Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De nos frères blessés
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  février 2018

Comédie dramatique d'après le roman éponyme de Jospeh Andras, mise en scène de Fabrice Henry, avec François Copin, Clémentine Haro, Vincent Pouderoux et Thomas Resendes.

A l'origine, "De nos frères blessés" est un roman de Joseph Andras, paru chez Actes Sud, Goncourt du premier roman en 2016.

Comme "Meursault contre enquête" de Kamel Daoud, lui aussi Goncourt du premier roman l'année précédente et lui aussi paru chez Actes Sud, le livre de Joseph Andras revient sur la Guerre d'Algérie.

Cette fois-ci du côté des pieds-noirs, mais un pied-noir bien particulier puisqu'il s'agit d'un ouvrier communiste favorable à la cause indépendantiste au point de vouloir faire sauter une bombe dans son usine.

Une bombe, précise bien l'auteur et son adaptateur théâtral Fabrice Henry, destinée à ne pas faire de victimes puisque le jeune homme qui la fabrique, Fernand Iveton, prévoit de la disposer dans un placard et de la faire exploser à une heure où personne ne sera présent sur les lieux.

Mais il est dénoncé avant même de mettre sa bombe en état de marche. Arrêté, torturé, il est finalement guillotiné, appartenant à ce groupe de 38 militants algériens de toutes origines qui ne trouvèrent pas un avocat en François Mitterrand, ministre de l'intérieur, mais un procureur qui "conseilla" à René Coty, président de la République, de ne pas pas user de son droit de grâce.

Dans la version théâtrale de "De nos frères blessés", le nom de Mitterrand n'est prononcé qu'une fois, en catimini, et comme le texte, la pièce, est très favorable à l'accusé, en relevant constamment que sa tentative avortée ne devait pas faire de victimes. Sans doute Joseph Andras et Fabrice Henry ont-ils oublié qu'en droit français "l'intention vaut l'action" quel que soit le régime en place...

On acceptera donc ce biais idéologique et l'on jugera le dispositif mis en place par Fabrice Henry. Un dispositif "citoyen" où l'acteur-narrateur (Thomas Resendes) parle au public, l'interpelle, et, à l'instar des autres comédiens, va et vient dans la salle. La scène, elle, n'a pour décor que quelques chaises que viendront, dans la scène finale, occuper des spectateurs concernés, convaincus, devenus au fil du déroulement du texte des soutiens post-mortem de Fernand Iveton.

Car sa parole est portée chaleureusement par les quatre protagonistes. Si l'on n'a pas lu le roman de Joseph Andras, il sera difficile d'apprécier comment est adapté son contenu. Car ici, pas vraiment de dialogues, mais un constant récitatif d'un texte qui paraît si écrit qu'on a l'impression d'assister à la lecture du roman dans son entier. Un texte précis, clinique, qui raconte par le détail ce qu'il est advenu et qui est simplement ponctué des monologues plus ou moins long des personnages.

Ce dispositif est efficace et François Copin, Clémentine Haro, Vincent Pouderoux et Thomas Resendes savent rendre respectable la cause défendue par Fernand Iveton. Ils distillent même une vraie émotion à mesure que la guillotine se rapproche du cou du jeune homme.

On pourra cependant reprocher au texte de ne pas tenir vraiment compte de la complexité de l'époque. C'est plus facile aujourd'hui de raconter les "événements d'Algérie" quand on connaît le sens qu'a pris l'Histoire et que, certainement, elle devait de toute façon prendre.

Ce manichéisme ne nuit pas à l'intérêt du travail de Fabrice Henry qui aurait sans doute jadis monté les pièces existentialistes de Gabriel Marcel, aimé les grandes causes défendues dans les films de Constantin Costa-Gavras et admiré les spectacles participatifs de Robert Hossein.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=