Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sparring
Samuel Jouy  janvier 2018

Réalisé par Samuel Jouy. France. Drame. 1h34 (Sortie le 31 janvier 2018). Avec Mathieu Kassovitz, Olivia Merilahti, Souleymane M'Baye, Billie Blain, Salem Lyes, Tomy Leconte, Ali Labidi et David Saracino.

La boxe est le sport qui a sans doute suscité le plus de films. Métaphore de la vie (grandeur et chute), la carrière d'un boxeur est propice à des mélos flamboyants et des tranches de vie à vif.

Qu'on se souvienne de "Fat City" de John Huston ou de "Rocco et ses frères" de Luchino Visconti, la boxe au cinéma n'est pas que violence pure ou simulacre de "noble art" version Rocky et Compagnie. 

"Sparring" de Samuel Jouy ne cherche pas l'originalité, mais vise la vérité, c'est-à-dire la vraisemblance. Hymne aux pires losers, dont le générique de fin (à ne pas manquer) égrène des exemples hallucinants – du genre 300 combats et... 4 victoires –, il permet de comprendre pourquoi on peut aimer prendre autant de coups pour aussi peu de vraies satisfactions.

En "vieux" boxeur à la limite du combat de trop, Mathieu Kassovitz, qui s'est réellement mis à la boxe anglaise pour l'occasion, livre son meilleur combat cinématographique.

Tenace dans l'humiliation, il accepte tout pour sa famille, pour sa dignité de perdant, pour qu'il y ait au bout du compte un sens à toutes ses années terribles. Jamais le réalisateur ni l'acteur ne poussent le personnage vers la martyrologie.

Ce n'est pas une passion christique ou la recherche d'une rédemption. "Sparring" est un film de boxe laïc. Si Steve Landry se bat, c'est pour rester fidèle à l'enfant qu'il fut, et qu'il revoit dans les yeux de son fils.

Une dernière fois, il va monter sur le ring en enfant qui croyait être un jour un champion, qui se rêvait champion. Maintenant, s'il rêve c'est que son fils retienne la leçon de ses combats, pour en mener à son tour d'autres, mais surtout sans avoir besoin d'enfiler des gants en cuir rouge.

Aux côtés de Kassovitz, le primo-réalisateur a réuni un casting crédible. A-è commencer par Olivia Merilahti, par ailleurs chanteuse talentueuse, qui joue sa femme.

Plus jeune que lui, on la devine dans le doute, piégée dans un couple sans grand avenir, avec deux enfants et un homme qu'elle aime qui va bientôt tomber dans les petits boulots et qu'elle devra soutenir à bout de bras. L'aimera-t-elle assez pour ne pas l'abandonner s'il ne sait pas gérer sa "retraite" des rings...

Samuel Jouy a eu aussi la belle idée de faire d'Yves Afonso l'ultime entraîneur de Steve Landry. Celui qui fut le "Grand Poucet" dans "Week-End" de Godard et "P'tit Gars Marcel" dans "Maine Océan" de Rozier, le partenaire de Stévenin dans son "Double Messieurs", et qui est mort fin janvier 2018 aura donc terminé sa carrière dans ce premier film inspiré.

On espère qu'il a pu se voir et vérifier, encore une fois, qu'il est parfait dans ses deux ou trois minutes où il accompagne Mathieu Kassovitz sur l'écran.

"Sparring" de Samuel Jouy est vraiment une bonne surprise. Au début de cette chronique, on signalait que le film de boxe était un genre cinématographique en soi.

Force est de constater que le cinéma américain s'y taille la part du lion et le cinéma français la part congrue avec quelques biopics, type "Edith et Marcel" de Claude Lelouch ou plus récemment "Victor Young Perez" de Jacques Ouaniche.

Dès lors, il ne sera pas abusif d'écrire que "Sparring" de Samuel Jouy est une réussite, une des seules réussites françaises dans ce domaine particulier du sport-spectacle mis en images.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=