Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cas de conscience
Vahid Jalilvand  février 2018

Réalisé par Vahid Jalilvand. Iran. Drame. 1h44 (Sortie le 21 février 2018). Avec Navid Mohammadzadeh, Amir Aghaei, Zakieh Behbahani, Alireza Ostadi, Hediyeh Tehrani et Saeed Dakh.

Le cinéma iranien aime beaucoup mettre ses personnages dans des situations morales qui se compliquent à dessein. Comme dans "Une Séparation" d'Asghar Farhadi, "Cas de Conscience" de Vahid Jalilvand décrit les tenants et les aboutissants d'une situation peu à peu inextricable...

D'emblée, on comprend que le Dr Nariman est un homme estimable, que l'on peut en toute confiance se glisser dans sa peau de médecin légiste.

Quand il heurte une petite famille de quatre personnes imprudemment réunie sur une motocyclette, on le voit se démener pour essayer d'arranger les choses, faire tout pour que le petit garçon légèrement blessé qu'il vient d'examiner se remette vite. Peut-être n'insiste-t-il pas assez pour que son père le conduise à la clinique voisine pour vérifier que son état ne va pas se compliquer.

Mais ce qui paraissait anodin ne l'était pas puisque, peu après, le docteur Nariman, arrivant à l'hôpital découvre le petit garçon prêt à être autopsié par une collègue.

Commence alors à se développer une intrigue palpitante, quasi langienne, qui s'achèvera d'ailleurs par une interrogation digne de "L'invraisemblable vérité" le meilleur film "policier" de Fritz Lang d'après guerre.

Contrairement au film d'Asghar Farhadi, "Cas de conscience" de Vahid Jalilvand lorgne cinématographiquement du côté des grands maîtres iraniens comme Abbas Kiarostami .On pourrait même écrire qu'il est l'un des plus bressonniens et qu'il pratique le plan séquence avec beaucoup de brio.

Une fois mise en place la mécanique qui va aboutir à un dénouement inattendu, le film devient une excellente description de l'Iran des mollahs dans sa phase moderne, c'est-à-dire celle où l'on sent que tout se fracture, que toutes les institutions ont perdu de leurs superbes et de leurs certitudes.

Le père du petit garçon, joué à la perfection par Navid Mohammadzadeh, déjà formidable dans "Nahid" d'Ida Panahandeh, est naturellement en colère contre tous les pouvoirs. Il découvre la corruption, les petites lâchetés des cadres qui tiennent le haut du pavé et, parallèlement, est traité avec sévérité par sa femme qui ne voit en lui qu'un lâche.

Qu'il s'agisse d'elle, de la collègue du Docteur Nariman, et peut-être de sa mère mourante, les femmes iraniennes sont présentés comme ayant un vrai pouvoir sur les hommes. Derrière le foulard, le matriarcat iranien règne et le cinéma iranien ne cache plus que la soumission des femmes est en partie un mythe.

"Cas de Conscience" de Vahid Jalilvand dévoile aussi les ravages sociaux de la pauvreté endémique qui frappe ces classes populaires assez absentes, en général, des écrans persans.

Il ne faut donc pas voir "Cas de Conscience" de Vahid Jalilvand seulement comme un "thriller" mais comme une plongée très profonde dans l'Iran du moment. Sans le clamer, "Cas de conscience" est un grand film politique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=