Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Flûte enchantée
Palais des Congrès  (Paris)  février 2018

Spectacle de la Compagnie Béjart Ballet Lausanne chorégraphié par Maurice Béjart sur la musique de l'opéra éponyme de Mozart interprété par Mattia Galiotto, Gabriel Arenas Ruiz, Kateryna Shalkina, Julien Favreau, Elisabeth Ros, Masayoshi Onuki, Jiayong Sun, Svetlana Siplatova, Jasmine Cammarota, Michelangelo Chelucci, Mari Ohashi, Kathleen Thielhelm, Solène Burel, Kwinten Guilliams, Lawrence Rigg, Wictor Hugo Pedroso, Angelo Perfido, Daniel Goldsmith, Dorian Browne, Denovane Victoire, Antoine Le Moal, Connor Barlow, Daniel Goldsmith, Lisa Cano et Javier Casado Suare.

Grand récit initiatique alignant les "tubes", "La Flûte enchantée" est l'opéra de Mozart le plus célèbre. En 1981, Maurice Béjart décide de l'adapter en ballet. Fils de philosophe, lui-même passionné par les questions essentielles touchant la spiritualité, le chorégraphe a choisi de rester le plus fidèle possible à l'opéra, non pas en illustrant la musique par la danse, mais en trouvant des correspondances entre les deux arts.

La version proposée par le Béjart Ballet Lausanne a été concoctée par Gil Roman, le successeur du maître et, même si il a supprimé quelques épisodes pour ne pas dépasser les trois heures de spectacle, il s'est voulu très fidèle au travail de Maurice Béjart.

Ainsi, la musique que l'on va entendre provient d'un enregistrement de 1964 de la Philharmonie de Berlin dirigée par Karl Böhm, et elle est considérée comme l'une des meilleures versions de la "Flûte enchantée".

Evidemment, on aurait préféré que la musique soit aussi "vivante" que le ballet, mais on comprend le défi économique que cela représenterait, même si parfois l'élan des 44 danseurs, surtout dans les duos, paraît pâtir de cette musique venue de l'arrière de la scène, qui ne peut les emporter comme une musque jouée en direct d'une fosse à l'avant-scène.

Ce sera le seul reproche que l'on fera à ce grand moment d'enchantement où s'enchaînent morceaux de bravoure dansés, ponctués de saynètes plus intimes également inspirées. On pourra peut-être aussi regretter le procédé un peu désuet d'un narrateur qui raconte l'action, sans toutefois reprocher quoi que ce soit à Mattia Galiatto qui joue ce personnage avec beaucoup de conviction.

C'est d'ailleurs la grande force du Béjart Ballet Lausanne : impossible de trouver à redire à une distribution qui atteint l'excellence. Alerte, joyeuse, précise, élégante, ne rechignant jamais devant les difficultés et appréciant toute la subtilité qu'il lui faut transmettre, la troupe est tout simplement au sommet de son art.

Elle ne se lasse, pas plus que le spectateur, de la somme impressionnante d'inventions chorégraphiques sorties de l'imaginaire génial de Maurice Béjart. Celui-ci, attendu au tournant des "grands airs", sait les réinterpréter sans, on l'a dit, tomber dans la pure illustration.

L'on verra, par exemple, Elisabeth Ros donner toute son ampleur à la Reine de la Nuit dans son célèbre chant, point culminant de l'opéra de Mozart. Pareillement, tout de bleu vêtu, Papageno, l'oiseleur, est effronté et bondissant. Masayoshi Onuki lui donne toute son énergie et sa bonne humeur.

Si Gabriel Arenas Ruiz campe un Tamino tout en retenue, Kathleen Thielhelm, sculpturale dans sa tenue blanche, est une Tamina très expressive et très sensuelle.

Ceux qui découvriront avec cette "Flûte enchantée" ce qu'était l'art de chorégraphier de Maurice Béjart en auront un très bel aperçu. Quant aux connaisseurs, ils retrouveront dans cette appropriation de Mozart, la quintessence créative du Marseillais, la puissance et l'impatience d'une pensée, totalement du côté lumineux de l'esprit.

Avec lui, le combat contre l'obscurité est vite gagné et c'est avec bonheur, et sous les auspices du compas et de l'équerre maçonnique, qu'il annonce des temps meilleurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=