Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tableau d'une exécution
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  janvier 2018

Comédie dramatique de Howard Barker, mise en scène de Claudia Staivisky, avec David Ayala, Frédéric Borie, Christiane Cohendy, Anne Comte, Eric Caruso, Luc-Antoine Diquiéro, Philippe Magnan, Julie Recoing et Richard Samut.

Avec "Tableau d'une excution" le dramaturge britannique Howard Barker aborde le rapport de l'Art et de l'Etat dans un contexte historique particulier, en l'occurrence celui de la Renaissance, quand les peintres ne pouvaient vivre de leur art et accéder à la reconnaissance et à la notoriété, que par la "grâce" de deux commanditaires exclusifs, à savoir l'Etat et l'Eglise.

Ce qui ancre la réflexion de l'auteur sur la peinture d'Histoire, la finalité de l'Art, le rapport de l'Art et du pouvoir, quand le premier constitue un instrument de propagande et de manipulation des masses, la liberté créatrice de l'artiste, sa faculté d'accommodement, de l'apologie à la dissidence, face aux impératifs politiques et son rôle comme acteur politique, du guide ou "voyant" détenteur de la vérité.

Le titre original, "Scenes from an execution", s'avère plus explicite tout en laissant subsister la polysémie quant au sens du terme exécution qui se réfère tant à une réalisation matérielle, en l'espèce un tableau, qu'à la mise en mort sociale d'un individu, celle de l'artiste signataire, dès lors que l'opus se compose d'une série de tableaux dramatiques relatant la démarche d'un peintre ayant accepté une commande officielle tout en ayant décidé de s'affranchir de son cahier des charges.

De plus, Howard Barker complexifie l'exercice en ajoutant un paramètre singulier puisqu'il s'agit d'une femme-peintre dont l'oeuvre ne ressort pas à l'académisme dont il relate tant les sentiments que les préoccupations "professionnelles".

Il en livre un portrait qui si, au plan dramaturgique, tend vers la figure tragique, n'est pas vraiment celui d'une femme sympathique dès lors qu'elle affiche un mépris absolu pour ses homologues qu'elle tient, à l'aune de son propre talent, pour tous pour médiocres, et notamment son amant, artiste médiocre versé dans la peinture de dévotion, et sa fille cantonnée dans le portrait dit féminin.

Ainsi Anna Galactia, personnage de fiction inspirée par la réelle et emblématique Artémisia Gentileschi, est choisie par le Doge de Venise pour réaliser une fresque commémorative de la victoire des vaisseaux de la Sainte Ligue, menés par son frère-amiral, lors de la bataille de Lépante intervenue dans le cadre de la guerre vénéto-ottomane.

Maitresse femme, femme libre de mœurs et artiste déterminée qui aspire à la gloire attachée à la peinture d'histoire qui trône dans la hiérarchie des genres picturaux, elle ambitionne néanmoins d'en révolutionner les codes en substituant la représentation triviale de la barbarie et l'exacerbation naturaliste des atrocités guerrières commises pour la réputation des puissants à la commémoration extatique du haut fait d'arme et à l'héroïsation du vainqueur, ce qui génère des confrontations déflagratoires.

Claudia Stavisky met en scène le texte dense à la langue puissante du "théâtre de la castatrophe" pratiqué par Howard Barker qui cerne et expertise brillamment le propos - et sur lequel doit se concentrer le spectateur - dans une superbe et symbolique scénographie esthétisante élaborée par Graciela Galán.

Car la partition des principaux protagonistes est portée par des comédiens aguerris qui, en l'espèce, officient dans le registre du numéro d'acteur : Luc-Antoine Diquéro en estropié Grand Guignol, David Ayala en gros balourd, Philippe Magnan expert en pince-sans-rire cynique et Christiane Cohendy joue à l'envi du vibrato de sa voix grave pour verser dans le déclamatoire à la Marie Bell.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=