Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Callas oubliée
Théâtre Essaion  (Paris)  février 2018

Comédie dramatique de Dario Fo et Franca Rame, mise en scène de Massimiliano Verardi, avec France Renard, Philippe Pierrard et Aurélien Gouas.

On connaît tout de Maria Callas, mais on ignorait que son sort avait intéressé Dario Fo, Prix Nobel de littérature et grand espiègle du théâtre italien.

En fait, le texte est signé Dario Fo et Franca Rame, la compagne du dramaturge morte en 2013, et il constitue leur ultime collaboration. On comprend dès lors que le destin tragique de la diva la plus célèbre du siècle passé avait une résonance pour le couple, que cette lente descente d'une étoile vers un crépuscule morbide avait un sens pour Dario et Francesca et sans doute bien des correspondances.

Ce qui fixe surtout l'attention de Dario Fo, c'est le personnage du mari-pygmalion de Maria, le fameux Giovanni Meneghini, industriel enrichi par le commerce des briques qui fit la carrière de son épouse en se transformant en son impresario.

Gros bonhomme cultivé et bonasse, c'est en succédant au père de Maria pour gérer sa carrière qu'il en devînt l'amant et bientôt le mari. C'est lui qui a façonné Maria, a mis sur les rails d'un succès incommensurable la jeune américano-grecque trop grosse.

En enchaînant les saynètes clés de la vie de la chanteuse qui fit frissonner tous les mélomanes de la seconde moitié du vingtième siècle, "La Callas oubliée" montre le rôle de Meneghini dans la fabrication de la grande tragédienne lyrique.

Pourtant, si on ne savait pas la passion du couple Fo pour La Callas, on ne devinerait jamais que ce texte renseigné et très "wikipédia" est signé de leurs mains. Ce n'est pas faire offense au comique devenu maître du théâtre que son texte sur Callas ne restera pas dans les annales.

Peut-être aussi que la mise en scène de Massimiliano Verardi est trop sage et ne pousse pas assez vers l'excès les présupposés de Fo qui insiste assez souvent sur le physique difficile de Maria qui, pendant "l'ère Meneghini", fait preuve de boulimie et n'a rien à envier aux rondeurs du briquetier. Il aurait été amusant de suivre le combat du couple pour perdre presque cinquante kilos et d'expliquer comment ce régime spartiate a rendu fragile Maria Callas et l'a conduite aux portes de la folie.

Ayant évacué cela, "La Callas oubliée" navigue en terrain trop connu, même si les comédiens ont l'abattage suffisant pour suppléer au manque d'originalité du propos. Sans sa voix ni son physique, France Renard est cependant convaincante dans la peau de Maria.

Philippe Pierrard joue son père et Meneghini avec l'ampleur nécessaire à qui veut protéger pareille oiseau aux ailes de géant. Il sait se muer en homme brisé par la passion qui s'éloigne et faire surgir de son personnage des torrents d'émotion.

Quant au troisième homme, Aurélien Gouas, tour à tour narrateur et visage empruntant les traits des nombreux êtres qui ont défilé dans la vie de Callas, il sonne toujours juste malgré sa propension à lancer des blagues qui tombent à plat.

On n'oubliera pas de signaler que les dessins projetés sur une toile suspendu au mur derrière la scène sont aussi de Dari Fo et qu'ils vont convaincre qu'il ne s'agit pas d'une toquade le temps d'une pièce. Oui, incontestablement Dario Fo aimait vraiment Callas.

"La Callas oubliée" vaut le déplacement si l'on veut connaître toutes les facettes d'une œuvre théâtrale majeure et si l'on veut assister à un spectacle de qualité défendu par un trio percutant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=