Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Féminin plurielles
Sébastien Bailly  mars 2018

Réalisé par Sébastien Bailly. France. Comédie dramatique. 1h22 (Sortie le 7 mars 2018). Avec Hafsia Herzi, Lise Bellynck, Anne Steffen, Friedelise Stutte, Marie Rivière, Sabrina Seyvecou, Donia Eden et Bastien Bouillon.

Difficile de déduire quoi que ce soit d'un cinéaste à la vue d'un de ses courts-métrages. Mais quand on en découvre trois dans le même programme, on peut déjà se faire une idée de ce qu'il veut dire et comment il va le dire.

C'est l'intérêt de "Féminin plurielles" de Sébastien Bailly qui réunit en un programme de 82 minutes trois de ses œuvres courtes. "Douce" (2011), "Où je mets ma pudeur" (2013) et "Une Histoire de France" (2015" sont apparemment trois courts très différents.

Dans le premier, une infirmière, Douce, va vivre une expérience bien particulière, dans le deuxième, sera posée la question du voile par une étudiante en art, Hafsia, et dans le troisième, la rencontre élective entre une jeune femme française (Delphine) et de son alter ego germanique (Charlotte) sera l'occasion de revisiter un fait d'histoire tragique d'avant la réconciliation franco-allemande.

En premier lieu, saute aux yeux que Sébastien Bailly a la fibre féminine et préfère les filmer alors que les hommes ne sont là que des "figurants", parfois involontairement actifs comme l'homme dans le coma dans "Douce", parfois complice mais quand même bien bluffé par la détermination d'une Hafsia Herzi à son meilleur dans "Où je mets ma pudeur".

On découvre également que le réalisateur aime se servir comme prétexte des sujets de société de son époque : les patients plongés dans un coma long et profond, le sens des signes religieux, le poids de l'histoire dans les rapports actuels entre citoyens européens.

Mine de rien, dans "Féminin plurielles", les trois courts-métrages baignent dans une étrange ambiance commune, celle de la détermination de femmes qui sont sujets et non objets, qui parviennent à leurs fins au bout d'un film en forme de démonstration, mais une démonstration qui vagabonde, qui se sert de l'ère du temps ou du jour.

Ainsi cette balade dans Tulle qui intéresse la jeune journaliste allemande parce que deux présidents de la république française se sont installés dans cette petite circonscription de la Corrèze pour partir à la conquête de la cinquième puissance mondiale, l'amène à découvrir les "massacres de Tulle" perpétrés par les nazis de la Division Das Reich.

Sans conteste, le meilleur des trois courts est "Où je mets ma pudeur" Le suspense est total : la jeune étudiante en art qui porte constamment son "hibou", l'enlèvera-t-elle, comme la loi l'exige, pour présenter son travail sur l'Odalisque d'Ingres ?

Au passage, ce qu'Hafsia Herzi explique dans son exposé est éclairant et vaut à lui seul le déplacement pour voir "Féminin Plurielles" de Sébastien Bailly. On apprendra aussi pas mal de choses sur la ville aux sept collines qu'est Tulle dans "Une Histoire de France"...

A commencer par l'existence, dans cette préfecture minuscule, d'une médiathèque Eric Rohmer, enfant du pays. Ce qui tombe bien, parce que toutes ces femmes déterminées ne sont pas sans rappeler celles qu'on nommait jadis des "rohmériennes"

Si elles divergent dans leur manière d'agir puisqu'elle n'atteignent par leur but par un subtil marivaudage, elles sont également mues par l'envie d'aller voir là où ne leur pas dit d'aller pour que leurs sentiments triomphent de tous les déterminismes que la société place sur la route des femmes.

Petit traité vraiment féministe, c'est-à-dire ne cherchant pas à retourner la domination masculine par son pendant féminin, "Fémin plurielles" de Sébastien Bailly sort au bon moment. Sous le signe de la bienveillance, ces trois tranches de vie qui s’accordent bien annoncent un cinéaste dont on attend le long métrage sans crainte d'être déçu.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 janvier 2022 : Cultivons notre culture

C'est important de rester ouvert et curieux. Voici notre nouvelle sélection culturelle pour vous apporter quelques belles choses à découvrir encore cette semaine ! C'est parti.

Du côté de la musique :

"Bach, Brouwer : Canciones" de Andreas Scholl & Edin Karamazov
"Lighting concept" de Archi Deep
"Issue" de Bipolar Club
"Things take time, take time" de Courtney Barnett
"A l'americaine" de Imparfait
"La sélection de Carim Clasmann de PSAPP volet 2" par Listen In Bed
"Poussière d'or" de Manu
"Landscapes unchanged" de Mewn
"Onze heures onze orchestra volume 4" de Onze Heures Onze Orchestra
"Concerto n2 for violoncello and symphony orchestra, hommage à Oskar Dawicki" de Pawel Mykietyn
et toujours :
"La mémoire du feu" de Ez3kiel
"And the city woke up alone" de Sol Hess & The Boom Boom Doom Revue
"Deux" de Aldorande
"Ysaye : Six sonates pour violon op.27" de David Grimal
"Too fare gone" de Dead Chic
"Live from Salzburg" de Elina Garanca & Christian Thielmann
"L'âme des poetes" de Guillaume de Chassy
"How I long" 8eme mix de cette 3eme saison de Listen In Bed
"Musica imperialis" de Martin Haselböck & Orchester Wiener Akademie
"Factory" de No Money Kids
"II" de Octantrion
"Hope" de Six Ring Circus

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Pierre" au Théâtre de Belleville
"Pôles" au Studio Hébertot
"Pas de deux" au Théâtre La Croisée des Chemins/Belleville
"La Promesse de l'aube" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Image" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Bons Becs - Big Bang"à L'Alhambra
les reprises :
"Le Roi des pâquerettes" au Théâtre Le Lucernaire
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Fantaisies pour un palais" au Chäteau de Rambouillet
"Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité" au Musée des Arts Décoratifs
dernière ligne droite pour :
"Iya Répine - Peindre l'âme russe" au Petit Palais
"Botticelli - Artiste et designer" au Musée Jacquemart-André
"Jean-Jacques Henner - La Chair et l'Idéal" au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"The Chef" de Philip Barantini
en streaming gratuit avec :
"TwentyNine Palms" de Raoul Ruiz
"Trois vies et une seule mort" d'Arnaud Desplechin
"La sentinelle" de Arnaud Desplechin
le cinéma de Nuri Bilge Ceylan en 5 films

Lecture avec :

"Début de siècles" de Arnaud Cathrine
"En hiver" de Karl Ove Knausgaard
"Il y aurait la petite histoire" de Elsa Jonquet-Kornberg
"Légère" de Marie Claes
"Respire" de Niko Tackian
"Sucre amer" de Avni Doshi
et toujours :
"Kharkov 1942" de Jean Lopez
"La révolution n'est pas terminée" de Jean Clément Martin
"Laicité, un principe" de Eric Anceau
"Les enchanteurs" de Geneviève Brisac
"Portrait du baron d'Handrax" de Bernard Quiriny

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=