Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Atelier de conversation
Bernhard Braunstein  février 2018

Réalisé par Bernhard Braunstein. France. Documentaire. 1h10 (Sortie le 7 février 2018).

Voilà un tout petit film-prétexte qui fait un bien fou, qui, à l'aide d'un dispositif ultra-simple, redonnera un peu d'optimisme à ceux qui en manquent cruellement en ces temps moroses et hivernaux.

Le scénario d'"Atelier de conversation" de Bernhard Braunstein se résume en effet en énonçant son titre. On va suivre pendant 70 minutes quelques dizaines de locuteurs non francophones qui se réunissent dans un seul et unique but : améliorer leur français.

Axé sur les personnages, filmés en général en gros plan, le film ne se dévoile qu'au fur et à mesure : ainsi, on apprendra tardivement que l'action se passe au Centre Pompidou, à Paris, dans une salle de la BPI (Bibliothèque Publique d'Information).

Chaque séance de conversation réunit dix à douze participants autour d'un animateur qui a pour fonction principale de permettre aux uns et aux autres de se sentir à l'aise dans le groupe, même si leur niveau de français est encore balbutiant. Eventuellement, Il est aussi là pour déminer les polémiques inutiles mais possibles tant les intervenants sont divers.

On y découvrira des Irakiens, des Afghans, des Syriens, dont un certain nombre sont là pour améliorer leur français quand ils seront interrogés en vue d'obtenir le statut de réfugié ou le droit de prolonger leur séjour en France.

On y trouvera aussi des Anglais ou des Américains baignant à Paris dans un milieu anglo-saxon et ne parlant jamais la langue locale. On signalera également la présence d'étudiantes chinoises ou japonaises, seules à Paris, et pouvant lors de ses ateliers de conversation briser le mur de leur trop grande solitude, qui leur pèse tellement qu'on en verra plus d'une les larmes aux yeux en l'évoquant...

Dans "Atelier de conversation" de Bernhard Braunstein, tout est possible pendant ses séances qui ont l'air passionnantes à suivre : moments drôles, émouvants ; incidents vite calmés par les animateurs.

On suit ces bouts de dialogues avec beaucoup d'empathie pour ces gens qui veulent entrer dans une autre langue que la leur et l'on se souvient que, jadis, depuis Ernest Renan jusqu' aux lois Sarkozy et Valls, épouser la langue française suffisait à épouser la France.

La caméra est d'autant plus bienveillante que le réalisateur, autrichien de nationalité, a participé lui-même à cet expérience quand il s'est installé à Paris. En les voyant, on se pose des questions bizarres : quel destin a conduit cette Bolivienne, d'origine indienne, dont le quechua est la langue française jusqu'au Centre Pompidou ? Ce Turc qui fut juge dans son pays, pourquoi est-il là en compagnie de Kurdes ou d'Irakiens à qui il aurait peut-être signifié des condamnations dans son pays ?

"Atelier de conversation" de Bernhard Braunstein donne l'impression que la France est encore la Babel tolérante et accueillante de la légende.

Le film tranche fortement avec des films qui sortent à peu près en même temps que lui, comme "Human Flow" d'Ai Weï Weï, artiste chinois devenu tête d'affiche de l'art moderne, qui a filmé tous les réfugiés du monde tout autour de la planète et qui montre des séquences assez rudes, parmi lesquelles celles de "La Jungle de Calais" apparaissent comme les plus insupportables.

Bien loin donc des plaisirs de la conversation montrés en exemple par Bernhard Braustein comme la preuve que les hommes peuvent vivre en harmonie, derrière la bannière de la fraternité.

On aimerait que la vérité française soit plus près de celle de cet "Atelier de conversation" que des centres d'hébergement filmés par Stan et Édouard Zambeaux dans "Un jour, ça ira" (qui sortira le 14 février 2018) et l'on se souviendra longtemps de ce beau moment de fraternité et de partage qu'il propose.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=