Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Winter Brothers
Hlynur Palmason  février 2018

Réalisé par Hlynur Palmason. Danemark. Drame. 1h34 (Sortie le 21 février 2018). Avec Elliott Crosset Hove, Carl Peter Plaugborg, Michael Brostrup, Simon Sears et Victoria Carmen Sonne.

Pour un premier film, "Winter Brothers" de Hlynur Palmason est un coup de maître.

Tout commence dans le boyau sombre d'une mine où l'on suit, caméra sur l'épaule, les faisceaux de piles électriques dont les mouvements erratiques ressemblent à des vols de lucioles, et éclairent parfois un vague corps humain ou un bout de visage enfoncé dans un casque lui aussi très épisodiquement éclairé.

Le plan dure plus de cinq minutes et inaugure d'un filmage qui ne sera pas commun, avec ses prédominances de blanc sale, de bleu pâle et de couleur chair.

Hlymur Palmason, Islandais entouré d'acteurs danois, va alors dérouler une histoire apparemment simple, mais qui peu à peu se transforme en récit fantastique dans laquelle la neige et le calcaire, les deux frères Emil et Johan, vont interférer dans un drame social et onirique dont il sera, au final, bien difficile d'expliquer la résolution.

Qu'importe, cette mine où l'on extrait du calcaire, cette usine monstre qui broie les hommes, fournit des images organiques très puissantes, très signifiantes. Ici, on s'enfonce, on patauge. Les corps sont zébrés d'une pâte argileuse. Les maisons sont tristes et carrées, moches à l'intérieur, saturées de sacs poubelles à l'extérieur.

Les travailleurs sont voués à une lente morte physique et morale. Les frères se battent épiderme contre épiderme pour la seule femme désirable. Il n'y a pas d'horizon, même pas pour le cinéma qui se fait parfois photo et devient une série de plans fixes dignes de diapositives.

"Winter Brothers" de Hlynur Palmason paraît décrire un enfer concentrationnaire, un monde sibérique où les hommes sont condamnés pour on ne sait quelle raison aux travaux forcés à perpétuité.

Le jeune héros, magnifiquement incarné par Elliott Crosset Hove dont on prédit avec certitude qu'il n'en restera pas au "niveau" du cinéma danois, a quelque chose du "Stalker" de Tarkovski. Seul à transgresser un ordre établi quasi immuable, courant comme un dératé dans la forêt, seul espace d'apparente liberté, il a le visage expressif de l'homme sans qualité, celui qui va mourir ou partir, s'envoler ou s'écraser.

On n'oubliera pas la belle scène où il se retrouve dans l'antre d'un homme qui tranche avec toutes les tenues bleu pâle des mineurs. Ce vieux barbu vit dans un bric-à-brac saturé d'objets et de vieux journaux, une espèce de caverne d'Ali Baba pleine de détritus qu'il vante à Emil comme des trésors.

C'est un personnage qui rappelle le Père Jules de "L'Atalante" et, comme dans le film de Jean Vigo, ce clochard dingo est celui qui ouvre les portes d'un autre monde. Comme par hasard, Emil en revient avec un fusil et l'on entrevoir un instant une possible tuerie générale.

Mais se révolter aujourd'hui, ce n'est plus - ou pas encore - prendre les armes pour construire un nouveau monde ou détruire un ordre ancien. C'est seulement y songer et puis passer à autre chose...

Qu'y a-t-il derrière la vie et le mal de vivre d'Emil ?

"Wind Brothers" de Hlynur Palmason ne résout aucune question. En pose-t-il vraiment, d'ailleurs ? Qu'importe, ce disciple encore lointain de Tarkovski pose surtout la première pierre de son cinéma.

On espère qu'il ne se laissera pas manger tout cru par toutes les distinctions qui lui tombent des festivals auxquels il participe parce qu'il a présenté un premier film aussi original que maîtrisé qui préfigure des œuvres futures qui feront date. On en prend le pari audacieux.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=