Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Itinéraire d'une enfant maltraitée
Liliane Zylbersztejn  (Editions Odile Jacob)  janvier 2018

Sous-titré "La haine, l'amour, la vie", "Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn pourrait n'être qu'un témoignage poignant. Cependant, celle qui apparaît sous les traits de Lidia propose plus à tous ceux qui, à son image, ont été peu gâtés par la vie.

Elle leur ouvre une voie, qui pourra paraître singulière, même si elle est d'un "extrême bon sens", pour surmonter l'épreuve odieuse de la maltraitance et cela en évitant de transmettre à leur descendance le traumatismes d'une enfance martyr.

Petite fille sous l'Occupation, Lidia est née dans une famille traquée par les nazis. Mais, au contraire d'une grande partie de ses proches, elle échappera à la persécution et passera quelques années en Suisse.

Raconter comme ça, on aura l'impression qu'elle est une chanceuse et, qu'à l'aube de son adolescence, après avoir évité la Shoah, tout devrait être lui paraître supportable. Sauf qu'elle n'est pas qu'une "rescapée" et qu'elle portait déjà en elle, avant guerre, le poids d'un papa pas connu, mystérieusement évaporé et, qu'après 1945, quand elle retrouve sa mère, celle-ci est avec un autre homme que, pour bien des raisons qu'elle découvrira peu à peu, et toujours avec la même désespérance, ce beau-père et sa mère vont trouver en elle, la souffre-douleur idéale, celle que l'on maltraite, voire que l'on aime maltraiter.

Alors que sa sœur Marthe se soumet à la tyrannie de ce couple reconstitué, nourri d'un passé d'une noirceur qui sidère, Lidia, elle, va pendant des années endurer les coups et les sévices, "enrichis" par les révélations distillées avec une certaine perversion par cet homme qui théoriquement aurait dû lui faire office de père. Aux violences diverses subies par le corps, il ajoute de nouvelles blessures à l'âme de la fillette en train de se transformer en femme.

C'est alors que Lidia "trouve" la solution qui prend la forme de ce qu'elle appellera "la haine salvatrice" quand elle sera devenue psychanalyste.

Endurcie par ce qu'elle vit, ayant la force de ne pas abdiquer son moi sous les coups, de se résigner à subir sa mauvaise étoile, elle part d'une intuition qui paraîtra presque sacrilège à beaucoup : on n'est pas forcé d'aimer ses parents, d'autant plus s'ils sont des tortionnaires domestiques.

Dans le cas de Lidia, cela semble évident : en refusant la loi de l'amour filial obligatoire, en changeant l'amour en haine, elle devrait pouvoir "tenir" toutes les années où elle est légalement obligée de vivre avec "ses" parents.

Une fois, cette pensée acquise, Lidia n'en est pas au bout de ses peines car elle ne pourra s'émanciper par les études que "ses" parents l'empêchent de faire. Devant travailler à 14 ans, il lui faudra mener aussi un combat pour, plus tard, reprendre le chemin de l'étude, pour obtenir le niveau nécessaire pour devenir in fine enseignante, psychanalyste et psychodramatiste.

Elle comprend aussi très vite que la "libération" par la haine qu'elle appelle "protectrice et salvatrice" ne suffit pas, qu'elle doit par ailleurs poursuivre son travail de résilience. Elle s'appuie pour cela si la figure tutélaire de son grand-père, l'être qu'elle a sans doute le plus aimé, et sur le souvenir des familles suisses qui l'ont "dorlotée" aux temps sombres où elle était loin de sa famille persécutée.

On le redit : "Itinéraire  d'une enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn n'a pas vocation à simplement expliquer comment une petite fille s'est sortie du malheur dans lequel elle était physiquement et mentalement engluée. Il s'agit aussi de fournir un cadre à ceux qui connaissent des destins eux aussi marqués par la maltraitance.

Dès lors, l'auteur spécifie bien qu'il ne faut pas s'arrêter à la haine, qu'en la qualifiant de "salvatrice", cette "mi-haine" comme elle dit, peut finir par être suspecte. Il ne faut pas en jouir. C'est une étape pour se reconstruire du côté de la vie le plus vite possible, en essayant de n'en point garder de séquelles.

Liliane Zylbersztejn pense surtout aux générations suivantes : on ne doit pas transmettre le traumatisme. C'est ce qu'elle s'est évertué à faire et c'est ce qui est finalement le plus important. "Comment transmettre de l'amour à ses enfants quand pour se protéger on reste dans la haine ?" explique-t-elle.

Toute son existence aura eu pour but de se sortir de la haine, de la retourner pour aller vers l'amour, vers la vie. En lisant ce livre fort, qui réussit sans contestation possible à être du côté de la vie, pour construire une Vie qui mérite une majuscule, on éprouvera de l'empathie et de l'admiration pour cette petite fille devenue une grande dame. D'autant plus qu'elle ne cherche jamais à se mettre en avant pour un parcours tout de même hors du commun. Sa modestie est le garant de sa vérité.

"Itinéraire d'une enfant maltraitée" deLiliane Zylbersztejn est un livre utile, chaleureux, qui fera du bien à ceux qui ont connu pareil destin et que résume parfaitement le beau propos d'Aharon Appelfeld, le grand écrivain israélien récemment disparu, qui est cité quelques pages avant la fin de l'ouvrage : "Le passé, même le plus dur, n'est pas une tare ou une honte mais une source de vie"

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=