Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Maladie de la famille M.
Théâtre 13/Jardin  (Paris)  mars 2018

Comédie dramatique de Fausto Paravidino, mise en scène de Simon Fraud, avec Justin Blanckaert, Antoine Berry-Roger, Clément Bernot, Andréa Brusque, Laura Chétrit, Victor Veyron et Boris Ventura Diaz.

De Fausto Paravidino, on a pu voir récemment "Nature morte dans un fossé", une pièce apparemment policière, qui décrivait une Italie périphérique sordide d'aujourd'hui.

Cette fois-ci, on est encore en marge des grandes villes, dans ce qu'en France on désignerait par le terme barbare de zone "péri-urbaine". Dans ce qui n'est pas un village, mais une toute petite agglomération où les activités peuvent être à la fois rurales mais aussi vaguement liées à la vie d'une ville.

Pas question d'utiliser de nouveau le mot sordide pour définir les existences ternes et médiocres des gens qui s'y trouvent. On pourrait dire qu'elles s'écoulent lentement et qu'il faut des morts pour que les habitants de ces "coins" se persuadent que, s'il n'y a pas de passé et pas d'avenir, il y a quand même un avant et un après certains événements.

C'est le docteur Cristofolini (Clément Bernot) qui s'est fait conteur, par ennui, de tout cela et c'est à la chronique de la famille M qu'il s'attache.

Commençant comme du Tennessee Williams, "La Maladie de la famille M." ne peut tenir très longtemps l'illusion d'être dans le Sud des États-Unis, surtout quand l'action se passe dans la grande banlieue de Gènes... donc au Nord de l'Italie. C'est ainsi que, peu à peu, Fausto Paravidino replonge son récit dans une Italie centrale pas très reluisante.

Dans la famille M., pas la peine de chercher la mère : elle est partie depuis longtemps. Le père, Luigi (Boris Venturi Diaz), décline et c'est sa fille Marta (Andréa Brusque) qui est devenue la mère de famille pour s'occuper de son père, de son frère Gianni (Justin Blanckaert) et de sa sœur Maria (Laura Chétrit), qui, à l'inverse de sa sœur, tente de vivre sa vie entre Fabrizio (Victor Veyron) et Fulvio (Antoine Berry-Roger), deux gars pas très malins qui iraient bien dans cette famille..

Fausto Paravidino définit sa pièce comme un "western". C'est peut-être faire peu de cas d'un genre où il faut tirer au moins un certain nombre réglementaire de coups de feu.

Non, "La Maladie de la famille M." est une tranche de vie qui se suit sans ennui grâce à une mise en scène dynamique de Simon Fraud et à une interprétation plutôt homogène, dans laquelle chacun joue à l'unisson, sans tirer la couverture indienne à soi ni à faire de son personnage une caricature indéfendable.

Les sept comédiens nourrissent chacun le paumé qui lui a été attribué sans renâcler. Il faudrait seulement une petite étincelle pour que tous ces bourrins sans avenir reprennent des couleurs de comédie douce-amère à l'italienne. Par moments, ce qui est sur scène a un petit goût de Xavier Durringer, celui qui filmait "La Nage indienne".

En revanche, on ne voit pas le rapport avec les cinéastes sociaux anglais genre Ken Loach. Les laissés pour comptes de Fausto Paravidino acceptent leur absence de perspective avec une douce résignation italienne qui fait encore office d'espoir, parce qu'une famille, c'est solide malgré tout ce qui la secoue...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=