Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lac Noir
Jean-Baptiste Germain   (vers" class="text05">décembre 2017) 

Réalisé par Jean-Baptiste Germain. France. Drame. 1h06 (Sortie le 20 décembre 2017). Avec Bruno Dauphin, Clémentine Billy, Madanie Boussaïd, Philippe Chompret, David Brel Michel Mira, James Climent et Séerine Cousot.

Ici, on défend souvent des œuvres "minoritaires" qu'on sent tourner à l'arrache, avec les moyens du cœur et du bord.

"Lac Noir" de Jean-Baptiste Germain appartient à cette catégorie de films qui peuvent passer inaperçus, mais que ceux qui les verront par hasard ou télécommandés par une curiosité viscérale, n'oublieront pas. Et cela au delà de tout jugement de valeur.

Car il ne faut pas juger "Lac Noir" comme un énième film d'une semaine où il y en aura une vingtaine à voir alors que l'essentiel des salles pratiquera la politique des "quatre Jedi".

D'abord, "Lac Noir", court long métrage de 66 minutes, est tourné dans de somptueux paysages perdus de la France des routes buissonnières et bénéficie d'un noir et blanc à craquer.

Il se présente comme un documentaire-fiction où des proches de Michel, le héros incarné par Bruno Germain, le racontent alors qu'on le suit dans un ultime voyage - forcément initiatique - jusqu'au lac noir.

Film profondément chrétien dans lequel Michel est au contraire un "païen" converti à des valeurs extrêmes, "Lac Noir" cherche la source de la vie et de la mort. Figure christique, Michel ramasse en route d'autres jeunes gens à la recherche de l'étincelle qui donnera enfin un sens à leur existence.

Parmi eux, domine la belle figure solaire de Clémentine Billy. Toute jeune fille au physique charnue qu'on qualifierait d'appétissant, si on ne craignait pas d'être accusé de harcèlement textuel, Clémentine a l'innocence qui fait autant de mal que de bien à celui qu'une tumeur méchante transforme en mort-vivant.

Avec son physique évoquant une juvénile Penelope Cruz, Clémentine irradie ce "Lac Noir". Face à Bruno Dauphin, fragile et faussement tout en muscles, porteur de certitudes qui ne vont pas tenir la route, elle est un espèce d'ange en short très singulier.

"Lac Noir" de Jean-Baptiste Germain revendique cette singularité de film atypique, un peu à l'image de ceux de Cheyenne Carron. On soulignera le courage du réalisateur d'avoir qualifié politiquement son héros, d'en avoir fait un "fasciste" dans la lignée d'un Maurice Ronet lui aussi à la dérive dans "Le Feu Follet".

Cette seule évocation d'un personnage positif issu de l'extrême-droite le coupera sans doute de bien des critiques épousant le tabou politique dominant. C'est une fois de plus une grave erreur : Michel est un être de conviction, un rebelle sportif sans doute revenu de tous les humanismes pervertis. Il expie la "faute" d'être dans le mauvais camp en acceptant cette maladie sournoise.

Homme d'honneur à l'ancienne, marchant vers une impossible guérison et une aussi improbable rédemption, il forcera l'admiration. Bruno Dauphin est vraiment formidable et l'on estimera davantage Jean-Baptiste Germain d'avoir su lui donner un rôle qu'il transcende en le nourrissant certainement à l'aune de son histoire personnelle.

En complément de programme, on pourra aussi voir "Le Régicide", un court-métrage de 38 minutes tourné par Jean-Baptiste Germain après "Lac Noir". Ce film consacré aux rapports du réalisateur avec son père confirmera son goût pour l'auto-fiction. On y verra aussi deux autres réalisateurs proches de Jean-Baptiste Germain, Emilie Brisavoine (auteur de "Pauline s'arrache") et Régis Sauder (auteur de "Retour à Forbach" et de "Nous, Princesses de Clèves").

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=