Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lettres à Nour
Théâtre Antoine  (Paris)  février 2018

Transposition théâtrale d'un roman épistolaire de Rachid Benzine, mise en scène de Charles Berling, avec Charles Berling et Lou de Laâge.

En écrivant "Nour, pourquoi n'ai-je rien vu venir ?", l'islamologue Rachid Benzine pensait-il à "Inconnu à cette adresse" de Kresmann Taylor ?

Car ce roman épistolaire, entre une fille de vingt ans partie rejoindre les combattants musulmans en Irak, et son père, intellectuel spécialiste du Coran dont il a une lecture humaniste et non guerrière, a tout pour susciter le même intérêt que les lettres entre deux Allemands séparés par le nazisme.

Dans sa version théâtrale, "Lettres à Nour", on voit nettement deux parties dans l'échange tendu et passionné entre celle qui croit participer à une grande aventure pure et juste et celui qui la prévient que l'utopie dont elle rêve n'est qu'un mirage.

Dans un premier temps, les deux points de vue sont également exposés, et les interprètes Lou de Laâge (Nour) et Charles Berling (son père) font assaut d'éloquence et de tolérance l'un envers l'autre malgré l'abîme idéologique qui se creuse entre eux.

En tant qu'auditeurs, on est surpris de la qualité des arguments échangés et de la belle conviction des acteurs, l'une enflammée et volontariste, l'autre sceptique et plein d'appréhension sur le sort fatal qui attend sa fille bien-aimée.

Dans un second temps, les choses se gâtent et Rachid Benzine, on le devine, choisit son camp en chargeant la mule islamiste. Le récit manichéen prend alors le dessus sur la confrontation des idées avec une terrible efficacité, un talent dans la fabrication qui rappelle celui d'un Eric-Emmanuel Schmitt à son meilleur.

Pour signifier leur éloignement, Charles Berling a placé chacun des intervenants au bout d'une très longue table blanche qui occupe une grande partie de la scène. Impossible pour eux de se rejoindre, de se toucher, de se regarder même. Seuls leurs voix portent encore, mais peu à peu la lecture à son tour devient aléatoire. L'un peut commencer ou finir le texte de l'autre. On n'arrivera pas à la cacophonie, mais rien ne s'y opposait vraiment.

On soulignera avant tout la qualité de la distribution. Lou de Laâge habite jusqu'aux larmes son personnage. Elle sait pourtant s'arrêter bien avant que cela ne devienne un effet. Cette jeune grande comédienne sait ne pas aller trop loin, bien que le contenu de sa dernière lettre pourrait l'y pousser.

Quant à Charles Berling, il est convaincant en père brisé très vite, anticipant tout ce que Rachid Benzine va lui faire subir et c'est peu dire que l'auteur a eu la main lourde. On aurait sans doute aimé qu'il l'ait moins, notamment qu'il ne transforme pas en monstre le prince charmant de sa fille Nour. Dès lors, le texte n'en aurait été que meilleur. Mais il faut peut-être tenir compte qu'il essuie les plâtres avec ce sujet et qu'une trop grande subtilité l'aurait rendu moins acceptable.

En tout cas, telle qu'elle est écrite, "Lettres à Nour" est une pièce qui devrait connaître un énorme succès. Comme "Inconnu à cette adresse", elle a l'avantage de pouvoir être proposée à différents duos d'acteurs (un acteur reconnu, une jeune actrice prometteuse) permettant ainsi aux spectateurs conquis de revenir plusieurs fois sans se lasser et surtout y retrouver un scénario extraordinairement bien ficelé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=