Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La maison à droite de celle de ma grand-mère
Michaël Uras  (Editions Préludes)  mars 2018

C’est un florilège de couleurs que nous propose Michaël Uras dans son dernier livre, La maison à droite de celle de ma grand-mère, paru dernièrement aux éditions Préludes. Michaël Uras est un jeune auteur, professeur de lettres, qui s’est fait connaître notamment avec son roman Aux petits mots les grands remèdes. D’origine sarde par son père, c’est vers cette île qu’il nous embarque dans son quatrième roman. Une Sardaigne où l’on voit des maisons de toutes les couleurs, des rouges, des vertes, des bleues et des vertes aussi, comme celle de la grand-mère de Giacomo, le personnage principal du livre.

Giacomo a quitté la Sardaigne pour venir s’installer à Marseille où il est traducteur de profession. Il est en train de traduire une version inédite de Moby Dick quand la Sardaigne le rappelle car sa grand-mère, la Nonna (grand-mère en italien) est sur le point de s’éteindre. Retourner en Sardaigne est toujours pour lui un mélange de plaisir mais aussi de douleurs. Revenir en Sardaigne, c’est pour lui retrouver cette grand-mère qu’il chérit, sa principale confidente, celle en qui il a une grande confiance. Revenir en Sardaigne, c’est aussi pour lui retrouver ses parents, sa mère qui gueule autant qu’elle lui porte d’amour, son père le taiseux, son fidèle ami d’enfance, Fabrizio et le mystérieux capitaine, une des figures de l’île. Revenir en Sardaigne enfin, c’est aussi revoir son oncle envahissant, Gavino, la superbe doctoresse, Alexandra, qui prend soin de sa grand-mère et l’épicière du village dont il était éperdument amoureux quand il était jeune.

Au fil des pages, on se rend compte de la tristesse de Giacomo, qu’elle n’est pas seulement liée à la santé de sa grand-mère. Ses plaies sont nombreuses et bien profondes. Giacomo nous embarque dans ses souvenirs pour que l’on comprenne mieux ses peines, ses remords et ses regrets. Sa plaie principale vient de son cœur, de sa situation amoureuse, de son amour perdu. Les nombreux personnages du livre, parfaitement écrits, tentent, chacun à leur manière, de venir en réconfort au chagrin de Giacomo.

Michaël Uras nous propose donc une chronique familiale autour de laquelle gravitent des personnages touchants dans un décor merveilleusement décrit. La maison à droite de celle de ma grand-mère est aussi une ode à la Sardaigne, un formidable dépliant littéraire touristique qui nous donne une envie folle d’aller visiter cette île. Michaël Uras nous décrit des paysages superbes, nous raconte l’histoire et la vie d’un petit village sarde au travers de son climat ensoleillé, des habitudes de vie des populations et de la gastronomie.

Michaël Uras nous embarque dans cette histoire, avec l’aisance de sa belle écriture, sans vraiment nous offrir une réelle intrigue. Il n’empêche qu’il réussit néanmoins à nous surprendre avec une fin triste, comme une bonne partie du livre qui est souvent mélancolique, qui nous permet de mieux comprendre la complexité de cette famille tout en éclairant certains passages du livre qu’on avait au début pu prendre comme anecdotiques.

La maison à droite de celle de ma grand-mère est donc un livre plaisant, plein de mélancolie que l’écriture lumineuse de l’auteur réussit à atténuer.

Pour moi, jusqu'à présent, la Sardaigne m’évoquait immédiatement une grande auteure, Milena Agus. Avec la maison à droite de celle de ma grand-mère, la Sardaigne vient de recruter un nouveau digne ambassadeur en la personne de Michaël Uras.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Michaël Uras


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=