Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Maladie de la mort
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  janvie 2018

Comédie dramatique de d'après le récit éponyme de Marguerite Duras, mise en scène de Katie Mitchell, avec Laetitia Dosch, Nick Fletcher et Irène Jacob.

Marguerite Duras n'a pas été seulement une écrivaine et une dramaturge, elle a été aussi une cinéaste. Une cinéaste exigeante, qui a su faire avec les images ce qu'elle a réussi avec les mots : évoquer sans tintamarre ce que vivre veut dire en s'appuyant sur la beauté d'un cadre dans lequel éclatent les sentiments, leur puissance comme leur fragilité.

En voulant passer "La Maladie de la mort" à la moulinette de son système vidéo, qu'elle qualifie doctement de "performance cinématographique", Katie Mitchell commet un évident contresens : elle filme ce que Duras n'aurait jamais filmé, c'est-à-dire une collection de clichés sentimentaux par ailleurs, vu le sujet, forcément triviaux, voire racoleurs.

Elle perd et dénature la voix durasienne qu'elle a pourtant installé dans une cabine à l'abri de l'action et qu'elle a eu l'excellente idée de faire incarner à Irène Jacob qui convainc magnifiquement en narratrice.

Mais, hélas, on ne peut que constater son isolement, son enfermement comme si la voix-off de Duras était une prison, alors qu'elle est, au contraire, quelque chose qui accompagne le lecteur ou le spectateur pour descendre au plus profond à l'intérieur de son être.

Outre cette voix, aussi essentielle dans ses films que dans ses livres, ce sont les personnages qui pâtissent du "Dispositif Mitchell". Alors qu'ils sont "au repos" chez Duras, ils sont ici dans la fébrilité. C'est normal car ils doivent constamment changer de tenue, se soucier des marques à respecter, puisqu'ils jouent d'abord à jouer dans la pénombre les scènes qu'on retrouve instantanément au-dessus d'eux, sur l'écran vidéo qui domine leurs ébats.

Là, dans un noir et blanc aux reflets lumineux qui fait plus télé d'antan que merveilleux travail d'un de ces grands opérateurs qui servaient l'oeuvre de Marguerite, ils apparaissent fatigués, angoissés, agités. On est loin, loin, loin des plans fixes pensés par Marguerite.

D'autant que Katie Mitchell ajoute des images déjà filmées au direct : plan d'un hôtel au bord de l'eau, plans de vagues. Elle se permet aussi d'ajouter à chacun des personnages un enfant, affadissant parce qu'elle suggère les propos désespérés du couple de "La Maladie de la mort"

On ne pourra reprocher quoi que ce soit à Laetitia Dosch et Nick Fletcher, les deux protagonistes étant aussi victimes d'un son parfois défectueux. C'est un comble que dans la merveilleuse acoustique des Bouffes du Nord, l'usage de microphones aboutisse à une déperdition sonore.

On avait déjà émis des réserves sur l'intérêt de ce théâtre hybride qui mêle à la fois tournage cinématographique et représentation théâtrale, en voyant la version de "Papier Peint Jaune" de Charlotte Perkins Gilman mise en scène par Katie Mitchell.

Au lieu d'être synthétique, le résultat est problématique. On ne sait pas s'il faut regarder principalement le "tournage" avec toute l'équipe qui s'affaire autour des acteurs ou si l'on doit lever la tête pour voir le résultat final.

Dès lors, on se demande si la solution ne consiste pas à se laisser simplement porter par le mouvement général initié par Katie Mitchell, à se laisser hypnotiser par sa virtuosité indéniable, et s'il est encore possible de juger du résultat obtenu sur l'écran comme on juge du théâtre.

Sans doute, ceux qui verront pour la première fois une mise en scène de Katie Mitchell pourront être sous l'emprise de sa maîtrise. Le charme risque moins de prendre chez les autres à l'aune de leur connaissance de l'oeuvre de Marguerite Duras.

En subdivisant parmi ceux-là, ceux qui jugeront le rendu de la pièce et ceux qui s'amuseront à imaginer ce qu'aurait donné son adaptation par Marguerite elle-même, on pourra obtenir un nouveau clivage. Si faire et faire parler est son but, Katie Mitchell a parfaitement réussi ce qu'elle cherchait à démontrer.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=