Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gontard
Tout naît / tout s'achève dans un disque  (Ici d'ailleurs...)  mars 2018

Second album qui faillit ne jamais voir le jour, parce que l’air est vicié de démagogues et de nuages toxiques. Gontard écoute beaucoup de musique, dissèque et associe les sonorités, interprète ces maux avec ses mots et livre Tout naît / tout s’achève dans un disque. Parce que la vie ça fait mal, les sentiments ça schlingue et les actualités ça torse.

L’œil torve et la lippe pressée, Gontard murmure autant qu’il chante, il slamme comme il ergote et argumente comme il conspue. "Pourquoi personne ne me collectionne / pourquoi je sors seulement quand les gens dorment / pourquoi je ne veux pas mourir tout blanc / pourquoi entretenir l’esprit combattif pendant que vous entretenez un déni sucré / pourquoi sur la terre des hommes il n’y a que des intrigues compliquées / je crois que ça y est je vous hais car vous n’avez jamais souhaité déplacer la moindre montagne / vous vouliez juste mettre quelques paillettes dessus pour faire joli les soirs de fête / mais qu’avez-vous fait ? / pourquoi l’avez-vous fait ? / moi je m’en vais / vous direz de ma part au premier sinistre que Gontard est mort parce que personne ne me collectionne" ("Il fiasco").

Les instruments sont les battements du temps sur nos rêves avortés et les sifflements du vent dans les interstices. Des cordes suivent les syllabes et répondent au prolixe verbe de Gontard. Et quel verbe ! Accrocher son oreille aux textes fera sans effort se vriller le petit marteau du tympan en une suite de postillons embaumant le désenchantement. Fils spirituel de Zola, le fameux Emile détrousseur de bourgeoisie guindée, faisant apparaître en quelques mots la noirceur derrière les voilages, la puanteur sous les parfums et le labeur des petites mains, Gontard fait de son album une balade entre brouillard et fumée, à la lisière de ce qu’il est bienséant de taire et de ce qu’il est nécessaire de crier.

"Et tous ces tambours qui frappent sur ton passage, tous ces slogans sur des Post-it qui participent au national tapage. Y'a toujours une tondeuse, comme un bruit de fond dans ce pays qui fout les jetons" ("La main tiède de la violence"). Jeunesse désabusée, vieillesse blasée, voilà ce que nous sommes, et en somme la simple somme de nos décisions.

Notre maison, ses cuivres lancinants de soirs de pluie, ses notes étirées à tirer des larmes du cafard, parce que les tourments n’existent qu’à cause des autres et de nos interactions. Sartre n’est pas loin, ses concepts ressurgissent en ces heures individualistes. "Ce matin tu pleurais sans avoir de chagrin, il doit bien y avoir une raison".

Poète contemporain sans hypocrisie, avec un réalisme dénué de sarcasme, sans paillettes et sans strass, Gontard assume un cynisme digne des plus ascètes. Et ça aussi ça fait du bien, c’est sans langue de bois que Tout naît / tout s’achève dans un disque va à la conquête de ce palpitant qui ne battait pour personne et le lance à travers les cieux, en orbite autour de notre planète incandescente. Certes, ça fait mal, mais il est aussi doux de se sentir vivant.

"L’humanité n’a pas besoin de bibelots, on veut des fluides corporels". C’est noté.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Gontard
Le Soundcloud de Gontard
Le Facebook de Gontard


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=