Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce - Margiela / Galliera - 1989-2009
Palais Galliera  (Paris)  Du 3 mars au 15 juillet 2018

Avec la rétrospective "- Margiela Galliera - 1989-2009" qui s’inscrit dans le cadre de la "Saison Margiela 2018 à Paris" avec l’exposition "Margiela, les années Hermès" qui se tient concomitamment au Musée des Arts Décoratifs, le Palais Galliera retrace les deux décennies de création de Martin Margiela au sein de sa maison fondée à Paris en 1989.

Conçue par Alexandre Samson, chargé des collections contemporaines du Palais Galliera, sous la direction artistique du couturier, elle se déroule dans une scénographie de Ania Martchenko, également supervisée par ce dernier, qui, par l'utilisation de matériaux de chantier, imprime une atmosphère inaccoutumée en matière de mode et constitue une réminiscence des défilés qu'il réalisait hors des traditionnels podiums dans des lieux aussi inhabituels qu'incongrus à la manière d'un happening artistique.

Car ce diplômé du département mode de l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers, qui contrairement à ses condisciples réunis sous la bannière des "Six d’Anvers", Martin Margiela, armé de sa seule étiquette blanche, fait cavalier pour transgresser les codes et créer un style avant-gardiste d'autant plus singulier et unique qu'il se veut la transcription d'une recherche conceptuelle autour du vêtement détaché de toutes contingences prosaïques.

Voyage au sein des collections-manifeste de l'homme invisible de la mode

De la foisonnante monstration ordonnée de manière chronologique, se dégagent trois constats.

D'une part, un tropisme nippon, corroboré par la présence d'installations élaborées sur le mode des "chambres" de fan immortalisées par le photographe japonais Kyoichi Tsuzuki.

Il se traduit par une focalisation sur les jikatabis, chaussures japonaises avec le gros orteil séparé portés par les ouvriers et agriculteurs, déclinées de manière récurrente dans tous ses états du tout argent disco à la simple semelle de cuir noir scotchée au pied.

Ainsi que par l'influence des premiers couturiers nippons expatriés en France adeptes du minimalisme et de la déconstruction du vêtement.

Ce qui amène à la résonance du travail de Martin Margiela, né en 1957, avec cette influence croisée avec la mode bohème/punk des années 1970 et, en matière d'art, les pratiques des artistes du Nouveau Réalisme qui consistent en un recyclage du réel et la pratique de la construction-déconstruction.

Ainsi, ses collections s'ordonnent autour du le collage façon Villeglé avec le gilet en morceaux d’affiches publicitaires en papier et du dépassement des couleurs avec une tendance au monochrome.

De la récupération de costumes de théâtre et de vêtements vintage recyclés (gilet réalisé dans une role de bal des années 1950, robe faite de jupons anciens) et celle d’objets utilisés comme accessoires (pendentif bouchon de champagne, incrustation de morceaux de vaisselle cassée, collier en pampilles de lustre).

De l'inversion envers/endroit avec coutures et pinces apprentes et du détournement. Détournement de matière, comme la toile du mannequin couturière ou la doublure utilisées comme tissu

Détournement de fonction avec la robe portée en jupe, le manteau-perruque et la couette transformée en manteau.

De l'accumulation façon patchwork avec la robe-collants et le chemisier-bas et la modificationt d'échelle qui aboutit au vêtement "oversize" et aux vêtements de poupée agrandis à taille humaine et des impressions en trompe-l'oeil de photographies en négatif.

Et il opère même l'emballage façon Cristo en étendant aux mannequins son goût pour l'anonymat en voilant leur visage au mieux d'un voile épais qui rappelle celui des conductrices de la Belle Epoque et au pire en enfermant leur tête aux yeux masqués dans un sac plastique.

Car Martin Margiela reste le créateur sans visage, sans interview, qui refuse toute apparition publique et toute médiatisation de sa personne, ce qui génère une inquiétante étrangeté qui émane également de certains de ses modèles.

Une stratégie de communication peut-être ou simplement un esprit de contradiction dont il ne manque pas quand il prône la carrure étriquée en pleine vogue des épaules surdimensionnées pour les réintroduire quand arrive celle du vêtement fluide près du corps. De quoi supputer.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Palais Galliera

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Palais Galliera


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=