Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gontard
Tout naît / tout s'achève dans un disque  (Ici d'ailleurs...)  mars 2018

Second album qui faillit ne jamais voir le jour, parce que l’air est vicié de démagogues et de nuages toxiques. Gontard! écoute beaucoup de musique, dissèque et associe les sonorités, interprète ces maux avec ses mots et livre Tout naît / tout s’achève dans un disque. Parce que la vie ça fait mal, les sentiments ça schlingue et les actualités ça torse.

L’œil torve et la lippe pressée, Gontard! murmure autant qu’il chante, il slamme comme il ergote et argumente comme il conspue. "Pourquoi personne ne me collectionne / pourquoi je sors seulement quand les gens dorment / pourquoi je ne veux pas mourir tout blanc / pourquoi entretenir l’esprit combattif pendant que vous entretenez un déni sucré / pourquoi sur la terre des hommes il n’y a que des intrigues compliquées / je crois que ça y est je vous hais car vous n’avez jamais souhaité déplacer la moindre montagne / vous vouliez juste mettre quelques paillettes dessus pour faire joli les soirs de fête / mais qu’avez-vous fait ? / pourquoi l’avez-vous fait ? / moi je m’en vais / vous direz de ma part au premier sinistre que Gontard! est mort parce que personne ne me collectionne" ("Il fiasco").

Les instruments sont les battements du temps sur nos rêves avortés et les sifflements du vent dans les interstices. Des cordes suivent les syllabes et répondent au prolixe verbe de Gontard!. Et quel verbe ! Accrocher son oreille aux textes fera sans effort se vriller le petit marteau du tympan en une suite de postillons embaumant le désenchantement. Fils spirituel de Zola, le fameux Emile détrousseur de bourgeoisie guindée, faisant apparaître en quelques mots la noirceur derrière les voilages, la puanteur sous les parfums et le labeur des petites mains, Gontard! fait de son album une balade entre brouillard et fumée, à la lisière de ce qu’il est bienséant de taire et de ce qu’il est nécessaire de crier.

"Et tous ces tambours qui frappent sur ton passage, tous ces slogans sur des Post-it qui participent au national tapage. Y'a toujours une tondeuse, comme un bruit de fond dans ce pays qui fout les jetons" ("La main tiède de la violence"). Jeunesse désabusée, vieillesse blasée, voilà ce que nous sommes, et en somme la simple somme de nos décisions.

Notre maison, ses cuivres lancinants de soirs de pluie, ses notes étirées à tirer des larmes du cafard, parce que les tourments n’existent qu’à cause des autres et de nos interactions. Sartre n’est pas loin, ses concepts ressurgissent en ces heures individualistes. "Ce matin tu pleurais sans avoir de chagrin, il doit bien y avoir une raison".

Poète contemporain sans hypocrisie, avec un réalisme dénué de sarcasme, sans paillettes et sans strass, Gontard! assume un cynisme digne des plus ascètes. Et ça aussi ça fait du bien, c’est sans langue de bois que Tout naît / tout s’achève dans un disque va à la conquête de ce palpitant qui ne battait pour personne et le lance à travers les cieux, en orbite autour de notre planète incandescente. Certes, ça fait mal, mais il est aussi doux de se sentir vivant.

"L’humanité n’a pas besoin de bibelots, on veut des fluides corporels". C’est noté.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Gontard!
Le Soundcloud de Gontard!
Le Facebook de Gontard!


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=