Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de Benicassim 2005 (samedi)
Kings of convenience - Kaiser Chiefs - The Raveonettes - Keane - Ladytron - Lemonheads - !!! - Radio 4 - Dinosaur Jr  (Espagne)  6 août 2005

Troisième journée et le Red Bull se dilue tout compte fait très bien dans le sang. Deux heures de sommeil et un paquet de chips plus tard, nous voila de retour pour une nuit de concerts aussi électriques qu'un sèche-cheveux de Claude François. Action.

C'est sur l'Escenario fiberfib.com qu'arrive le duo acoustique des Kings of convenience.

Habitué aux petites salles aux ambiances intimistes on se demande tout d'abord s'ils ne se sont pas égarés sous le soleil espagnol.

Avec chacun une guitare et un piano à queue pour décor, les norvégiens Erlend Oye et Eirik Glambek Boe vont distiller une pop tranquille et classieuse.

La comparaison, bien qu'éculée, avec Simon et Garfunkel reste pourtant bien d'actualité, tant par leurs jeux d'harmonies vocales que par leurs arpèges très 60'.

Les mélodies vocales s'entrelacent au son des arpèges et les chansons s'écoulent fluidement telle une rivière se jetant dans un fjord (pas le yaourt !).

L'ensemble s'emballe même et le public bat le rythme des mains. Cependant un de nos musiciens montrera l'exemple et entraînera le public à plutôt claquer des doigts, ce qui correspond mieux, il est vrai, à leur style de musique.

A la moitié du concert les deux compères sont rejoints par le bassiste et le violoniste qui ont collaboré à Riot on a empty street. Même avec cet ajout, leur pop reste subtile et permet des envolées de corde qui accentue le côté très aérien de l'ensemble.

Au terme d'une heure, le duo aura conquis son public et apporté un peu un peu de douceur dans ce festival de brutes.

20H00 : Changement de décors. Aux antipodes des arpèges de Kings of convenience l'ambiance s'électrise un peu plus à chaque instant. Au programme, Kaiser Chiefs ! .

Composé de Ricky Wilson (vocales), Andrew White (guitare), Simon Rix (basse), Nick Baines (piano) et Nick Hodgson (batterie), la bande de Leeds s ‘échauffe derrière la scène.

De l'autre coté, c'est un peu à l'image d'un stade de football qui se remplit : les spectateurs prennent place et les plus fidèles sont déjà amassés devant la scène !

Ca y est, les 5 garçons font leur entrée sous les premiers applaudissements d'un public en grande majorité déjà acquis ! Pas de temps mort sur scène, ce soir ce n'est pas de la Britpop mais bel et bien du punk/art rock tel un mix entre Blur et Madness !!

L'explosion arrive lorsque Nick Baines entame les premières notes de "Everyday i love you less and less". Véritable boule d'énergie Ricky Wilson entame un magnifique "Oh my god"…(i can't believe !) qui offre un joli moment de communion avec le public.

Au final 1h15 de plaisir et d'émotions…

21h, The Raveonettes.

La musique des deux danois s'installe sur la scène principale au coucher du soleil. Esthétiquement au top, musicalement pas en reste, Sharin Foo et Sune Rose Wagner (avec des noms pareils déjà tout un programme…), crèvent l'écran avant même le premier accord.

Robe bleue très shabadabada pour Sharin Foo et guitares enfourchées, le concert débute pour le mieux et parvient à retranscrire l'ambiance 60' de l'album Pretty in Black. Atmosphérique sans être hautain, le duo joue un bon vieux rock & roll sur lequel n'aurait sans doute pas craché Phil Spector. Regrettons malgré tout l'absence de Moe Tucker et Ronnie Spector, invitées VIP du dernier album des Raveonettes…Mais l'essentiel est là, et l'occasion de voir un groupe nordique aussi torride est trop rare pour la bouder…

Voilà la tête d'affiche du samedi qui s'annonce. Dans ce festival qui se veut rassembleur pour ne pas dire consensuel, la sensation anglaise FM du moment s'appelle Keane.

Le trio (piano, batterie et chant) s'avance sur scène devant un public déjà prêt à entonner leur deux tubes "Somewhere only we know" et "Everybody's changing".

Ils sont là pour préparer la venue de leur deuxième album (qui se voudrait radicalement différent) et en jouent quelques morceaux. Le groupe a l'air satisfait de la réponse du public même si pour ma part je n'ai vu aucune différence d'avec leurs précédentes chansons.

Le chanteur avec son air poupon arpente la scène de long en large nerveusement, il y a comme qui dirait un décalage avec la musique. Le pianiste, seul instrumentiste de la scène (pardon au batteur) assure à lui seul l'accompagnement et se dandine furieusement sur son siège. Leur pop est faite pour plaire au plus grand nombre et le public répond présent en masse. Des briquets (ou téléphones portables, c'est ça la modernité !) s'allument, à la demande du chanteur, pour les ballades, le groupe tient son heure de gloire.

Enfin bon, au bout d'une heure quand même, je me résouds à jeter l'éponge (ou plutôt le carnet) et vais faire un tour.

>>> La conférence de presse de Keane

Changement de scène, changement de décor, here comes Ladytron.

Groupe indéfinissable, flirtant autant du coté de l'électro que de la pop, voire de la dark music…Ambiance tamisée pour les brunettes de Liverpool, qui, surfant sur le revival 80' , parviennent à remettre les synthés à l'honneur. Pas de vestes rose bonbon ni de permanentes laquées à l'horizon, on vous rassure. Juste la parfaite adéquation entre une électro minimaliste et un sens de la mélodie soutenu par des claviers pas synthétiques pour deux sous…

La majorité des titres de Light and magic sont joués ce soir avec une certaine rigueur très…allemande. Froid et rigoureux comme un hiver à Berlin, le set de Ladytron tarde à chauffer la foule. Il serait en effet plus facile de crier en masturbant un micro comme d'autres teutonnes.

N'empêche, la magie s'opère enfin sur "Blue jeans", puis "Play girl", et la foule se dresse. Il était temps. La tonalité batcave du concert fait son effet sur "Evil", permettant à Ladytron de prendre son envol malgré un jeu de scène relativement statique. Dur en effet de tout envoyer valdinguer lorsque les claviers régissent l'ensemble de votre concert…

Groupe à revoir et déguster à l'avenir de préférence dans une salle plus intimiste.

Groupe phare de la scène indé américaine dans les années 80/90 Lemonheads, trio mené par son chanteur/guitariste Evan Dando, se reforme et se produit sur L'escanario verde. Après 8 albums, leur collaboration s'était arrêtée en 1996 avec l'album Car button cloth .

Le groupe joue des chansons qui ont fait leur succès ("Confetti", "Into your arms", "Rudderless") mais également des chansons de Baby, I'm bored, l'album solo d'Evan Dando. Ce dernier armé d'une Gibson SG prodigue, devant le public présent en masse, un rock mélodique et énergique sans fioriture.

L'ensemble fait penser à du REM survolté et franc du collier façon Monster ou New Adventures in Hi-Fi. Le rock n'est toujours pas mort et les têtes de citron, démontrent brillamment, que loin d'être encore une pathétique reformation, qu'ils n'ont rien perdu de leur force et qu'ils peuvent encore en apprendre aux petits jeunes.

Au bout d'une heure s'excusant de ne plus avoir de morceau préparé avec le groupe mais voulant quand même prolonger le concert, Dando revient sur la scène seul guitare à la main pour nous interpréter quelques morceaux, dont une reprise de Gram Parsons, "$1000 Wedding".

!!! (Prononcez chik chik chik) pose, non sans humour, quelques interrogations. Annoncé comme la nouvelle coqueluche de la scène punk funk (appelons ce nouveau mouvement le pfunk…), !!! livre d'entrée de jeu un set agressif et nerveux, pour le plus grand bonheur de la gente masculine…

Amateur de finesse et d'arpèges à la Nick Drake, passes ton chemin. Un coup d'œil à la tenue du chanteur braillard résume bien l'affaire…T-shirt rose, short de foot bleu lagon et mocassins marrons…La nouvelle vague musicale secoue donc les concepts comme une lame de fond.

Des chansons comme "Hello? Is this thing on?" ou "Me and Giuliani down by the school yard" savent tout de même attraper le public au vol et se révèlent finalement très dansantes.

Considérés par certains comme the next big thing, !!! me laisse pour ma part sur ma faim, que je m'en vais de ce pas combler avec un kebab sauce très piquante….

Clou de la soirée pour les insomniaques, Radio 4 (ne pas confondre avec Gang of four, petits coquins..) clôture cette troisième journée en beauté avec un rock new-yorkais du meilleur goût.

Urgence et musique de pompier, pas de place pour les sentiments nostalgiques. Le meilleur de Stealing of a nation se joue ce soir sur la scène principale, devant près de 30 000 personnes qui dansent, qui dansent, qui dansent. Et se demandent si le hit "Dance to the underground" sera joué ce soir.

Oui, bien évidemment. "Cette chanson parle de notre ville" lance Antony Roman (bassiste et chanteur). La fatigue et le temps faisant leur affaire, on oublie de quelle chanson il s'agit, mais on comprend que Radio 4 aime New York, que c'est une jolie ville, qu'ils ont un joli parc avec des gens qui courent dedans et que jamais ils vivront ailleurs. New York c'est chouette comme un concert de Radio 4 tiens…

Les plus fidèles d'entre vous auront constaté que Dinosaur Jr, présent à l'affiche ce soir, n'était pas chroniqué dans ces modestes lignes. Je répondrais, en mon âme et conscience, que ce groupe mythique, et donc usé jusqu'à la moelle, ressemble à s'y méprendre aux grands mammifères dont ils s'inspirent.

Lourds et lents, pas adaptés au monde nouveau, les dinosaures étaient voués à disparaître…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La conférence de presse de Keane
Le jeudi à Benicassim
Le vendredi à Benicassim
Le dimanche à Benicassim

La chronique de l'album A voir au Festival International de Benicassim de The Kings of convenience
La chronique de l'album Declaration of Dependence de Kings of Convenience
La chronique de l'album Yours truly, angry mob de Kaiser Chiefs
Kaiser Chiefs en concert au Festival Les Trans 2006 (samedi)
Kaiser Chiefs en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Kaiser Chiefs en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Kaiser Chiefs en concert au Festival des Vieilles Charrues #20 (édition 2011) - Jeudi
Kaiser Chiefs en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
La chronique de l'album Whip it on de the Raveonettes
La chronique de l'album Pretty in black de The Raveonettes
La chronique de l'album Raven In The Grave de The Raveonettes
Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2005 (samedi)
Raveonettes en concert à La Maroquinerie (20 septembre 2007)
Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
Raveonettes en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
L'interview de The Raveonettes (13 août 2005)
Keane en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
La conférence de presse de Keane (3 août 2005)
La chronique de l'album eponyme de The Lemonheads
Lemonheads en concert à La Maroquinerie (14 novembre 2006)
La chronique de l'album Strange Weather, Isn't It ? de !!!
La chronique de l'album Thr!!!er de !!!
!!! en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
!!! en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
!!! en concert au Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
!!! en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)
!!! en concert au Festival Crazy Week !!! #5 (édition 2014) - jeudi
La chronique de l'album Stealing of a nation de Radio 4
La chronique de l'album Enemies Like This de Radio 4
Radio 4 en concert au Festival Rock en Seine 2004
Radio 4 en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
L'interview de Radio 4 (août 2004)
L'interview de Anthony Roman - Radio 4 (4 mai 2006)
La chronique de l'album Beyond de Dinosaur Jr
Dinosaur Jr parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album Farm de Dinosaur Jr
Dinosaur Jr en concert au Festival All Tomorrow's Parties
Dinosaur Jr en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
L'interview de Jay Mascis - Dinosaur Jr (avril 2007)

Crédits photos et articles : Little Tom & Big Ben


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=