Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Brandi Carlile
By the way I forgive you  (Low Country Sound / Elektra)  février 2018

Cet article signe mon intronisation chez Froggy's Delight et je vais donc commencer par vous parler d'une artiste américaine que j'adore depuis de nombreuses années.

Brandi Carlile. Beaucoup d’entre vous se souviendront peut-être de l'épisode musical de Grey's Anatomy lorsque l'actrice Sara Ramirez avait repris le magnifique titre "The Story". La version d'origine de 2007 est toute aussi poignante et reste à ce jour son morceau le plus plébiscité.

Pour faire un rapide résumé de la personne, Brandi est une auteure compositrice née à Ravensdale, aux États-Unis. Ses influences vont de David Bowie à Elvis Presley en passant par Elton John et Joni Mitchell.

Elle rafle pas mal de succès depuis une bonne dizaine d'années avec ses sept albums, dont un disque d'or pour The Story, une nomination aux Grammys pour The firewatcher's daughter et déjà en route vers le top des classements d'albums américains pour By the way I forgive you sorti le 16 février dernier.

Brandi parle de son enfance, de sa vie, transmet des messages forts de paix et de tolérance. Toujours entourée de ses compagnons de route Phil et Tim Hanseroth, "The Twins", elle vit pour la musique et sa large base de fans propage avec elle toute l'expression de son art. Pour By the way I forgive you, elle nous parle de sa volonté à pardonner à autrui même si cela paraît impossible ou difficile. Ce pardon est présenté à travers dix morceaux d'une richesse pure.

A travers des morceaux forts comme "The Joke" qui est complètement l'écho de "The Story", elle exprime son côté défenseur des droits à être libre d'être la personne que l'on veut, en balayant tous les dictas sociétales.

Sa voix se fait de plus en plus intense au cours de certains morceaux où elle lâche toute la pression exercée au cours de sa propre vie, de par ses combats contre l'homophobie par exemple et sa bataille en faveur de toute autre forme de discrimination et d'infériorisation. Elle puise ainsi au cœur de nos propres émotions, dans nos épreuves qui nous paraissent insurmontables, dans nos blessures du passé, pour finir par s'adresser à notre présent et à la somme de toutes les peurs qui nous semblent nous envahir. Tout cela est exprimé avec finesse et délicatesse dont seule Brandi semble avoir le pouvoir.

Le morceau "The mother" s'adresse à sa fille, à ce pouvoir d'être mère et ses interrogations à être un bon parent.

Cet album permet enfin à Brandi de sortir de sa zone de confort et sonne comme l'apogée de sa carrière. Le morceau final "Party of one" est clairement synonyme de rédemption avec les paroles qui traduisent littéralement l'abandon de soi ou une façon de baisser les armes. ("I am yours"... répété maintes fois.)

Enfin, tous les mélomanes s'y retrouvent autour des instruments choisis, du mixage fait par l'ingénieur son de David Bowie sur Space Oddity et tout simplement à travers les paroles qui sont fabuleusement poétiques.

Brandi Carlile s'inscrit dans la cour des grands compositeurs d'albums qui deviendront cultes, si toutefois vous y abandonnez vos oreilles. Je rêve qu'elle puisse prolonger sa tournée en Europe et éventuellement venir chanter à Paris. Je garde espoir et j'espère vous avoir transmis la même envie.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Brandi Carlile
Le Bandcamp de Brandi Carlile
Le Soundcloud de Brandi Carlile
Le Facebook de Brandi Carlile


Jessica Kuijer         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=