Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Limiñanas
Shadow People  (Autoproduit)  janvier 2018

Voilà un disque qui va diviser. Génial ou anecdotique ? Groupe sauveur du rock français (à ne pas confondre avec à la française...) ou juste un groupe de plus ? D’actualité ou totalement dépassé ? Très bon groupe ou musiciens incapables d’écrire vraiment, de terminer une chanson ? Comme toujours, la réponse n’est pas aussi simple et se situe un peu au milieu de tout cela.

Une chose que l’on ne pourra pas leur retirer, c’est l’honnêteté. Cela ne fait pas forcément de bons disques je vous l’accorde, mais elle est bien là, et cette ligne de conduite force le respect. Il y a aussi cette façon de faire cette musique avec persévérance, ce garage rock aux saveurs sixties, nous éviterons soigneusement d’utiliser ici le terme psychédélique qui, au fur et à mesure (ce Shadow People est leur sixième disque) leur a apporté une certaine notoriété.

La présence sur ce disque d’Anton Newcombe, Bertrand Belin, Peter Hook, de l’ami Pascal Comelade ou d’Emmanuelle Seigner en est un bon indicateur. Bon déjà le duo (Marie et Lionel Limiñana) ne fait pas vraiment du garage rock ou en tout cas il l’élargit assez pour le sortir de l’ornière. Comment ne pas penser au Velvet Underground surtout, à The Cure, New Order ou à The Brian Jonestown Massacre ? Les Français regardent vers le passé ? Normal, c’est un peu le concept de ce disque. En choisissant Berlin et non plus ses terres occitanes, The Limiñanas en capte une certaine atmosphère ou est-ce notre subconscient ?

Shadow People est un disque sombre, motorique et magnétique. Déchiré. Où rien n’est vraiment simple. Un disque dans lequel il faut accepter de se plonger, accepter d’être absorbé par ce son incroyable (tout le monde sera forcé de reconnaître cette densité, cette force). Il faudra donc l’écouter avec un volume assez haut. Rester à la surface serait passer à côté. Alors pourquoi ce disque ne nous emporte pas complètement ?

Tout simplement parce que le plutôt très bon côtoie le vraiment passable. Parce que le featuring de Peter Hook est une vaste plaisanterie (une redite : "Garden of Love" sur Malamore ne cassait déjà pas trois pattes à un canard...), que "De la part des copains" nous fait plus penser à Bruno Nicolai ou Armando Trovajoli qu’à Ennio Morricone, que les chansons souffrent d’une écriture parfois légère ou tombent dans une certaine facilité.

Mais il serait de mauvaise foi de ne pas dire tout le bien que nous pensons de l’atmosphère générale que dégage ce disque, de son côté lancinant, et comme nous l’avons dit plus haut du son (c’est dans certains détails instrumentaux que se cache le sel de ce disque), et puis il y a quand même de très bons titres comme "Dimanche" avec Bertrand Belin (le meilleur titre de ce disque), "Motorizzati Marie", "Le premier jour", "Shadow People" avec une vénéneuse Emmanuelle Seigner.

Alors oui il y a des moments vraiment bons dans ce Shadow People, ils sont juste noyés parmi ceux qui ne décollent jamais vraiment. Nous sommes très contents que ce groupe ait du succès, nous le serions encore plus si c’était pour un disque qui le mérite vraiment...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Costa Blanca de The Limiñanas
The Limiñanas en concert au Festival des Eurockéennes #30 (édition 2018) - dimanche 8 juillet
The Limiñanas en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
The Limiñanas en concert au Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - samedi 15

En savoir plus :
Le site officiel de The Limiñanas
Le Bandcamp de The Limiñanas
Le Facebook de The Limiñanas


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=