Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Van Dongen & le Bateau-Lavoir
Musée de Montmartre  (Paris)  Du 16 février au 26 août 2018

Kees Van Dongen compte parmi les neuf figures consacrées de la peinture néerlandaise qui scandent l'exposition "Les Hollandais à Paris 1789-1914" proposée au Petit Palais dans le cadre de l'Année culturelle néerlandaise en France. » (2017-2018),

Concomittament, l'exposition monographique lui est consacrée, "Van Dongen & le Bateau-Lavoir" se tient fort logiquement au Musée de Montmartre, dès lors qu'elle est retrace sa période montmartroise lorsqu'il a commencé à travailler au fameux Bateau-Lavoir puis dans des ateliers rue Lamarck en 1908 et rue Saulnier jusqu'en 1913.

Une période fondatrice que les commissaires Anita Hopmans, responsable de recherche à l'Institut Néerlandais d’Histoire de l’Art de La Haye, et Saskia Ooms, responsable de la conservation au Musée de Montmartre, proposent de (re)découvrir en une soixantaine d'oeuvres dispensées dans un didactique parcours chronologique scénographié par l'Atelier Maciej Fiszer qui a joué la carte de la couleur pour dynamiser l'espace muséal.

Van Dongen à Montmartre, la naissance d'un Fauve

Comme ses homologues compatriotes, Van Dongen vient à Paris en 1897 dans le cadre d'un voyage en France comparable au voyage en Italie du 18ème siècle, mais y revient en 1899 pour y rester et y faire belle carrière.

Car "l'indésirable venu des polders de la Hollande" aux idées libertaires est en quête tant de reconnaissance artistique que de notoriété et, dès 1904, il affirme son ambition picturale.

Ainsi il expose au Salon des Indépendants et dans les galeries parisiennes ayant pignon sur rue avec des paysages néo-impressionnistes, dans lesquels se sent l'influence de son aîné et compatriote Van Gogh ("Le Sacré Choeur-Matin", "Maisons à Montmartre", "La pente aux arbres"), des scènes de genre expressionnistes ("Le Moulin Rouge-Le Promenoir", "Les Fêtards") et des portraits qui annoncent le Fauve. ("Femme rattachant son jupon", "La buveuse d'absinthe").

Car il saura oeuvrer de manière stratégique en se positionnant en outsider pour se démarquer des deux pôles de son temps, le cubisme de Picasso et le modernisme décoratif de Matisse en optant pour le fauvisme et la figuration expressionniste, privilégiant le genre du portrait alors décrié et qui en fera un acteur du Tout Paris cosmopolite des Années Folles.

En 1905, Van Dongen devient “le grand incendiaire de la peinture” avec son parti-pris d'une chromatisme violent qui préside aux toiles qui immortalisent les lieux de divertissement populaire de la Butte tel le cirque, les carrousels ("Le manège de cochons") et les cabarets et ses protagonistes ("Les artisans du cirque", "L'écuyère", "Portrait de vieux clown").

Et surtout il crée un archétype féminin singulier et unique, avec son grand regard cerné de noir et sa chair voluptueuse, indissociablement lié à son nom pour le grand public, dont le prototype est "Les deux yeux" et le modèle Fernande Olivier dont le portrait est retenu pour l'affiche de l'exposition.

Ce traitement stylistique, qui lui vaut d'être copieusement éreinté par le critique d'art André Salmon comme "le peintre des boudoirs payants, des lupanars, du retroussé", nul dans l'art de la composition, qui confond sa palette de couleurs avec la boîte à maquillage des prostituées", s'épanouit jusqu'au monumental tableau intitulé "Les Lutteuses de Tabarin" par lequel il défie les picassiennes "Demoiselles d’Avignon".

En 1912, il abandonne Montmartre et traverse la Seine pour s'installer à Montparnasse, le nouveau pôle culturel avant-gardiste parisien. Finie la vie de bohême, Vive la période cocktail ! Ses modèles ne sont plus les petites femmes de Pigalle à la sensualité plébéienne mais les dames alanguies du "beautiful people" de la Rive gauche aisée pour lesquelles il use d’un naturalisme stylisé et d'une palette pastellisée.

Mais ceci est une autre histoire...

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée de Montmartre

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée de Montmartre


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=