Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lettres à Nour
Théâtre Antoine  (Paris)  février 2018

Transposition théâtrale d'un roman épistolaire de Rachid Benzine, mise en scène de Charles Berling, avec Charles Berling et Lou de Laâge.

En écrivant "Nour, pourquoi n'ai-je rien vu venir ?", l'islamologue Rachid Benzine pensait-il à "Inconnu à cette adresse" de Kresmann Taylor ?

Car ce roman épistolaire, entre une fille de vingt ans partie rejoindre les combattants musulmans en Irak, et son père, intellectuel spécialiste du Coran dont il a une lecture humaniste et non guerrière, a tout pour susciter le même intérêt que les lettres entre deux Allemands séparés par le nazisme.

Dans sa version théâtrale, "Lettres à Nour", on voit nettement deux parties dans l'échange tendu et passionné entre celle qui croit participer à une grande aventure pure et juste et celui qui la prévient que l'utopie dont elle rêve n'est qu'un mirage.

Dans un premier temps, les deux points de vue sont également exposés, et les interprètes Lou de Laâge (Nour) et Charles Berling (son père) font assaut d'éloquence et de tolérance l'un envers l'autre malgré l'abîme idéologique qui se creuse entre eux.

En tant qu'auditeurs, on est surpris de la qualité des arguments échangés et de la belle conviction des acteurs, l'une enflammée et volontariste, l'autre sceptique et plein d'appréhension sur le sort fatal qui attend sa fille bien-aimée.

Dans un second temps, les choses se gâtent et Rachid Benzine, on le devine, choisit son camp en chargeant la mule islamiste. Le récit manichéen prend alors le dessus sur la confrontation des idées avec une terrible efficacité, un talent dans la fabrication qui rappelle celui d'un Eric-Emmanuel Schmitt à son meilleur.

Pour signifier leur éloignement, Charles Berling a placé chacun des intervenants au bout d'une très longue table blanche qui occupe une grande partie de la scène. Impossible pour eux de se rejoindre, de se toucher, de se regarder même. Seuls leurs voix portent encore, mais peu à peu la lecture à son tour devient aléatoire. L'un peut commencer ou finir le texte de l'autre. On n'arrivera pas à la cacophonie, mais rien ne s'y opposait vraiment.

On soulignera avant tout la qualité de la distribution. Lou de Laâge habite jusqu'aux larmes son personnage. Elle sait pourtant s'arrêter bien avant que cela ne devienne un effet. Cette jeune grande comédienne sait ne pas aller trop loin, bien que le contenu de sa dernière lettre pourrait l'y pousser.

Quant à Charles Berling, il est convaincant en père brisé très vite, anticipant tout ce que Rachid Benzine va lui faire subir et c'est peu dire que l'auteur a eu la main lourde. On aurait sans doute aimé qu'il l'ait moins, notamment qu'il ne transforme pas en monstre le prince charmant de sa fille Nour. Dès lors, le texte n'en aurait été que meilleur. Mais il faut peut-être tenir compte qu'il essuie les plâtres avec ce sujet et qu'une trop grande subtilité l'aurait rendu moins acceptable.

En tout cas, telle qu'elle est écrite, "Lettres à Nour" est une pièce qui devrait connaître un énorme succès. Comme "Inconnu à cette adresse", elle a l'avantage de pouvoir être proposée à différents duos d'acteurs (un acteur reconnu, une jeune actrice prometteuse) permettant ainsi aux spectateurs conquis de revenir plusieurs fois sans se lasser et surtout y retrouver un scénario extraordinairement bien ficelé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=