Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Monde dans un instant
Théâtre Gérard Philippe  (Saint-Denis)  février 2018

Spectacle conçu par la Compagnie Det Kaizen, mise en scène de Gaëlle Hermant, avec Jules Garreau, Victor Garreau, Viviane Hélary, Frédéric Lapinsonnière, Aude Pons et Louise Rebillaud.

On est prévenu à l'avance : "Le Monde dans un instant" est une création collective de la Compagnie Det Kaizen, c'est-à-dire des six acteurs qui participent à l'aventure (Jules et Victor Garreau, Viviane Hélary, Frédéric Lapinsonnière, Aude Pons, Louise Rebillaud) auxquels s'ajoutent Gaëlle Hermant, la metteuse en scène et Olivia Barron, qui s'occupe de la dramaturgie de l'événement.

Pour tout comprendre, il faut savoir ce que "Det Kaizen" signifie. Fusion des deux mots japonais "kai" et "zen", on peut le traduire en français par "amélioration continue" et veut dire que par petits changements successifs, on finira par obtenir de grandes transformations...

Les protagonistes du "Monde dans un instant" ont donc la grande ambition d'en revenir à l'utopie, une utopie qui s'inscrit hors de toute tradition révolutionnaire, une utopie bien macronienne même si elle cite le philosophe situationniste Raoul Vaneigem, puisqu'elle prétend que par petits sauts on arrivera au grand bond en avant...

Concrètement, cela donne un spectacle ambitieux, foutraque et potache, que certains trouveront peut-être intello et prétentieux, mais qui n'est pas anarchiste du tout. Au contraire, dans "Le Monde dans un instant", ces jeunes gens modernes et individualistes croient au progrès technique, pensent que les hommes et les robots peuvent collaborer s'ils ne sont pas utilisés bêtement (pour suppléer une présence humaine auprès d'un vieil homme seul, par exemple).

Quand ils se réfèrent à une machine à souvenir, elle les replonge au temps béni des petites voitures de leur enfance. Ici, la famille est centrale, il faut dire que parmi la troupe on remarque bien la présence d'une fratrie rigolote (Jules et Victor Garreau).

Ici, le collectif n'intervient que pour ranger les vélos et il n'est jamais question de construire ensemble, ni de développer des valeurs égalitaires. Les dangers du futur ne sont pas la pollution ni les massacres ethniques. Non, la crainte de la mort prend la forme d'une météorite qui peut heurter la terre...

Gaëlle Hermant met en scène le joyeux bordel imaginé par une troupe de très bons comédiens. Le spectacle est à l'image de ce qu'ils proposent : des moments forts qui interrogent, des moments faibles qui irritent.

Si l'on évoque le chômage avec un entretien d'embauche hilarant, il n'est jamais question de critiquer frontalement le libéralisme. On se demande même si ces jeunes gens infantilisés par leurs belles enfances éternelles ont oublié qu'il y a une société autour d'eux et qu'elle impose sa politique, même si on ignore son existence ou qu'on la nie.

Qu'ils ne s'étonnent pas qu'on leur applique une analyse sociologique dans laquelle ils ne se reconnaîtront pas et qu'on leur dise gentiment, en les encourageant à continuer à essayer de penser mais en poussant plus fort sur leurs neurones, qu'ils devront se méfier de leur tropisme bobo.

Sinon, la prochaine fois, on revendiquera, pour d'autres collectifs plus ancrés dans le réel, le droit de venir prendre leurs places d'enfants gâtés du théâtre public.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=