Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Callas oubliée
Théâtre Essaion  (Paris)  février 2018

Comédie dramatique de Dario Fo et Franca Rame, mise en scène de Massimiliano Verardi, avec France Renard, Philippe Pierrard et Aurélien Gouas.

On connaît tout de Maria Callas, mais on ignorait que son sort avait intéressé Dario Fo, Prix Nobel de littérature et grand espiègle du théâtre italien.

En fait, le texte est signé Dario Fo et Franca Rame, la compagne du dramaturge morte en 2013, et il constitue leur ultime collaboration. On comprend dès lors que le destin tragique de la diva la plus célèbre du siècle passé avait une résonance pour le couple, que cette lente descente d'une étoile vers un crépuscule morbide avait un sens pour Dario et Francesca et sans doute bien des correspondances.

Ce qui fixe surtout l'attention de Dario Fo, c'est le personnage du mari-pygmalion de Maria, le fameux Giovanni Meneghini, industriel enrichi par le commerce des briques qui fit la carrière de son épouse en se transformant en son impresario.

Gros bonhomme cultivé et bonasse, c'est en succédant au père de Maria pour gérer sa carrière qu'il en devînt l'amant et bientôt le mari. C'est lui qui a façonné Maria, a mis sur les rails d'un succès incommensurable la jeune américano-grecque trop grosse.

En enchaînant les saynètes clés de la vie de la chanteuse qui fit frissonner tous les mélomanes de la seconde moitié du vingtième siècle, "La Callas oubliée" montre le rôle de Meneghini dans la fabrication de la grande tragédienne lyrique.

Pourtant, si on ne savait pas la passion du couple Fo pour La Callas, on ne devinerait jamais que ce texte renseigné et très "wikipédia" est signé de leurs mains. Ce n'est pas faire offense au comique devenu maître du théâtre que son texte sur Callas ne restera pas dans les annales.

Peut-être aussi que la mise en scène de Massimiliano Verardi est trop sage et ne pousse pas assez vers l'excès les présupposés de Fo qui insiste assez souvent sur le physique difficile de Maria qui, pendant "l'ère Meneghini", fait preuve de boulimie et n'a rien à envier aux rondeurs du briquetier. Il aurait été amusant de suivre le combat du couple pour perdre presque cinquante kilos et d'expliquer comment ce régime spartiate a rendu fragile Maria Callas et l'a conduite aux portes de la folie.

Ayant évacué cela, "La Callas oubliée" navigue en terrain trop connu, même si les comédiens ont l'abattage suffisant pour suppléer au manque d'originalité du propos. Sans sa voix ni son physique, France Renard est cependant convaincante dans la peau de Maria.

Philippe Pierrard joue son père et Meneghini avec l'ampleur nécessaire à qui veut protéger pareille oiseau aux ailes de géant. Il sait se muer en homme brisé par la passion qui s'éloigne et faire surgir de son personnage des torrents d'émotion.

Quant au troisième homme, Aurélien Gouas, tour à tour narrateur et visage empruntant les traits des nombreux êtres qui ont défilé dans la vie de Callas, il sonne toujours juste malgré sa propension à lancer des blagues qui tombent à plat.

On n'oubliera pas de signaler que les dessins projetés sur une toile suspendu au mur derrière la scène sont aussi de Dari Fo et qu'ils vont convaincre qu'il ne s'agit pas d'une toquade le temps d'une pièce. Oui, incontestablement Dario Fo aimait vraiment Callas.

"La Callas oubliée" vaut le déplacement si l'on veut connaître toutes les facettes d'une œuvre théâtrale majeure et si l'on veut assister à un spectacle de qualité défendu par un trio percutant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=