Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Baxter Dury
Floor Show  (PIAS)  août 2005

"Sex drugs and rock’n roll chantait" le cockney de père…Oui, Baxter est le fils du père Ian Dury, des Blockheads. Difficile de passer à la postérité lorsque votre géniteur est déjà passé par là (Demandez à Sean Lennon juste pour voir…).

Et pourtant. Floor Show du fils s’annonce comme la révélation de la rentrée. Sans repères apparents et sans faire de bruits, Baxter Dury parvient à faire oublier les comparatifs.

Un groupe de dépressif jouant du Wurlitzer et de la Stratocaster dans la Westminster Abbey. Voila pour le pitch de Floor Show. Rien de comparable et rien de semblable n’avaient eu l’audace d’arriver jusqu’aux tympans depuis au moins 300 albums.

La batterie éthérée et le rythme très Velvet, "Francesca’s party" introduit l’auditeur dans Floor Show comme on introduirait un cercueil dans un mariage. Improbable et percutant, Baxter Dury surprend. Bonheur, joie de vivre et spleen s’y croisent en ombres chinoises, avec Baxter en chef d’orchestre, pour un concentré d’émotions tout en sueur. Sueur de l’effort et envie d’en découdre, si le Dury étonne, c’est avant tout pour le mixage de sa voix et de celle de Johanna Hussey, chanteuse inconnue. Deux voix improbables, se mêlant jusqu’à la fusion et comblant facilement les capacités vocales limitées du bellâtre.

Même s’il s’en défend à longueur d’interviews, c’est quand il sonne comme un Lou Reed conteur d’histoires funestes et tragiques que Baxter Dury sonne le plus juste. "Cocaïne man", deuxième titre et déjà sommet du disque, entêtera l’auditeur des nuits entières avec sa basse morbide et ses chœurs noirs comme l’ébène. L’accent british dandy sur la langue, le chant se mêle aux guitares acérées pour raconter l’inexplicable, et Baxter frôle un instant l’état de grâce en maniant le slow talking comme Gainsbourg jadis ("Histoire de Melody Nelson").

Le chanteur chante faux. C’est indéniable. And so what ? Baxter Dury sait s’entourer et combler ses faiblesses. Prenez Damon Reece (batteries) et Mike Rooney (guitares) et vous obtenez rien de moins que le combo de Spiritualized jouant pour vous les meilleures notes d’une musique inclassable. Riffs acérés et larsens en arrière plan, Floor Show remet au goût du jour la beauté des parties instrumentales ("Waiting for Surprises").

Sur "Sister Sister", les jeux de voix de "Baxter la durite" et son acolyte rappelleront aux connaisseurs Home, le duo binaire de Biolay et Chiara Mastroanni. Comme si le Benjamin avait gobé mille ectasys avant d’en recracher un vomi bleu ciel...

Véritable mur du son créé par Mike Rooney, Floor show impressionne par sa maturité et son aisance. Paroles incompréhensibles et ambiance morbide, le songwriter en devenir inscrit son empreinte dans le marbre, entre Bowie (Le très Ziggy Stardust "Cages") et Nick Cave ("Floor Show").

Espérons seulement que le garçon n’apprendra pas à chanter. Les erreurs sont trop belles...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album It's A Pleasure de Baxter Dury
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
Baxter Dury en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Baxter Dury en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Baxter Dury en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Baxter Dury en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
Baxter Dury en concert au Festival La Route du Rock #24 (samedi 16 août 2014)
Baxter Dury en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=