Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Maladie de la famille M.
Théâtre 13/Jardin  (Paris)  mars 2018

Comédie dramatique de Fausto Paravidino, mise en scène de Simon Fraud, avec Justin Blanckaert, Antoine Berry-Roger, Clément Bernot, Andréa Brusque, Laura Chétrit, Victor Veyron et Boris Ventura Diaz.

De Fausto Paravidino, on a pu voir récemment "Nature morte dans un fossé", une pièce apparemment policière, qui décrivait une Italie périphérique sordide d'aujourd'hui.

Cette fois-ci, on est encore en marge des grandes villes, dans ce qu'en France on désignerait par le terme barbare de zone "péri-urbaine". Dans ce qui n'est pas un village, mais une toute petite agglomération où les activités peuvent être à la fois rurales mais aussi vaguement liées à la vie d'une ville.

Pas question d'utiliser de nouveau le mot sordide pour définir les existences ternes et médiocres des gens qui s'y trouvent. On pourrait dire qu'elles s'écoulent lentement et qu'il faut des morts pour que les habitants de ces "coins" se persuadent que, s'il n'y a pas de passé et pas d'avenir, il y a quand même un avant et un après certains événements.

C'est le docteur Cristofolini (Clément Bernot) qui s'est fait conteur, par ennui, de tout cela et c'est à la chronique de la famille M qu'il s'attache.

Commençant comme du Tennessee Williams, "La Maladie de la famille M." ne peut tenir très longtemps l'illusion d'être dans le Sud des États-Unis, surtout quand l'action se passe dans la grande banlieue de Gènes... donc au Nord de l'Italie. C'est ainsi que, peu à peu, Fausto Paravidino replonge son récit dans une Italie centrale pas très reluisante.

Dans la famille M., pas la peine de chercher la mère : elle est partie depuis longtemps. Le père, Luigi (Boris Venturi Diaz), décline et c'est sa fille Marta (Andréa Brusque) qui est devenue la mère de famille pour s'occuper de son père, de son frère Gianni (Justin Blanckaert) et de sa sœur Maria (Laura Chétrit), qui, à l'inverse de sa sœur, tente de vivre sa vie entre Fabrizio (Victor Veyron) et Fulvio (Antoine Berry-Roger), deux gars pas très malins qui iraient bien dans cette famille..

Fausto Paravidino définit sa pièce comme un "western". C'est peut-être faire peu de cas d'un genre où il faut tirer au moins un certain nombre réglementaire de coups de feu.

Non, "La Maladie de la famille M." est une tranche de vie qui se suit sans ennui grâce à une mise en scène dynamique de Simon Fraud et à une interprétation plutôt homogène, dans laquelle chacun joue à l'unisson, sans tirer la couverture indienne à soi ni à faire de son personnage une caricature indéfendable.

Les sept comédiens nourrissent chacun le paumé qui lui a été attribué sans renâcler. Il faudrait seulement une petite étincelle pour que tous ces bourrins sans avenir reprennent des couleurs de comédie douce-amère à l'italienne. Par moments, ce qui est sur scène a un petit goût de Xavier Durringer, celui qui filmait "La Nage indienne".

En revanche, on ne voit pas le rapport avec les cinéastes sociaux anglais genre Ken Loach. Les laissés pour comptes de Fausto Paravidino acceptent leur absence de perspective avec une douce résignation italienne qui fait encore office d'espoir, parce qu'une famille, c'est solide malgré tout ce qui la secoue...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=