Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Etat islamique de Mossoul
Hélène Sallon  (Editions La Découverte)  février 2018

Après avoir lu l’excellent dernier livre de Régis Le Sommier, Assad, qui nous proposait un portrait sans concession du dictateur syrien, me voilà maintenant en compagnie d’une autre journaliste, Hélène Sallon, qui travaille au Monde. Arabisante, elle a couvert entre mi-octobre 2016 et mi-juillet 2017, la bataille de Mossoul, en Irak, et a passé plus de quatre mois sur le terrain à suivre l’offensive des forces irakiennes contre le groupe djihadiste et à enquêter sur son règne à Mossoul.

De cette expérience, Hélène Sallon en a tiré un livre dans lequel elle décrit l’Etat islamique de Mossoul, la capitale économique de Daesh qu’elle présente comme une entreprise totalitaire. En préambule, l’auteur nous propose deux cartes ; l’une sur l’Irak pour situer cette ville de Mossoul dans ce pays, l’autre est un plan précis de la ville de Mossoul pour mieux comprendre l’organisation de cette ville peuplée de musulmans sunnites et de chrétiens.

En prologue, comme tout bon journaliste, Hélène Sallon prend le soin de nous expliquer son enquête en annonçant ces sources. Elle nous explique que la libération de cette ville récemment a permis de lever un voile sur la réalité du projet politique et social de l’Etat islamique, rappelant son ampleur et ses objectifs. Parmi ses sources, se trouve un personnage important, son œil de Mossoul, Mossoul Eye, un habitant qui a donné de nombreuses informations sur la ville et ses bourreaux grâce aux réseaux sociaux. Il a cessé pendant quelques temps de donner des infos quand cela devenait trop dangereux pour lui, puis en transmis ensuite par SMS à un ami habitant à Bagdad qui les relayait sur les réseaux sociaux quand les membres de l’Etat Islamique se sont mis à contrôler l’internet dans la ville. Hélène Sallon s’est ensuite appuyée sur des témoignages inédits recueillis auprès des habitants de Mossoul.

On apprend comment les djihadistes ont séduit de nombreux habitants une fois la ville prise, à coup de propagande et d’aides sociales aux plus défavorisés. On voit ensuite comment ils ont rapidement imposé leur idées, parfois les plus grotesques. La chicha se retrouve interdite, les jeux de cartes aussi, on coupe la tête aux joueurs de baby-foot pour qu’ils ne ressemblent plus à des statues. Le port du Niqab devient obligatoire pour les femmes qui peu à peu désertent les rues. Les femmes ayant commis l’adultère se retrouvent lapidés. On voit la situation des chrétiens évoluée rapidement. Ils sont rackettés, kidnappés quand les églises se voient confisquées.

Rapidement la mainmise sur l’économie se fait. Mossoul était une ville riche, située à un carrefour de routes commerciales, à proximité de champs pétrolifères et d’exploitations agricoles. Un racket s’organise, un impôt officiel est mis en place. Très rapidement, l’Etat Islamique va se constituer un petit pactole. Mossoul va devenir la capitale économique de l’Etat islamique quand Raqqa était sa capitale politique.

Très vite, la vie des habitants se retrouve sous contrôle de ces fous de Dieu. Les femmes n’ont plus aucun droit. Un projet universitaire est mis en place. Des disciplines sont imposées quand d’autres sont supprimées. La géographie se retrouve interdite car elle ne reconnaît pas les terres d’Islam et les terres de mécréants ! La violence et la terreur sont partout. On coupe les mains des voleurs, on défenestre les homosexuels.

La mainmise se fait aussi sur le secteur de la santé avec le contrôle de l’hôpital qui voit ses effectifs diminuer avec les nombreuses fuites du personnel à l’arrivée des djihadistes. Un ordre social, enfin, se met en place, le drapeau noir flotte dans toute la ville, une administration se développe. L’Etat islamique terrorise la population, particulièrement sa jeunesse qu’elle souhaite en même temps former à la guerre. L’école doit devenir le pivot du projet de recrutement et d’endoctrinement de l’Etat Islamique. La culture, elle est détruite, laissant le patrimoine historique de la région complètement détruit.

Un chapitre est consacré à la situation particulière des Yézidis qui ont connu l’enfer sous l’Etat Islamique du fait de leurs croyances ésotériques. Beaucoup de femmes Yézidis sont devenues des esclaves sexuelles.

L’Etat islamique de Mossoul est donc une brillante enquête sur une ville où la vie et la mort cohabitent. C’est aussi une enquête sur une organisation totalitaire effrayante qui aura duré trois ans mais qui aura des répercussions sur plusieurs générations de Mossouliotes. Mossoul est devenu un champ de ruine composé d’une population traumatisée constituée de gens qui ont suivi les djihadistes et d’autres qui les combattus. La réconciliation des populations sera longue et compliquée.

Pour Mossoul aujourd’hui, la tâche est immense.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=