Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Celui qui disait non
Adeline Baldacchino  (Editions Fayard)  janvier 2018

"Avant d’arriver sur ce port, il t’était arrivé quelques bricoles, August. Et d’abord la bricole de ta vie, la seule qui vaille la peine de naître : la bricole du grand amour. Il faut croire que ça rend courageux, et je le crois dur comme fer, comme croix de fer nazie, comme le fer d’un éperon de cavalier de la Wehrmacht - ou serait-ce de l’Apocalypse ? La bricole du grand amour t’avait un peu ouvert les yeux, sinon tu aurais fini comme les autres. Au bord d’une fosse, à fusiller des juifs.

Oui mais voilà, tu l’avais trop aimée, ton Irma, tu la voulais nue dans les herbes au bord de l’Elbe, tu la voulais épanouie sous tes mains rudes qui soulevaient sa jupe en riant, tu la voulais pleine de tes enfants, tu la voulais comme on veut les fruits qu’on nous interdit, le rouge de ses lèvres couleur de cerise mûre et sa voix qui coulait au creux de ton oreille, tu te gorgeais d’elle, tu te désaltérais dans ses creux, tu n’aurais plus jamais soif, enfin tu la croyais, ça te suffisait de le croire. Et pourtant on voulait t’envoyer là-bas, au bord des fosses, pour tuer Irma par milliers.

Avant d’arriver sur ce port, il t’était arrivé quelques bricoles, August, rien de très important aux yeux de la grande histoire, mais c’est dans la petite que se nichent les vraies raisons de vivre ou de mourir, de résister ou de céder, de saluer Hitler ou de ne pas."

C’est par ces mots que débute le premier roman d’Adeline Baldacchino, édité chez Fayard, Celui qui disait non. Une photo, un homme, une date et un geste, tel est le point de départ de ce roman. Cet homme, c’est August Landmesser ; la date, c’est 1936 et le geste, c’est de refuser d’effectuer le salut Nazi au passage d’Hitler venu visiter un chantier naval sur le port d’Hambourg. La photo, l’auteur la découvre sur Facebook. D’un coup, l’envie de connaître cet homme capable de dire non à Hitler la pousse à en savoir plus.

Il va falloir enquêter, partir sur les lieux du geste, à Hambourg, récupérer des informations mais aussi romancer l’histoire pour redonner vie à cet être qui ne sait pas qu’il fait partie de la grande Histoire. Car Auguste n’est qu’un modeste ouvrier allemand qui a adhéré au parti national socialiste en 1931 avant de trouver l’amour auprès d’Irma, une femme juive. Ils vont traverser ensemble l’histoire de l’Allemagne nazie qui en 1935, interdit les relations entre allemands et juifs, faisant d’eux des criminels aux yeux des allemands. La race aryenne ne doit pas être souillée par les juifs mais August n’en a que faire, il aime Irma pour sa beauté, pour ce qu’elle est et a deux enfants avec.

Adeline Baldacchino nous offre un témoignage très touchant sur ces deux êtres, en pleine période nazie, qui pensent que l’amour l’emportera sur tout. L’écriture de l’auteur est d’une grande sensibilité, remplie de poésie et d’émotion. Elle s’adresse à August, le rendant presque encore vivant, elle rentre dans la mémoire d’Irma avec une grande subtilité. Comme quand elle souhaite nous raconter la première rencontre entre les deux futurs amoureux.

"Irma, trempée de la belle sueur des amantes, se souvient. De sa rencontre avec August en octobre 1934. Et je veux me souvenir pour elle. Il n’y a rien de plus difficile à raconter pourtant la naissance d’un amour."

Ses mots sont d’une infinie beauté, Adeline Baldacchino nous embarque dans leur histoire d’amour et on défile les pages comme on regarderait un album de famille. On y trouve l’anniversaire d’Irma, les naissances des enfants, le nazisme qui s’installe et l’incarcération d’August en 1938 car il refuse d’appliquer les lois de Nuremberg. La petite histoire croise la grande Histoire.

De sa prison, August se remémore l’arrivée au pouvoir d’Hitler, les espoirs qu’il suscitait auprès des allemands, les élections qui lui permettent d’accéder à la chancellerie, son adhésion au parti qui aurait dû faire de lui un criminel nazi sauf que l’amour changera sa destinée pour le meilleur et pour le pire. Tout défile dans sa tête, notamment la terrible nuit de cristal, racontée de façon bouleversante dans un des chapitres du livre.

Pour Irma, ce sera Ravensbrück, la déportation et les camps. De sa mémoire, Irma nous livre les conditions de vie dans les camps, les actions des einsatzgruppen, l’extermination qui débute après Wanssee.

En terme de contenus historiques, mon métier d’enseignant en histoire a fait que je n’ai pas appris grand-chose sur le nazisme avec le livre. Néanmoins, le profane apprendra de nombreuses choses et cette façon de faire entrer la grande Histoire par la petite histoire m’a beaucoup plu.

L’épilogue nous renseigne sur l’incroyable destinée d’Irène, la seconde fille du couple, une véritable miraculée.

Ce superbe livre, c’est tout simplement le roman d’un aryen qui aimait une juive, d’une juive qui aimait un aryen, un couple pour qui l’amour sera toujours plus fort que la politique. Ce roman nous montre comment une histoire d’amour devient une histoire d’insoumission.

Ce roman, enfin, nous dit l’auteur, "c’est le tombeau de ces deux êtres, dédié aux vivants qui voudraient se souvenir de l’avenir."

Ce roman, pour moi modeste lecteur, est un très grand livre, tout simplement. Et c’est bien ça l’essentiel.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=