Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean Echenoz - roman, rotor, stator
Centre Pompidou  (Paris)  Du 29 novembre 2017 au 5 mars 2018

Exposition élaborée par la Bibliothèque Publique d'Information du Centre Pompidou avec le concours de Gérard Berthomieu, spécialiste de langue et littérature françaises contemporaines (Université de Paris IV Sorbonne) et en partenariat avec la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet et les Editions de Minuit.

En général, les expositions consacrées aux écrivains ne sont pas les plus passionnantes, car, à part les manuscrits et les photos de famille, revient la lancinante question : "quoi montrer d'autre ?"

Heureusement, l'écrivain moderne vit pour rassembler de quoi raconter pour se raconter. Il est à la fois un archiviste, un collectionneur et un enregistreur friand des moyens modernes de communication (photographie, cinéma, vidéo)

Ce n'est donc pas un hasard si la Bibliothèque Publique d'Information a décidé de s'intéresser à Jean Echenoz après s'être précédemment penché sur l'oeuvre de Claude Simon et de Marguerite Duras, les trois écrivains étant tous les trois publiés par les Éditions de Minuit.

Auteur de "petits récits" post-nouveau roman, Jean Echenoz est un auteur multi-récompensé par des prix littéraires (Médicis et Goncourt). Ses 17 romans ont trouvé leur public.

Mais il reste assez clivant entre ceux qui trouvent son écriture originale et importante, et ceux qui, au contraire, lui dénient un quelconque intérêt. En effet, des "romans" récents, comme "Ravel" ou "Courir" sont écrits d'une écriture sèche et froide et valent pour un contenu informatif digne d'un "Que sais-je".

En concevant l'exposition, Isabelle Bastian-Dupleix et Emmanuelle Payen, avec le concours de Gérard Berthomieu, ont cherché à être didactique (pour justement montrer à tous l'importance d'Echenoz) et ludique (pour convaincre que sa démarche est ancrée dans la modernité).

Elle se sont ainsi refusées à la chronologie et ont préféré une exposition "circulaire" sous titrée "roman, rotor, stator" car dans l'oeuvre d'Echenoz, les personnages reviennent souvent à leur point de départ après avoir vécu de nombreuses péripéties.

Elles ont appuyé leurs propos à l'aide de tous les documents qui servent à l'écrivain à la préparation de ses romans, telles les cartes postales.

On pourra également voir des extraits de films qui ont inspiré certaines œuvres, comme les films noirs (genre "En quatrième vitesse" de Robert Aldrich) qui ont servi à nourrir l'imaginaire de l'auteur des "Grandes Blondes".

Dans les cahiers de l'auteur, on découvrira tout ce qu'il recopie, note pour construire ses fictions. On s'apercevra que pour Echenoz, chaque roman nécessite une somme insensée de documentation et tout un travail personnel pour l'assimiler afin de s'en plus ou moins servir.

Ecrivain, Echenoz s'avère un technicien de la littérature qui construit les rouages nécessaires à l'élaboration de sa prose et les met en marche de manière quasi scientifique pour arriver a la version ultime du texte.

Le roman est ici pesé et pensé. Après avoir visité cette expo, jamais ennuyeuse,on pourra continuer arbitrairement, subjectivement, à dénier tout intérêt aux livres de Jean Echenoz ; en revanche, on ne pourra plus, de bonne foi, considérer son œuvre comme anecdotique.

Echenoz respire la littérature par tous les pores de sa peau et son esprit, nourri aux autres arts (particulièrement la peinture et le cinéma), lui donne de quoi alimenter sa machinerie intérieure, au service d'une littérature plus généreuse qu'il n'y paraît.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Centre Pompidou


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=