Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Double Inconstance (ou presque)
Théâtre Gérard Philippe  (Saint-Denis)  mars 2018

Comédie d'après l'oeuvre de Marivaux mis e en scène par Jean-Michel Rabeux, avec Morgane Arbez, Aurélia Arto, Claude Degliame, Hugo Dillon, Roxane Kasperski et Christophe Sauger.

D'abord une question : pourquoi cette parenthèse "(ou presque)" alors qu'on assiste à l'adaptation de "La Double Inconstance" par Jean-Michel Rabeux plus que "presque" fidèle au texte de Marivaux ?

Modestie ? Fausse piste ? On ne tranchera pas mais peut-être y verra-t-on la préfiguration à la fin pessimiste que le metteur en scène ajoute, sans avoir besoin d'ajouter un mot à la comédie de Pierre Carret puisqu'à l'instar de Pierre Ménard, auteur d'un "Don Quichotte" en tout point pareil à celui de Cervantès selon Jorge Luis Borges, pour Jean-Michel Rabeux, c'est Pierre Carlet le véritable auteur de "La Double inconstance"... Or Pierre Carlet est le vrai nom de Marivaux... Presque le vrai nom dirait Rabeux et l'on en finirait alors plus..

Reste qu'on assiste à une "Double Inconstance" faussement joyeuse, faussement évidente puisque ce qui arrive à Arlequin (Hugo Dillon) est aujourdhui le principe de la collection Harlequin : les jolies roturières telles Sylvia (Morgane Arbez) peuvent épouser les Princes (Claude Degliame) et les gars de la campagne prétendre ne pas s'en offusquer en s'accordant avec des conseillères en communication comme la belle Flaminia (Roxane Kasperski).

Mais est-ce si simple ? Et cette manipulation orchestrée avec l'aide de tous ceux qui sont à son service, comme l'intrigant Trivelin (Christophe Sauger) ou la belle coquette Lisette (Aurélia Arto), n'est-elle pas un jeu de dupes qui se paie cash après la dernière réplique troussée par Pierre Carlet dit Marivaux ?

"La Double Inconstance" est créée au moment où s'achève la "Régence", cette parenthèse libérale et libertine entre les règnes de Louis XIV et de Louis XV. L'absolutisme, pour quelques mois, est oublié et le texte de Marivaux en est l'expression.

Mais ce n'est qu'une pause avant la catastrophe que sera le règne de Louis XV, d'où ici cet abus de hauts talons, de perruques rose ou jaune flashies, ces acteurs travestis en femmes et ces actrices en hommes. Tout est sans dessus dessous, même si le prince est en réalité déjà maître du jeu, qu'il étend son droit d'aimer sur toutes ses sujettes, même celles qui ont déjà des engagements amoureux...

Rabeux a-t-il voulu, sans en avoir l'air, juste avec un "presque", définir une analogie avec 2018 où les princes et les bergères peuvent théoriquement s'aimer de leur plein gré... mais où rien ne se passe comme ça, d'où l'impasse nihiliste finale ?

On restera dans l'expectative, tout en admettant que tout ce qui paraît pure gratuité, comme par exemple l'inévitable passage rock, ou l'idée que ce soit la grande Claude Degliame qui joue le Prince (grimée et poussant sa voix vers les graves avec une conviction totale), n'affecte pas la qualité de l'ensemble.

Au moment où triomphe "Le Jeu de l'amour et du hasard" monté par Catherine Hiegel, le travail de Jean-Michel Rabeux, moins classique et plus risqué, explore une autre voie possible pour expliquer pourquoi l'oeuvre de Marivaux résonne encore aujourd'hui.

En effet, il prouve sans en avoir l'air que ce que dénonçait, à son époque, l'auteur de la "Double Inconstance" a toujours cours, c'est-à-dire l'éternel combat de classes sociales antagonistes qui s'affrontent, toujours et encore, sur le terrain du pouvoir et de l'amour.

Une belle leçon pour un beau spectacle maîtrisé et sans fausses notes avec une distribution brillante, parmi laquelle, outre Claude Degliame, on soulignera la performance de Morgane Arbez en Silvia et celle de la piquante Aurélia Arto en Lisette.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=