Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nos éducations sentimentales
Théâtre 13/Jardin  (Paris)  janvier 2018

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Sophie Lecarpentier, avec Stéphane Brel, Anne Cressent (ou Valérie Blanchon), Xavier Clion, Vanessa Koutseff, Solveig Maupu et Julien Saada.

Sophie Lecarpentier a sous-titré sa libre adaptation de "L'Education sentimentale" de Gustave Flaubert d'"épopée contemporaine".

Elle a entraîné sa petite troupe habituelle dans un marathon théâtral où il sera bien question de Normandie comme chez l'auteur de "Madame Bovary", mais aussi où l'on entendra les échos du "11 septembre", la voix de Lionel Jospin et où l'on se moquera gentiment des facéties des "bobos" et des "winners" d'aujourdhui.

On saluera la forme brillante que prendront les aventures de ces six copains-copines dans "Nos éducations sentimentales" qui pourrait être un remake de la série italienne "Nos meilleures années" de Marco Tullio Giordana.

Des multiples costumes réussis et variés de Solveig Maupu, aux lumières de Marinette Buchy, à la scénographie astucieuse de Charles Chauvet et aux ambiances sonores de Christophe Séchet, tout concourt à un récit rythmé, bourré de petits gags et de moments appréciables (comme cette évocation fort réussie d'une piscine).

Evidemment, il aurait peut-être fallu élaguer parmi les péripéties qui finissent par tourner un peu en rond. Mais Sophie Lecarpentier s'est sans doute un peu piégée elle-même puisqu'elle a, non seulement voulu suivre la trame de "L'Éducation sentimentale" mais qu'elle s'est aussi compliquée la tache en greffant dessus le principe narratif de "Jules et Jim", le film de François Truffaut.

C'est en effet une voix-off confiée à Frédéric Cherboeuf qui raconte l'histoire, avec pour parfaire le tout, des emprunts à la musique de Georges Delerue. Mais ce qui ne marche pas, et qui fait contresens, c'est que le texte de "Jules et Jim", tiré du roman d'Henri-Pierre Roché n'était pas le texte de "L'éducation sentimentale". Son écriture n'avait pas la densité de celle de Flaubert.

Dès lors, ici, Sophie Lecarpentier colle le sentimentalisme, pour ne pas dire la mièvrerie, chère au cinéma de Truffaut sur une histoire censée moderniser "L'Éducation sentimentale" et la faire se dérouler au début du vingt-et-unième siècle. Dès lors, est-ce une bonne idée de faire de Frédéric une espèce d'Antoine Doisnel qui veut réussir en montant à Paris pour devenir écrivain ?

Cette figure du jeune provincial qui veut écrire et réussir dans la capitale, déjà désuète avec simplement le personnage de Flaubert, est d'autant plus désuète en couplant Frédéric Moreau à Antoine Doisnel, caricature "poétique" d'un personnage à la... Frédéric Moreau, un siècle après l'original.

Bref, le propos perd en force puisque son personnage principal n'est socialement qu'un ectoplasme. Sophie Lecarpentier aurait dû en faire un médiatique, car même la figure d'un publicitaire par exemple aurait été aujourd'hui déjà surannée.

Dommage, car ce qui se regarde plaisamment, mais sans enjeux au niveau des caractères et de ce qu'ils pourraient dire de la jeunesse bourgeoise d'hier et d'aujourd'hui, aurait gagné en vérité et évité que le sujet s'effiloche à défaut de tout ancrage politique et social.

Reste, on le redit, un spectacle bien mené et bien tenu où excellent six comédiens (Stéphane Brel, Anne Cressent ou Valérie Blanchon, Xavier Clion, Solveig Maupu, Julien Saada, Vanessa Koutseff) qui prennent du plaisir à se déplacer dans l'espace et le temps, à passer de la jeunesse à l'âge mûr.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=