tout jeune…

Les Tagada Jones enchainent les titres du dernier album, des plus anciens, tout y passe et ça se déchaine dans la fosse. Pas le temps de respirer, Niko et sa bande nous mettent à rude épreuve, mais qu’est-ce que c’est bon !

La dernière fois que Tagada Jones est passé par chez nous, c’était dans un ancien cinéma porno. Un bail pour les fans. Niko s’en souvient et annonce une bonne nouvelle : ils vont revenir bientôt dans une autre salle !

Niko est cash, pas de rappel, pas de perte de temps à aller derrière, s’essuyer et flatter son ego en entendant le public scander leur nom. De l’ego les Tagada Jones n’en ont pas un démesuré. Ils se sont baladés dans le public, se sont pliés sourires aux lèvres aux séances de dédicaces et photo. On voit qu’ils sont heureux d’être là.

Et petite cerise sur le gâteau punk rock, un morceau pas prévu sur la set list, et là tu vois le professionnalisme des techniciens qui gèrent ça de mains de maître. C’est avec ce morceau, "Cargo", que j’avais redécouvert ce groupe.

Enfin, histoire de ne pas oublier, la dédicace à l’un des groupes qui les a incités à jouer avec le medley de titres de Parabellum et un pogo démentiel sur le final de "Cayenne", il faut dire que les Tagada Jones ne semblent pas fatigués.

Je te disais que le groupe est génial avec son public, j’en veux pour preuve cette réaction de Stef, le guitariste qui, à la fin, va vers un gosse qui a passé tout son concert sur le bord de la scène et lui a fait essayer sa guitare.

Voilà, Tagada Jones c’est ça : du rock, de la rage, de la colère, de l’engagement (comme celui de Niko pour une asso qui ouvre le sport à tous) et de l’ouverture d’esprit, des sourires, des rires, des échanges !

Je ne vais pas te mentir, je suis reparti à 1h du mat’ avec un sourire béat aux lèvres, parce que oui, parfois, malgré la peine, la colère je suis aussi une vraie midinette.

Guette bien si les Tagada ne passent pas loin de chez toi et fonce, c’est dément !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Descente Aux Enfers de Tagada Jones
La chronique de l'album La peste et le choléra de Tagada Jones
L'interview de Tagada Jones (avril 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Tagada Jones
Le Facebook de Tagada Jones
Le site officiel de Les Sales Majestés
Le Bancamp de Les Sales Majestés
Le Facebook de Les Sales Majestés


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=