Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'affaire Mayerling
Bernard Quiriny  (Editions Rivages)  janvier 2018

J’ai découvert Bernard Quiriny et son univers, il y a quelques années, sur les conseils d’un ami proche, en lisant son recueil de nouvelles, Une collection très particulière. Assez hermétique au départ vis-à vis de ce format d’écriture, il est celui qui m’a fait aimer les recueils de nouvelles. Depuis, j’en lis souvent, celles de Joyce Carol Oates notamment ou les superbes Microfictions de Régis Jauffret.

Avec L’affaire Mayerling, sorti le mois dernier aux éditions Rivages, je me lance dans mon premier roman de cet auteur belge à l’imagination débordante. L’affaire Mayerling est encore en course, il fait partie des 5 finalistes, pour obtenir le grand prix RTL-Lire 2018.

Mayerling est le nom d’une résidence de standing construite dans la petite ville de Rouvières. Etages, 25 appartements du T2 au T5 avec des propriétaires triés sur le volet. Le narrateur et son ami Braque sont des passionnés de l’immobilier et de son jargon si particulier. Ils vont au cours de la première partie du livre s’amuser à décrire les catalogues publicitaires sur ces résidences immobilières que l’on vend sur plan, décrire l’avancée des travaux et ses péripéties et présenter le syndic qui gérera la résidence Mayerling.

Assez rapidement, avec la seconde partie, le livre va se centrer sur cette résidence et ses occupants. Des faits étranges et loufoques se sont déroulés. Le narrateur et son ami Braque vont donc effectuer une enquête après ces faits qu’ils nous narrent. On retrouve alors l’imagination débordante de l’auteur, sa précision dans les descriptions au travers des problèmes successifs et nombreux qui vont toucher les habitants de cet immeuble de standing. Les conflits et les accidents se succèdent. Un couple se déchire, en faisant profiter par le bruit ses nombreux voisins. La très pieuse Madame Camy se retrouve nymphomane. M Paul rêve d’assassiner son voisin trop bruyant. Une odeur pestilentielle s’échappe du logement de Madame Meunier. Madame Choppard a des hallucinations voyant le fantôme de sa mère dans l’immeuble.

Assez rapidement, les rêves de ses copropriétaires se transforment en cauchemars. Les nombreux dysfonctionnements techniques de l’immeuble ont des conséquences sur les comportements des habitants. Assez vite tout tombe en panne, l’immeuble se dégrade très rapidement et les habitants commencent à tomber malade. Les habitants ont alors pour unique solution que de déclarer la guerre à leur immeuble et se retrouvent alors pris dans un tourbillon de destruction de leurs biens qui est l’objet de la troisième et dernière partie du livre.

Vous l’avez donc compris, le dernier livre de Bernard Quiriny est une satire de l’urbanisme actuel, de ses résidences qui fleurissent à tout bout de champs dans toutes les villes françaises, dans lesquelles les gens s’entassent avec plaisir sans se parler entre eux. L’auteur se moque avec beaucoup d’humour de cette vie citadine dans laquelle les habitants se retrouvent prisonniers de leur rêve de béton.

Ce qui fait le charme de ce livre, qui le rend si plaisant à lire, c’est encore une fois l’humour et l’originalité dont fait preuve Bernard Quiriny. Imaginez un immeuble qui décide de s’en prendre à ses occupants et des occupants qui décident de lui casser la gueule. Et bien oui, c’est bien ça que nous propose Bernard Quiriny.

Bernard Quiriny manie l’absurde et le cocasse avec un talent immense pour nous conter le naufrage d’une communauté de copropriétaires. Il le fait avec une grande intelligence en posant d’abord ses personnages (on a même droit dès la première page à la liste détaillée des copropriétaires étage par étage, comme celle qu’on trouve au rez-de-chaussée des immeubles sur le panneau du conseil syndical) pour finir par une fin délirante, dans le bon sens du terme.

L’affaire Mayerling est donc un roman savoureux que l’on lit avec délectation.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Bernard Quiriny


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=