Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lettres à Nour
Théâtre Antoine  (Paris)  février 2018

Transposition théâtrale d'un roman épistolaire de Rachid Benzine, mise en scène de Charles Berling, avec Charles Berling et Lou de Laâge.

En écrivant "Nour, pourquoi n'ai-je rien vu venir ?", l'islamologue Rachid Benzine pensait-il à "Inconnu à cette adresse" de Kresmann Taylor ?

Car ce roman épistolaire, entre une fille de vingt ans partie rejoindre les combattants musulmans en Irak, et son père, intellectuel spécialiste du Coran dont il a une lecture humaniste et non guerrière, a tout pour susciter le même intérêt que les lettres entre deux Allemands séparés par le nazisme.

Dans sa version théâtrale, "Lettres à Nour", on voit nettement deux parties dans l'échange tendu et passionné entre celle qui croit participer à une grande aventure pure et juste et celui qui la prévient que l'utopie dont elle rêve n'est qu'un mirage.

Dans un premier temps, les deux points de vue sont également exposés, et les interprètes Lou de Laâge (Nour) et Charles Berling (son père) font assaut d'éloquence et de tolérance l'un envers l'autre malgré l'abîme idéologique qui se creuse entre eux.

En tant qu'auditeurs, on est surpris de la qualité des arguments échangés et de la belle conviction des acteurs, l'une enflammée et volontariste, l'autre sceptique et plein d'appréhension sur le sort fatal qui attend sa fille bien-aimée.

Dans un second temps, les choses se gâtent et Rachid Benzine, on le devine, choisit son camp en chargeant la mule islamiste. Le récit manichéen prend alors le dessus sur la confrontation des idées avec une terrible efficacité, un talent dans la fabrication qui rappelle celui d'un Eric-Emmanuel Schmitt à son meilleur.

Pour signifier leur éloignement, Charles Berling a placé chacun des intervenants au bout d'une très longue table blanche qui occupe une grande partie de la scène. Impossible pour eux de se rejoindre, de se toucher, de se regarder même. Seuls leurs voix portent encore, mais peu à peu la lecture à son tour devient aléatoire. L'un peut commencer ou finir le texte de l'autre. On n'arrivera pas à la cacophonie, mais rien ne s'y opposait vraiment.

On soulignera avant tout la qualité de la distribution. Lou de Laâge habite jusqu'aux larmes son personnage. Elle sait pourtant s'arrêter bien avant que cela ne devienne un effet. Cette jeune grande comédienne sait ne pas aller trop loin, bien que le contenu de sa dernière lettre pourrait l'y pousser.

Quant à Charles Berling, il est convaincant en père brisé très vite, anticipant tout ce que Rachid Benzine va lui faire subir et c'est peu dire que l'auteur a eu la main lourde. On aurait sans doute aimé qu'il l'ait moins, notamment qu'il ne transforme pas en monstre le prince charmant de sa fille Nour. Dès lors, le texte n'en aurait été que meilleur. Mais il faut peut-être tenir compte qu'il essuie les plâtres avec ce sujet et qu'une trop grande subtilité l'aurait rendu moins acceptable.

En tout cas, telle qu'elle est écrite, "Lettres à Nour" est une pièce qui devrait connaître un énorme succès. Comme "Inconnu à cette adresse", elle a l'avantage de pouvoir être proposée à différents duos d'acteurs (un acteur reconnu, une jeune actrice prometteuse) permettant ainsi aux spectateurs conquis de revenir plusieurs fois sans se lasser et surtout y retrouver un scénario extraordinairement bien ficelé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=