Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La maison à droite de celle de ma grand-mère
Michaël Uras  (Editions Préludes)  mars 2018

C’est un florilège de couleurs que nous propose Michaël Uras dans son dernier livre, La maison à droite de celle de ma grand-mère, paru dernièrement aux éditions Préludes. Michaël Uras est un jeune auteur, professeur de lettres, qui s’est fait connaître notamment avec son roman Aux petits mots les grands remèdes. D’origine sarde par son père, c’est vers cette île qu’il nous embarque dans son quatrième roman. Une Sardaigne où l’on voit des maisons de toutes les couleurs, des rouges, des vertes, des bleues et des vertes aussi, comme celle de la grand-mère de Giacomo, le personnage principal du livre.

Giacomo a quitté la Sardaigne pour venir s’installer à Marseille où il est traducteur de profession. Il est en train de traduire une version inédite de Moby Dick quand la Sardaigne le rappelle car sa grand-mère, la Nonna (grand-mère en italien) est sur le point de s’éteindre. Retourner en Sardaigne est toujours pour lui un mélange de plaisir mais aussi de douleurs. Revenir en Sardaigne, c’est pour lui retrouver cette grand-mère qu’il chérit, sa principale confidente, celle en qui il a une grande confiance. Revenir en Sardaigne, c’est aussi pour lui retrouver ses parents, sa mère qui gueule autant qu’elle lui porte d’amour, son père le taiseux, son fidèle ami d’enfance, Fabrizio et le mystérieux capitaine, une des figures de l’île. Revenir en Sardaigne enfin, c’est aussi revoir son oncle envahissant, Gavino, la superbe doctoresse, Alexandra, qui prend soin de sa grand-mère et l’épicière du village dont il était éperdument amoureux quand il était jeune.

Au fil des pages, on se rend compte de la tristesse de Giacomo, qu’elle n’est pas seulement liée à la santé de sa grand-mère. Ses plaies sont nombreuses et bien profondes. Giacomo nous embarque dans ses souvenirs pour que l’on comprenne mieux ses peines, ses remords et ses regrets. Sa plaie principale vient de son cœur, de sa situation amoureuse, de son amour perdu. Les nombreux personnages du livre, parfaitement écrits, tentent, chacun à leur manière, de venir en réconfort au chagrin de Giacomo.

Michaël Uras nous propose donc une chronique familiale autour de laquelle gravitent des personnages touchants dans un décor merveilleusement décrit. La maison à droite de celle de ma grand-mère est aussi une ode à la Sardaigne, un formidable dépliant littéraire touristique qui nous donne une envie folle d’aller visiter cette île. Michaël Uras nous décrit des paysages superbes, nous raconte l’histoire et la vie d’un petit village sarde au travers de son climat ensoleillé, des habitudes de vie des populations et de la gastronomie.

Michaël Uras nous embarque dans cette histoire, avec l’aisance de sa belle écriture, sans vraiment nous offrir une réelle intrigue. Il n’empêche qu’il réussit néanmoins à nous surprendre avec une fin triste, comme une bonne partie du livre qui est souvent mélancolique, qui nous permet de mieux comprendre la complexité de cette famille tout en éclairant certains passages du livre qu’on avait au début pu prendre comme anecdotiques.

La maison à droite de celle de ma grand-mère est donc un livre plaisant, plein de mélancolie que l’écriture lumineuse de l’auteur réussit à atténuer.

Pour moi, jusqu'à présent, la Sardaigne m’évoquait immédiatement une grande auteure, Milena Agus. Avec la maison à droite de celle de ma grand-mère, la Sardaigne vient de recruter un nouveau digne ambassadeur en la personne de Michaël Uras.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Michaël Uras


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=