Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les oiseaux morts de l'Amérique
Christian Garcin  (Editions Actes Sud)  janvier 2018

"Un matin, après le café rituel, après qu’il fut allé pisser sur les buissons, eut averti les sauterelles et lancé quelques miettes au mulot, Hoyt retourna vers l’entrée du collecteur, pénétra dans la bouche d’ombre, se laissa assaillir par l’odeur habituelle d’eau saumâtre qui lui rappelait son enfance près de la petite rivière de Boulder Creek, et rejoignit sa couche, perchée au creux d’une anfractuosité sur la droite, une dizaine de mètres après l’entrée, juste après l’espèce de salle commune qu’ils s’étaient aménagée, Myers, McMulligan et lui, avec table, chaises, miroir, horloge, et un caddie rempli d’ustensiles divers, le tout posé sur des palettes ou des cageots en plastique en cas de montée des eaux."

Dans son nouveau livre, Les oiseaux morts de l’Amérique, qui vient de sortir chez Actes Sud, Christian Garcin nous embarque aux Etats-Unis, dans la ville de tous les rêves, de tous les possibles, Las Vegas. Loin des strass et des paillettes, de l’argent qui coule à flot, dans cette ville qui ne s’endort jamais, Christian Garcin nous plonge dans l’envers du décor de la cité du Nevada.

Du centre-ville de Las Vegas jusqu’à la périphérie, des voies désertes, des no man’s land, des échangeurs autoroutiers, un réseau d’égouts et de collecteurs d’eaux de pluie qui creuse cette ville de part en part sur des centaines de kilomètres avec des tuyaux et des tunnels de plus de cinq mètres de diamètre, c’est ce monde souterrain que nous décrit l’auteur. Ce monde souterrain, en partie inexploré, est une ville bis, un envers du décor dans lequel habite une poignée d’êtres humains contraints aux marges de la société.

Parmi eux se trouvent trois vétérans qui vivotent dans une relative bonne humeur, une solidarité tacite et une convivialité minimaliste. Parmi eux, il y a Hoyt, ancien du Viêtnam, enrôlé à l’époque parmi les "rats de tunnels", ces troupes qui allait explorer l’immense réseau de galeries qui s’étendait de Saigon jusqu’à la frontière cambodgienne et à l’intérieur desquelles se trouvaient les Viêt-Cong. Pendant deux ans, il a côtoyé l’horreur, y a vu le pire, y a perdu de nombreux camarades. MacMulligan, lui, a passé trois ans en Irak, participant notamment à la traque du terroriste ayant organise la décapitation filmée d’un otage américain. Il a vu de nombreux soldats mourir, a tué aussi beaucoup. Myers, lui, a aussi connu l’Irak, y est resté deux ans, s’occupant des stocks d’armes et gardant des prisonniers. A son retour, il avait rencontré McMulligan au sein d’une association de vétérans américains d’Irak. Sans ressource, l’un et l’autre avaient fait route ensemble, trouvaient un petit boulot à Las Vegas avant de se faire licencier et de se retrouver à la rue. Ils avaient trouvé refuge dans le collecteur 7 où se trouvait déjà Hoyt. Dans ce refuge, chacun a fait sa guerre, chacun l’a perdue et chacun trimballe son inadaptation à la vie normale. Ce sont les oubliés de l’administration, les abandonnés de l’Amérique.

Des trois personnages principaux, le livre se concentre sur celui de Hoyt qui a, sous la plume de Christian Garcin, la chance et le don (c’est lui qui le dit à ses camarades) de pouvoir voyager dans l’avenir pour pouvoir sortir de son présent et de son passé. Ces virées vers l’avenir sont l’occasion de magnifiques pages pas forcément réjouissantes sur ce que pourrait être notre avenir immédiat. Hoyt voyage aussi dans le passé, celui qu’il ne veut pas retenir. Il se retrouve propulsé dans les années 50 de son enfance, vivant avec sa mère sans savoir qui est son père, dans son adolescence ensuite faite de rencontres et de désillusions. Il se revoit au bord de la rivière jouant avec Maureen et son chiot.

Les nombreuses pages où Hoyt retourne dans son passé nous permettent de mieux appréhender l’Amérique des années 50, la guerre de Corée, les soldats qu’on envoie au sacrifice. Hoyt est un personnage incroyable, il aime la littérature, William Blake, la cosmologie et la philosophie environnementaliste, conserve et lit les ouvrages qu’il trouve. Il aime dessiner aussi, il veut dit-il dessiner le silence, que ses dessins soient conservés par ses deux camarades à sa disparition. Il lit beaucoup de poèmes aussi, dont des extraits sont présents tout au long du livre.

Vous l’avez compris, Christian Garcin a fait le choix de donner la parole aux oubliés, aux abandonnés de l’Amérique en leur rendant hommage. Il nous montre les conséquences psychologiques des guerres sur ces anciens soldats qui éprouvent de très grandes difficultés à se réinsérer dans la société. De par leurs névroses et leurs nombreuses cicatrices psychologiques, ils cherchent par différents moyens (c’est ce que fait Hoyt à travers ses voyages) à conserver un semblant d’humanité. Christian Garcin veut nous montrer que ces vétérans, ses oubliés de l’Amérique, ne sont pas fous. Ce sont justes des êtres humains, avec leurs rêves, leur gentillesse, leur fraternité et leur complicité.

Les oiseaux morts de l’Amérique est un superbe livre, marqué par une grande tristesse, merveilleusement écrit dans lequel des personnages hors du commun nous montrent, au travers de leur vécu et de façons détournées, l’imbécillité des guerres et conflits qui pullulent depuis bien trop longtemps.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Travelling" de Christian Garcin & de Tanguy Viel


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=