Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les oiseaux morts de l'Amérique
Christian Garcin  (Editions Actes Sud)  janvier 2018

"Un matin, après le café rituel, après qu’il fut allé pisser sur les buissons, eut averti les sauterelles et lancé quelques miettes au mulot, Hoyt retourna vers l’entrée du collecteur, pénétra dans la bouche d’ombre, se laissa assaillir par l’odeur habituelle d’eau saumâtre qui lui rappelait son enfance près de la petite rivière de Boulder Creek, et rejoignit sa couche, perchée au creux d’une anfractuosité sur la droite, une dizaine de mètres après l’entrée, juste après l’espèce de salle commune qu’ils s’étaient aménagée, Myers, McMulligan et lui, avec table, chaises, miroir, horloge, et un caddie rempli d’ustensiles divers, le tout posé sur des palettes ou des cageots en plastique en cas de montée des eaux."

Dans son nouveau livre, Les oiseaux morts de l’Amérique, qui vient de sortir chez Actes Sud, Christian Garcin nous embarque aux Etats-Unis, dans la ville de tous les rêves, de tous les possibles, Las Vegas. Loin des strass et des paillettes, de l’argent qui coule à flot, dans cette ville qui ne s’endort jamais, Christian Garcin nous plonge dans l’envers du décor de la cité du Nevada.

Du centre-ville de Las Vegas jusqu’à la périphérie, des voies désertes, des no man’s land, des échangeurs autoroutiers, un réseau d’égouts et de collecteurs d’eaux de pluie qui creuse cette ville de part en part sur des centaines de kilomètres avec des tuyaux et des tunnels de plus de cinq mètres de diamètre, c’est ce monde souterrain que nous décrit l’auteur. Ce monde souterrain, en partie inexploré, est une ville bis, un envers du décor dans lequel habite une poignée d’êtres humains contraints aux marges de la société.

Parmi eux se trouvent trois vétérans qui vivotent dans une relative bonne humeur, une solidarité tacite et une convivialité minimaliste. Parmi eux, il y a Hoyt, ancien du Viêtnam, enrôlé à l’époque parmi les "rats de tunnels", ces troupes qui allait explorer l’immense réseau de galeries qui s’étendait de Saigon jusqu’à la frontière cambodgienne et à l’intérieur desquelles se trouvaient les Viêt-Cong. Pendant deux ans, il a côtoyé l’horreur, y a vu le pire, y a perdu de nombreux camarades. MacMulligan, lui, a passé trois ans en Irak, participant notamment à la traque du terroriste ayant organise la décapitation filmée d’un otage américain. Il a vu de nombreux soldats mourir, a tué aussi beaucoup. Myers, lui, a aussi connu l’Irak, y est resté deux ans, s’occupant des stocks d’armes et gardant des prisonniers. A son retour, il avait rencontré McMulligan au sein d’une association de vétérans américains d’Irak. Sans ressource, l’un et l’autre avaient fait route ensemble, trouvaient un petit boulot à Las Vegas avant de se faire licencier et de se retrouver à la rue. Ils avaient trouvé refuge dans le collecteur 7 où se trouvait déjà Hoyt. Dans ce refuge, chacun a fait sa guerre, chacun l’a perdue et chacun trimballe son inadaptation à la vie normale. Ce sont les oubliés de l’administration, les abandonnés de l’Amérique.

Des trois personnages principaux, le livre se concentre sur celui de Hoyt qui a, sous la plume de Christian Garcin, la chance et le don (c’est lui qui le dit à ses camarades) de pouvoir voyager dans l’avenir pour pouvoir sortir de son présent et de son passé. Ces virées vers l’avenir sont l’occasion de magnifiques pages pas forcément réjouissantes sur ce que pourrait être notre avenir immédiat. Hoyt voyage aussi dans le passé, celui qu’il ne veut pas retenir. Il se retrouve propulsé dans les années 50 de son enfance, vivant avec sa mère sans savoir qui est son père, dans son adolescence ensuite faite de rencontres et de désillusions. Il se revoit au bord de la rivière jouant avec Maureen et son chiot.

Les nombreuses pages où Hoyt retourne dans son passé nous permettent de mieux appréhender l’Amérique des années 50, la guerre de Corée, les soldats qu’on envoie au sacrifice. Hoyt est un personnage incroyable, il aime la littérature, William Blake, la cosmologie et la philosophie environnementaliste, conserve et lit les ouvrages qu’il trouve. Il aime dessiner aussi, il veut dit-il dessiner le silence, que ses dessins soient conservés par ses deux camarades à sa disparition. Il lit beaucoup de poèmes aussi, dont des extraits sont présents tout au long du livre.

Vous l’avez compris, Christian Garcin a fait le choix de donner la parole aux oubliés, aux abandonnés de l’Amérique en leur rendant hommage. Il nous montre les conséquences psychologiques des guerres sur ces anciens soldats qui éprouvent de très grandes difficultés à se réinsérer dans la société. De par leurs névroses et leurs nombreuses cicatrices psychologiques, ils cherchent par différents moyens (c’est ce que fait Hoyt à travers ses voyages) à conserver un semblant d’humanité. Christian Garcin veut nous montrer que ces vétérans, ses oubliés de l’Amérique, ne sont pas fous. Ce sont justes des êtres humains, avec leurs rêves, leur gentillesse, leur fraternité et leur complicité.

Les oiseaux morts de l’Amérique est un superbe livre, marqué par une grande tristesse, merveilleusement écrit dans lequel des personnages hors du commun nous montrent, au travers de leur vécu et de façons détournées, l’imbécillité des guerres et conflits qui pullulent depuis bien trop longtemps.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Travelling" de Christian Garcin & de Tanguy Viel


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat

Vaccins pour tous avant le retour de la culture pour tous ? On espère pourtant que les lieux de cultures (et les restaurants) réouvriront avant que tout le monde soit vacciné... L'espoir fait vivre. En attendant voici de quoi se faire du bien chez soi avec notre sélection culturelle hedbomadaire. On commence par le replay de la MAG #24

Du côté de la musique :

"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites décourtes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone
et toujours :
"Blue shaman" de Abaji
"Separated" de Bingo Club
"World's most stressed out gardener" de Chad VanGaalen
"Hymnes à l'amour, deuxième chance" de Christophe Monniot & Didier Ithursarry
"A principiu" de L'Alba
"L'ambulancier" de L'Ambulancier à retrouver également en interview
"Heavy grounds" de Liquid Bear
"Live" le mix 17 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Nouveux mondes" de Samuel Strouk
"Love leave traces" de Stéphanie Lemoine
"Tail man was here" de Surnaturel Orchestra

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Bigre, mélo burlesque " de Pierre Guillois, Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier
"Einstein on the beach" de Philip Glass et Robert Wilson
"Les Justes" d'Albert Camus
"Le dépeupleur " de Michel Didym
"Vacances de rêve" d'Olivier Lejeune
"Les Caves" des Frères Taloche"
"Max Bird - L'Encyclo-spectacle"
“Acqua Alta” de Adrien B et Claire M
"Madame Arthur dépousiière Queen"
et un concert "L'Oiseau de feu" d'Igor Stravinski

Expositions :

en virtuel :
"Amour, une histoire des manieres d'aimer" au Louvre-Lens
"Pharaon, Osiris et la Momie" au Musée Granet
L'œil de Huysmans. Manet, Degas, Moreau" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
"Global(e) Resistance" au Centre Pompidou
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Correspondances (Gérard Garouste - Marc-Alain Ouaknin)" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home en vidéo gratuite :
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"Caramel" de Nadine Labaki
"Syngué Sabour - Pierre de patience" de Atiq Rahimi
"De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau
"Le Retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne
"L'âme du tigre" de François Yang
"Comme des voleurs (à l'Est) Comme des voleurs de Lionel Baier
en VOD :
"The Last Tree" de Shola Amoo

Lecture avec :

"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth
et toujours :
"Autopsie d'un drame" de Laurent Combalbert
"Histoire antique, histoire ancienne ?" de François Lefèbre
"L'appel du cacatoès noir" de John Danalis
"Lily a des nénés" de Geoff
"Malamute" de Jean-Paul Didierlaurent
"No war" de Anthony Pastor

Du côté des jeux vidéos :

N'hésitez pas à nous suivre sur la TV de Froggy's Delight et profiter des directs et des replays jeux vidéo tout au long de la semaine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=